Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

La soirée D.I.F.D. : une merveilleuse occasion d'entamer le dialogue

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Depuis que sa fille Daron s'est enlevée la vie en novembre dernier, l'entraîneur adjoint des Sénateurs Luke Richardson est devenu un porte-parole de la sensibilisation sur les problèmes de santé mentale, alors qu'aura lieu la première Soirée de sensibilisation à la santé mentale chez les jeunes samedi à la Place Banque Scotia (Photo par Tieja MacLaughlin/Club de hockey Les Sénateurs d'Ottawa).
La sensibilisation commence souvent par une conversation.


L’objectif de la première Soirée de sensibilisation à la santé mentale chez les jeunes Do It For Daron (D.I.F.D.) est d’inspirer ce genre de dialogue. L’événement aura lieu samedi, alors que les Flyers de Philadelphie seront les visiteurs à la Place Banque Scotia pour se mesurer aux Sénateurs d’Ottawa. Une soirée qui va au-delà du hockey.

« C'est une occasion d'avoir des conversations difficiles, à devenir plus conscients de la santé mentale et à quel point elle affecte la vie quotidienne des gens », a déclaré le Dr Raj Bhatla, psychiatre en chef des Services de santé Royal Ottawa. « Généralement, les gens ont de la difficulté à aborder les problèmes de santé mentale, y compris le suicide. Donc plus de gens en parlent et ne se sentent pas seul, plus il en sera facile. »

Le sujet du suicide chez les adolescents, en particulier, a pris de l'ampleur en novembre dernier, alors que Daron Richardson – la fille cadette de l'entraîneur adjoint des Sénateurs Luke Richardson – s’est enlevée la vie à l’âge de 14 ans. D.I.F.D. est un mouvement populaire qui a pris de l'ampleur depuis et met en lumière un sujet qui, pour beaucoup, demeure tabou et qu’il faut briser.

« Aborder ce sujet ne fait malheureusement pas partie de notre culture en ce moment, mais nous voudrions changer cela », a déclaré Richardson, dont la famille espère que la mort de Daron peut servir de paratonnerre dans ce domaine. « Nous voulons faire en sorte que cela ne devienne plus une chose terrible à aborder dans les écoles et avec nos médecins, nos entraîneurs ou avec une personne avec qui vous vous sentiez à l'aise, afin de ne pas vous sentir seul.

« C'est probablement ce qui fait le plus mal pour nous, c’est de savoir que notre fille se sentait seule. C'est une chose difficile à avaler. Donc, c'est ce que nous aimerions faire pour aider à changer les choses. J'espère que nous pourrons faire quelque chose de très positif dans notre communauté afin que d'autres collectivités puissent s’en servir comme modèle et de la faire grandir. »

Bien que Richardson et son épouse, Stéphanie, aient ouvertement parlé de nombreux problèmes chez les adolescentes avec Daron et sa sœur aînée, Morgan, celui de problèmes de santé mentale n'avait jamais été abordé. Il s'agit maintenant d'une conversation que les Richardson auraient aimé tenir et ils encouragent d'autres parents à prendre les devants avec leurs enfants en ce sens.

« Il y a des stigmates associés non seulement à la santé mentale, mais aussi sur le suicide relié au travail, dit-il. Je pense que nous sommes parvenus à surmonter cette peur parce que nous avons été obligés d'en parler dans le cadre de notre vie maintenant. J’aurais voulu que nous en parlions avant, mais nous ne pensions pas ainsi, car Daron ne nous avait pas fait part de son désespoir, qu’il y avait des problèmes plus profonds et qu’elle ne sentait pas qu'elle pouvait nous en parler. »

Dans une telle situation, le Dr Bhatla affirme : « On veut vraiment dire à ces gens qui ont des problèmes qu’ils sachent qu'ils ne sont pas seuls. »

« Nous en sommes là désormais en ce qui a trait à la santé mentale, alors qu’il faut que des personnes s’ouvrent à ce sujet de conversation, a-t-il ajouté. Et c'est l’objectif (de la soirée D.I.F.D.). Il faut sensibiliser et créer un niveau de confort pour les personnes qui veulent aller chercher de l'aide. »

Dans le cadre de la soirée D.I.F.D., les fournisseurs de services de santé mentale auront des kiosques érigés à la Place Banque Scotia pour donner des conseils et des informations. De plus, plusieurs coéquipières de Daron et Morgan au hockey vendront des bracelets et des t-shirts mauves, dont les profits seront versés au Fonds Daron du Royal Ottawa.

Aussi Il y aura des « rondelles mystères », signées par les membres des Sénateurs et des Flyers, en vente au coût de 25 $ chacune. Cinq de ces rondelles seront non signées et elles donneront droit aux acheteurs chanceux de rencontrer le capitaine des Sénateurs Daniel Alfredsson et le capitaine des Flyers Mike Richards après le match.

« Nous sommes très reconnaissants envers les Sénateurs, la Fondation des Sénateurs, les Flyers de Philadelphie et toute la communauté du hockey qui ont embarqué dans l’initiative et qui rendent possible cet événement, a déclaré Richardson. Les gens crient à l'aide et je pense que ces discussions aideront davantage la cause. Nous utilisons cela comme un tremplin non seulement pour les gens présents dans l’amphithéâtre, mais pour quiconque en ville qui entend cet appel.

« Nous ressentons un rapprochement (face à cette cause) avec Daron, mais nous ne pensons pas qu'il ne s'agit pas seulement de Daron. Tout le monde peut utiliser cela à titre informatif, afin d’obtenir peut-être de l'aide et de parler quand vous ne vous sentez pas bien. C'est l’objectif principal et l’événement de samedi soir est une étape supplémentaire. Il s’agit d’une façon de maintenir le rythme de la sensibilisation et de passer le message, c'est ce que nous espérons. »


En voir plus