Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Karlsson : « J'ai fait beaucoup de chemin depuis mon arrivée ici »

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Alors qu’Erik Karlsson domine largement au classement des marqueurs chez les défenseurs de la LNH, il se dit aussi fier des progrès qu’il a réalisés dans sa propre zone (Photo par Eliot J. Schechter/NHLI via Getty Images).
De toutes les statistiques audacieuses qui sont actuellement associées à son nom, il y en a une qui est loin d’être éclatante.


Mais cette statistique en particulier — son différentiel de +14 — est probablement très révélatrice de la progression rapide d’Erik Karlsson vers le statut de joueur d’élite chez les défenseurs de la Ligue nationale de hockey. Et il s’agit probablement de l’aspect qui procure la plus grande satisfaction au défenseur de 21 ans.

Même lors de matchs comme celui de lundi après-midi contre les Islanders de New York, où Karlsson a égalé un sommet en carrière avec une récolte de quatre points (deux buts, deux passes), alors que le flamboyant Suédois a été littéralement la vedette. Ce sont ses nombreuses aptitudes offensives qui font en sorte que les partisans déboursent de l’argent pour le voir à l’œuvre. Karlsson vous dira qu'il est tout aussi déterminé à montrer à quiconque qu’il effectue le travail également dans sa propre zone.

« C'est l'une des choses que je veux prouver à moi-même, dans un premier temps », a déclaré le premier choix des Sénateurs (15e au total) au repêchage de 2008. « Je veux prouver que je peux être un joueur polyvalent et être (sur la glace) impliqué dans le grand nombre de situations possible, dans n’importe quel type de jeu et à tout moment dans un match. J’ai parcouru un long chemin depuis que je suis ici et si je peux continuer à m’améliorer, je serai encore meilleur sur le plan défensif, au fur et à mesure que nous avançons. »

Karlsson, qui mesure six pieds et pèse 180 livres, n'est pas susceptible de submerger n'importe quel adversaire avec son jeu physique. Mais son jeu de position s'est grandement amélioré et grâce à sa vitesse foudroyante, Karlsson peut rapidement réparer toutes les erreurs qu'il pourrait faire.

« En tant que joueur, il a progressé », a déclaré l’entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, après la séance d’entraînement de mardi au Complexe récréatif de Kanata. « On a le droit d'apprendre et de s’améliorer, et je pense que c'est ce qu'il a fait. Ses succès démontrent sa capacité à saisir le jeu et de le saisir rapidement. À mon avis, ses habiletés sur patins le distinguent d'un grand nombre de personnes. Il n'est pas un grand homme, mais il se défend avec sa rapidité et sa vitesse, et il a très bien maîtrisé ces aspects. »

Encore une fois, les chiffres ne mentent pas. Il y a un an, celui qui compte deux participations au Match des étoiles de la LNH présentait un différentiel de moins 30 et il était considéré comme un boulet dans sa propre zone. Plus maintenant. Seul le vétéran Filip Kuba, à +18, présente un différentiel plus élevé que Karlsson au sein de l’équipe et ce n'est pas un hasard, car ces deux joueurs évoluent ensemble à la ligne bleue.

« L’important, c’est l’expérience », a déclaré Karlsson, qui a bénéficié de la sagesse de vétérans comme Kuba, Chris Phillips et Sergei Gonchar. « Plus on dispute des matchs, plus on devient habitués à certaines situations. Nous avons quelques vétérans d’expérience et qui jouent bien défensivement. Cet aspect aide certainement.

« J’obtiens de l'aide tout le temps avec (son jeu défensif) et les entraîneurs m’ont bien enseigné sur ce qu'il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. Le tout vient essentiellement avec l’expérience. J’ai amélioré ma façon de lire le jeu dans certaines situations. Il y aura des moments où l’on va se tromper, mais tant et aussi longtemps que l’on travaille ce genre de choses, je pense que ça ira. Je ne me considère plus comme un joueur à risque élevé. »

Le capitaine Daniel Alfredsson, un compatriote suédois et le plus grand mentor de Karlsson depuis l’arrivée de ce dernier à Ottawa il y a quatre ans, croit qu’il s’intègre parfaitement au style pratiqué par les Sénateurs sous les ordres de MacLean. Et l’ensemble de l’équipe profite de cette association.

« Nous pratiquons le style de patinage qui correspond à son jeu, a déclaré Alfredsson. Il (MacLean) a fait un travail formidable en lui permettant de mettre l’accent sur l’attaque en plus de le guider sur le plan défensif, sans le frustrer. Il a été un bon élève également, comme le témoigne son différentiel. Il a fait un excellent travail afin de s’améliorer dans notre zone, pour sortir la rondelle et pour se placer en bonne position. »

Évidemment, aucune discussion au sujet de Karlsson ne serait complète sans évoquer ses statistiques en attaque qui continuent à faire tourner les têtes dans la LNH. Avec 57 points (12-45) en 60 matchs, il est en voie de connaître une saison de 80 points. Il fracasserait ainsi le record de franchise de 63, établi par Norm Maciver lors de la saison d'expansion des Sénateurs en 1992-1993 (son standard au chapitre des aides chez les défenseurs est de 46, un chiffre qui pourrait changer pendant la présente semaine).

Tout cela fait en sorte que l’on commence à parler de la possibilité de voir Karlsson comme candidat potentiel pour le trophée James Norris, remis annuellement au meilleur défenseur de la LNH. Pour lui, cette possibilité dépasse toute espérance.

« C'est quelque chose dont je vais devoir penser après la saison, quand tout sera terminé, a-t-il dit. C'est un grand honneur et c'est quelque chose que chaque défenseur espère réaliser. Je suis flatté que les gens pensent ainsi, mais il y a aussi beaucoup de joueurs qui ont travaillé fort depuis un certain nombre d'années pour obtenir une telle nomination. »

Parmi eux se trouve Nicklas Lidstrom, un récipiendaire du Norris à sept reprises et l'idole ultime de tout jeune défenseur suédois. Et si Karlsson devait se trouver sur le même bulletin de vote que le légendaire joueur des Red Wings de Detroit?

« Cela aurait une grande signification pour moi, a-t-il affirmé. Cela me procurerait une grande satisfaction pour ce que j’ai fait et ce que l’équipe a fait pour moi également. Quelque chose comme ça ne se produit pas chaque année. J’en suis conscient et cela n’arrive pas à tous les défenseurs non plus. Je dois simplement essayer de faire de mon mieux et on verra où cela me mènera. »

MacLean, notamment, est impatient de voir à quel point Karlsson propulsera son jeu dans les années à venir.

« Son jeu s’est grandement amélioré, mais je pense qu'il y a encore des aspects où il peut encore se perfectionner, a-t-il déclaré. Mais en ce qui me concerne, son potentiel de croissance lui revient essentiellement, avec sa capacité à comprendre le jeu et sa détermination sur l'aspect de la forme physique, sans oublier sa progression constante en tant que joueur et sa façon de voir le jeu et d’utiliser les gens autour de lui. »


En voir plus