Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Karlsson fait des pas de géant

par Rob Brodie / Ottawa Senators
L'éclosion de la recrue Erik Karlsson se poursuit chaque fois qu'il est sur la patinoire à la ligne bleue des Sénateurs d'Ottawa (Photo par André Ringuette/NHLI via Getty Images).
On peut le constater de la façon dont il se comporte, que ce soit sur une montée ou en effectuant une passe précise pour préparer un but vainqueur en prolongation.


Même lorsqu’il s’assoit devant son casier dans le vestiaire des Sénateurs d’Ottawa, le défenseur recrue Erik Karlsson respire la confiance et il éprouve un véritable sentiment d’appartenance.

Même s’il refuse de dire pour l’instant qu’il a finalement trouvé sa place dans la Ligue nationale de hockey, le joueur de 19 ans de Landsbro, en Suède, est certainement conscient qu’il n’aura plus à atteindre très longtemps. Même si le chemin pour y parvenir fut parsemé d’embuches.

« Je savais que je n’étais pas prêt à jouer dans la LNH lorsque je suis arrivé (à Ottawa) », a déclaré Karlsson en se remémorant le parcours emprunté pour le mener au point où il est aujourd’hui. « Mais présentement, je pense que j’ai pris la bonne décision et que l’équipe a fait de même en me gardant. Tout va bien. Il suffit maintenant de continuer ainsi et de ne pas perdre l’essentiel de vue. »

Il ne semble pas y avoir d’inquiétudes non à son sujet dernièrement. En tenant compte du dernier match des Sénateurs, qui s’est soldé par un gain de 3-2 en prolongation contre les Canadiens de Montréal, Karlsson a été utilisé pendant 24:51 sur la glace, un sommet d’équipe, en plus d’avoir effectué une longue passe pour préparer le but vainqueur de Mike Fisher en surtemps.

Le fait que Karlsson était sur la patinoire dans une situation à 3 contre 3 en prolongation avec le match en jeu témoigne aussi la confiance qu’ont les entraîneurs des Sénateurs envers leur jeune prodige à la ligne bleue dans les deux sens de la patinoire.

« Il est beaucoup plus responsable en zone neutre, a déclaré l’entraîneur-chef des Sénateurs Cory Clouston. Il est beaucoup plus doué sur le plan de la lecture de jeu et il joue avec plus de confiance. »

Je savais que je n’étais pas prêt à jouer dans la LNH lorsque je suis arrivé (à Ottawa). Mais présentement, je pense que j’ai pris la bonne décision et que l’équipe a fait de même en me gardant. Tout va bien. Il suffit maintenant de continuer ainsi et de ne pas perdre l’essentiel de vue. - Erik Karlsson
Le rendement amélioré de Karlsson commence aussi à se refléter chez ses coéquipiers. Au cours de l’actuelle séquence victorieuse record de neuf parties des Sénateurs, qui pourrait s’étendre à 10 ce soir à Buffalo contre les Sabres (19 h, RDS, Rogers Sportsnet, Team 1200), Karlsson a présenté un différentiel impressionnant de plus 7. Effectivement, pour un gars qui avait obtenu un moins 13 il n’y a pas si longtemps, c’est plutôt surprenant.

« Je suis confiant et je pense que ce sentiment est ressenti par l’ensemble de l’équipe, dit-il. Nous jouons très bien par les temps qui courent et nous avons du plaisir. »

Même s’il est proche du capitaine Daniel Alfredsson, un compatriote suédois, Karlsson estime aussi qu’il est bien appuyé dans le vestiaire. C’est un aspect primordial dans son perfectionnement.

« Je crois que tous les gars ici m’ont aidé d’une façon ou d’une autre à devenir le joueur que je suis aujourd’hui, a dit Karlsson. C’est l’expérience. Chaque jour, j’apprends quelque chose de nouveau. Chaque match est une nouvelle aventure et plus j’acquiers de l’expérience, plus mon jeu s’améliore. »

Les Sénateurs, qui ont sélectionné Karlsson au 15e rang au total lors du repêchage de 2008, anticipaient déjà le potentiel de Karlsson. Il a été choisi, notamment, pour occuper éventuellement un rôle de quart-arrière sur le jeu de puissance et il montre déjà des signes en ce sens.

« Il (Karlsson) a été choisi au milieu de la première ronde, mais nous savions qu’il a un potentiel supérieur », a déclaré le directeur général adjoint des Sénateurs, Tim Murray, lors d’une entrevue à la station radiophonique Team 1200 la semaine dernière. « Nos attentes sont grades envers lui. Nos éclaireurs amateurs ont fait de l’excellent travail en apprenant à le connaître ainsi que son potentiel.

« Nous avons pensé, avec son talent et ses habiletés, qu’il pourrait joindre notre alignement dans un an ou deux et c’est ce qu’il a fait. J’espère que je serai encore là lorsqu’il aura 23 ans, car il sera amusant de le voir évoluer. »

Le défenseur n’a pas emprunté le chemin le plus facile. En octobre dernier, Karlsson fut rétrogradé aux Senators de Binghamton, dans la Ligue américaine. Lorsqu’il est revenu à Ottawa un mois plus tard, il a dû assister à quelques matchs depuis la galerie de presse, car il avait été laissé de côté.

« J’ai été cédé là-bas, mais ce fut un moment très important pour moi, de dire Karlsson. J’ai éprouvé quelques difficultés là-bas. Je devais bien jouer afin de revenir ici. Ensuite, j’ai confiné au rang de spectateur pendant quelques matchs et cela m’a aussi aidé. Maintenant, je sais comment ça se passe et je ne veux pas revenir en arrière. Je veux progresser. »

Même au niveau de la confiance, il est évident que Karlsson a fait des pas de géant depuis ce temps. Finalement, il est confiant sur à peu près tout ce qu’il entreprend sur la patinoire.

« Lorsqu’on est en confiance et qu’on croit que son jeu s’est amélioré, on fait des choses que l’on doit faire habituellement, a dit Karlsson. Au début de la saison, je craignais surtout de faire des erreurs. J’accordais trop d’importance aussi à cette possibilité, ce qui explique que mon jeu n’était pas à point.

« Maintenant, j’ai retrouvé mon rythme. J’ai encore du chemin à faire, mais j’y parviendrai. Les choses vont quand même bien en ce moment. »

Bloc-notes

Daniel Alfredsson, Milan Michalek, Jason Spezza et Filip Kuba ont tous trouvé le fond du filet à leur retour au jeu ces dernières semaines. Est-ce que cela signifie que Jesse Winchester (genou) fera de même ce soir au HSBC Arena? « J’aimerais bien cela », a déclaré un Winchester souriant après la séance d’entraînement des Sénateurs, aujourd’hui. « Nous verrons comment les choses iront. Il y a toujours un peu plus d’énergie lorsqu’on revient au jeu et parfois cela joue en notre faveur. Je veux simplement jouer de façon intense et aider l’équipe à gagner. »  Winchester revient dans l’alignement pour remplacer Nick Foligno (jambe fracturée), tandis que Shean Donovan et Alexandre Picard seront de nouveau laissés de côté... Brian Elliott en sera en quête d’une huitième victoire de suite devant le filet... Il reste moins de 1 500 billets pour la seule visite des Canucks de Vancouver cette saison à la Place Banque Scotia, jeudi soir (19 h 30, Rogers Sportsnet, 104,7 FM Souvenirs garantis).


En voir plus