Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Keller répond à l'appel

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Après avoir trimé pendant deux saisons en Finlande, Ryan Keller s'est trouvé une place dans l'organisation des Sénateurs d'Ottawa. Ce soir, il fera ses débuts dans la LNH contre les Devils du New Jersey, au Prudential Center de Newark (Just Sports Photography).
Ryan Keller peine à trouver les bons mots pour décrire le sentiment qui commence à l’envahir.


« Tout va si vite que je ne sais pas si j’ai complètement absorbé la nouvelle », a déclaré l’attaquant de 25 ans, à quelques heures de l’affrontement entre les Sénateurs d’Ottawa et les Devils du New Jersey, ce soir à Newark (19 h, TSN2, Team 1200).

Alors que le centre Mike Fisher est rayé de l’alignement en raison d’une blessure au haut du corps, les Sénateurs ont rappelé Keller de leur filiale de la Ligue américaine à Binghamton. Il ne s’agira pas d’une soirée ordinaire pour le joueur natif de Saskatoon, lui qui disputera son tout premier match dans la Ligue nationale en se mesurant à Martin Brodeur et les Devils.

Même si Keller est le meneur dans la LAH au chapitre des buts (13), décocher des tirs vers le gardien qui a récolté le plus grand nombre de victoires de l’histoire de la LNH est une tout autre chose.

« Qu'est-ce que sais-je pas? » a dit Keller lorsqu’il fut questionné à l’éventualité d’affronter Brodeur. « Honnêtement, la dernière chose à laquelle je veux penser est ce qu’il fera. Il y a tellement de choses qui me trottent dans la tête en ce moment, donc j’essais simplement de me détendre et de pratiquer mon jeu. Ce sera toute une expérience et quelque chose dont je pourrais me souvenir, c’est-à-dire de l’avoir affronté à mon premier match et ce serait encore mieux si je parvenais à marquer contre lui. »

Le parcours fut long et ardu pour Keller, qui a passé les deux saisons précédentes à trimer chez les Blues d’Espoo, dans la Ligue élite finlandaise. Après avoir passé deux campagnes dans les ligues mineures professionnelles en Amérique du Nord avec un seul petit séjour dans une équipe de la LNH, le joueur non repêché a vu l’Europe comme étant une option viable.

« J’étais rendu au point où, n’ayant pas été repêché, je n’avais plus d’opportunité ici », a exprimé Keller, une ancienne vedette dans le junior avec la formation de sa ville natale, les Blades de Saskatoon dans la Ligue de hockey de l’Ouest. « Donc, j’ai décidé de traverser et aller en Finlande pour sensiblement obtenir de la visibilité et gagner du respect en montrant que je peux marquer des buts. »

Le dépisteur Jim Clark, des Sénateurs, a remarqué Keller, qui a inscrit 43 buts lors de ses deux saisons en Finlande, et les Sénateurs l’ont mis sous contrat pendant l’été avec l’espoir qu’il puisse amener du mordant à l’attaque des B-Sens et peut-être figurer sur la liste des joueurs susceptibles d’être rappelés. Keller a répondu bien au-delà des attentes.

« Nous voulions un vétéran capable de prendre les devants et disputer quelques matchs pour nous », a déclaré Randy Lee, directeur de l’administration hockey et du développement des joueurs des Sénateurs. « Sa fiche (à Binghamton) est exceptionnelle. Il est constant, positif dans le vestiaire et marque à chaque match. »

Keller et Martin St. Pierre, un autre vétéran joueur autonome mis sous contrat, sont devenus rapidement un duo redoutable chez les B-Sens. Après les rencontres de mardi soir, ils occupaient respectivement le quatrième (13-9-22) et cinquième rang (8-13-21) chez les marqueurs de la LAH. Mais Lee affirme que l’ailier droit de 5’10” et 190 livres apporte bien plus que des buts.

« Il est un joueur complet, de dire Lee. Il est bon défensivement. Il possède beaucoup de qualités qui font de lui bien plus qu’un compteur. »

Cela dit, Keller sait que c’est son flair pour le filet qui le mènera loin.

Honnêtement, la dernière chose à laquelle je veux penser est ce qu’il (Brodeur) fera. Il y a tellement de choses qui me trottent dans la tête en ce moment, donc j’essais simplement de me détendre et de pratiquer mon jeu. Ce sera toute une expérience et quelque chose dont je pourrais me souvenir, c’est-à-dire de l’avoir affronté à mon premier match et ce serait encore mieux si je parvenais à marquer contre lui. - Ryan Keller
« Tout au long de ma carrière, j’ai eu le don de trouver des façons de marquer, a-t-il dit. Je veux seulement être vigilant et bien lire le jeu. Lorsqu’une occasion se présentera, j’essaierai de mettre la rondelle dans le filet. Avec mon gabarit, je ne vais pas passer heurter qui que ce soit. Je veux seulement amener de l’énergie et être solide dans les deux sens de la patinoire. »

Lorsque les B-Sens ont fait une halte à la Place Banque Scotia pour un match contre les Bulldogs de Hamilton plus tôt ce mois-ci, Keller a parlé du rêve qui alimente une éthique de travail qui impressionne la direction des Sénateurs.

« J’ai toujours l’espoir d’atteindre la LNH et lorsque je ne suis pas dans la LNH, c’est toujours un peu décevant ou démoralisant », avait-il dit à ce moment. « Mais il faut aussi continuer à travailler avec acharnement tous les jours afin d’impressionner quelqu’un. »

Maintenant que son tour est finalement arrivé, Keller n’entend pas modifier son approche, même s’il sera confronté à un futur membre du Temple de la renommée, ce soir.

« Je veux juste me souvenir qu’il s’agit d’un match, que cela se déroule sur la patinoire et oublier tout le reste, a dit Keller. C’est le même sport que je pratique depuis mon enfance. Je me dois simplement de relaxer et faire mon travail. »


En voir plus