Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Konopka : « Je n'ai jamais renoncé à mon rêve »

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Même s’il s’est retrouvé loin dans les ligues mineures, le centre des Sénateurs Zenon Konopka n’a jamais renoncé à son rêve de jouer dans la LNH. Il a disputé son 200e match samedi, lors de l’affrontement entre Ottawa et les Blue Jackets de Columbus (Jana Chytilova/Freestyle Photography/Getty Images).
Pour Zenon Konopka, ce fut un long parcours en soi.


Donc, attendre un jour de plus pour atteindre un plateau qui commence à témoigner son histoire de détermination ne change pas grand-chose, de croire le robuste centre des Sénateurs d'Ottawa.

L’attaquant de 30 ans, natif de Niagara-on-the-Lake, en Ontario, a disputé son 200e match en carrière dans la Ligue nationale de hockey samedi soir à la Place Banque Scotia, bien malgré les dires de certains dépisteurs et des critiques qui lui avaient prédit qu’il ne se rendrait jamais aussi loin. Il est possible que cela soit une source de satisfaction pour Konopka chaque fois qu'il lace les patins dans le grand circuit. Assurément, il maintenant très loin d’endroits plus obscurs comme Boise, en Idaho, et Wheeling, en Virginie-Occidentale, lors de son séjour dans la East Coast Hockey League.

« Lorsque j’étais à Boise, en Idaho, je me souviens d’avoir raté des matchs en raison d’une entorse au haut d’une cheville », a relaté l'ex-capitaine des 67 d'Ottawa en se rappelant de son séjour avec les Steelheads de la ECHL, il y a près d'une décennie. « Quand on est en Idaho et que l’on n’est pas dans la l’alignement, on est très loin de la LNH. Mais je n'ai jamais cessé d’y croire... Je ne voulais pas renoncer à mon rêve.

« C'était trop amusant d'arriver ici et de faire mentir les mauvaises langues, donc c’est plutôt gratifiant d’avoir emprunté le chemin le plus difficile et d’avoir pu atteindre mon but. »

Konopka a des amis et de la famille dans la région pour célébrer le moment avec lui. Cela aurait pu survenir jeudi soir contre les Jets de Winnipeg, mais il avait été laissé de côté. Cependant, avec l’absence de Peter Regin en raison d’une blessure à l'épaule, Konopka a été en mesure d’amener son style intraitable et son efficacité dans les mises au jeu au mélange contre les Blue Jackets de Columbus, samedi soir.

Le fait qu'il a dû attendre deux jours pour atteindre un plateau, Konopka, comme toujours, compose avec ce que la vie au hockey lui apporte. Il lui a fallu attendre aux deux dernières saisons pour obtenir un poste de régulier dans la LNH, alors qu’il a totalisé 156 matchs avec le Lightning de Tampa Bay et les Islanders de New York, dont un calendrier complet de 82 matchs avec ces derniers la saison dernière. Il ne tient rien de tout ça pour acquis.

« J'ai eu du plaisir dans tout ce parcours. Deux cents matchs dans cette ligue, des parties ardues dans la East Coast et quelque chose comme 400 dans la LAH... J'ai adoré chacune de ces rencontres. J'apprécie chaque jour. Nous avons un excellent travail. Les joueurs heureux et positifs sont de bons joueurs, donc nous essayons de rester positifs ici aussi. »

Et il vous dira qu’il y a une qualité qui permet à un homme de garder le sourire quand la route devient difficile.

« C’est le caractère », a déclaré Konopka, qui fut le joueur le plus puni de la LNH lors des deux saisons précédentes. « En jouant dans autant de villes différentes, on se forge un caractère. Sous les ordres de Killer (le légendaire Brian Kilrea, des 67’s) et de John Brophy à ma première année chez les pros, on apprend les choses assez rapidement. On n'oublie jamais d'où l’on vient et les gens qui nous ont aidés à en arriver là. Ce plateau est très significatif pour moi. »

L'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, partage ce sentiment, en affirmant que la simple présence de Konopka dans la LNH d'aujourd'hui est un témoignage d’une grande détermination.

« Arriver ici, c'est une chose, y rester en est une autre, a déclaré MacLean. Lorsqu’on atteint le plateau des 200 matchs (dans la LNH), cela signifie qu’on a travaillé très fort pour devenir quelqu'un qui est assez bon pour évoluer dans cette ligue pendant si longtemps. Beaucoup de gens pensent que c’est difficile de se rendre à la LNH, mais il est plus réaliste de dire qu’il souvent difficile d’y rester. Et il a prouvé qu'il peut rester ici. »


En voir plus