Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Kovalev a hâte à la nouvelle saison

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Même si le rétablissement peut sembler parfois long et ardu, Alex Kovalev se souvient toujours de ce qui le motive à se présenter sur la patinoire chaque jour.


« J’aime toujours ce sport et j’aime ce que je fais », a déclaré l’attaquant des Sénateurs d’Ottawa âgé de 37 ans plus tôt cette semaine lorsqu’il fut questionné à savoir s’il entretient des doutes quant à un retour au jeu après s’être remis d’une importante chirurgie qu’il a subie au genou en avril dernier. « Je veux certainement remporter la Coupe à nouveau avant la fin de ma carrière.

« Je suis toujours content (de jouer au hockey). J’aime ce sport suffisamment pour simplement revenir au jeu et apprécier le temps passé sur la glace. Je ne me vois pas assis devant la télé en train de regarder d’autres jeunes jouer au hockey. J’ai toujours le désir d’y participer. »

Ainsi, après avoir suivi la période de rétablissement nécessaire après la chirurgie pour réparer une déchirure au ligament croisé antérieur de son genou gauche, Kovalev est de retour pour entamer sa 18e saison dans la Ligue nationale de hockey, impatient d’aider son équipe à se qualifier pour les séries éliminatoires. Il a passé environ 23 minutes sur la patinoire lors de son premier match préparatoire vendredi dernier à Montréal et il insiste sur le fait qu’il n’y a pas d’inquiétude concernant son genou.

« Tout est replacé, donc pourquoi dois-je m’inquiéter? » a déclaré Kovalev, qui sera en uniforme pour son premier match préparatoire à domicile ce soir à la Place Banque Scotia, alors que les Sénateurs croiseront le fer avec les Maple Leafs de Toronto (19 h 30, Sportsnet Sens, Team 1200). « Je porte toujours une attelle, comme la plupart des joueurs, et je me sens comme si cela a été replacé, donc tout doit être revenu à la normale comme avant. Je ne vois pas pourquoi je dois être prudent.

« Je n’ai pas éprouvé aucun problème avec le genou (vendredi dernier), mais comme n'importe quel autre premier match, alors que je n’ai pas joué depuis six mois, cela devient un peu plus difficile. Les jambes s'engourdissent parce que je ne suis pas habitué à patiner dans un match. Nous pratiquons beaucoup, mais les entraînements sont une chose et les matchs, une autre. Pendant environ une période et demie, il était difficile de se remettre dans le bain, mais vers la fin, je me sentais bien. »

Kovalev est toujours considéré comme l'un des hockeyeurs les plus doués, avec sa capacité à contrôler la rondelle ce qui lui a permis d’atteindre le statut de légende. Cette capacité à divertir les amateurs demeure une source de motivation pour le hockeyeur natif de Togliatti, en Russie, ainsi que les bons moments qu’il arrive à partager avec ses coéquipiers.

« Je suis simplement heureux d'être là et encore jouer au hockey, a-t-il dit. C'est pourquoi je suis heureux. Avec toutes les blessures que j'ai eues, je me sens encore très bon et je crois toujours que je peux suivre les plus jeunes et contribuer de différentes manières. J’aime être en compagnie des gars et faire quelque chose pour les partisans et l'équipe et si, dans ma carrière, je peux rendre quelqu'un heureux alors je suis content.

« Le plus grand bonheur est lorsque vous gagnez un match et que vous célébrez, non pas par vous-même comme dans les sports individuels, mais avec vos coéquipiers. C’est la plus grande partie du plaisir. Vous gagnez la Coupe Stanley, vous célébrez avec l'équipe, vous avez quelque chose à partager (les uns les autres), ce qui rend la chose encore la plus excitante. »

Kovalev a atteint deux plateaux en carrière avec les Sénateurs la saison dernière, en inscrivant son 400e but et en disputant son 1 200e match dans la LNH. Il entamera la présente campagne à 10 points d’atteindre le plateau des 1 000 en carrière, tandis que le capitaine Daniel Alfredsson en compte 992. Même si la course pour attendre le plateau promet d’être intéressante, Kovalev imagine le scénario idéal.

« J’y pensais l’autre jour. Si nous pouvions nous retrouver à 2 contre 1 et obtenir chacun un point pour atteindre le chiffre 1 000, ce serait super », a-t-il dit.


En voir plus