Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

«Je suis déjà passé à autre chose»:’ Karlsson

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Erik Karlsson a hâte de s’asseoir de nouveau sur le banc local à la Place Banque Scotia quand les Senators de Binghamton affronteront les Bulldogs d’Hamilton dans un match en après-midi de la LAH, dimanche (Photo par Andre Ringuette/NHLI via Getty Images).
Erik Karlsson n’a besoin que de quelques mots pour résumer la base de sa nouvelle vie de hockey avec les Senators de Binghamton.


«Simplement me lever, travailler fort et aller me coucher», a dit le défenseur suédois de 19 ans avec un sourire en décrivant sa routine quotidienne typique avec le principal club affilié des Sénateurs d’Ottawa dans la Ligue américaine de hockey.

S’il y a quelque chose, la concision de cette déclaration souligne l’objectif particulier avec lequel il aborde sa récente assignation dans le circuit mineur. Karlsson, le premier choix des Sénateurs (15e en tout) au repêchage de la LNH 2008, a été surpris par son renvoi dans l’équipe affiliée le 27 octobre. Mais trois parties après son arrivée avec les Sens-B, la douleur s’est apaisée et il est déjà concentré sur sa tâche.
«Je pense que je suis déjà passé à autre chose, a dit Karlsson, ce matin, après l’entraînement des Senators de Binghamton avant leur match contre les Bulldogs d’Hamilton de dimanche (15 h, Rogers 22) à la Place Banque Scotia. Mon travail est de jouer au hockey et, évidemment, je veux être ici, en haut (à Ottawa).

S’ils veulent que j’aille là-bas et que j’y joue – si c’est ce qu’il faut pour revenir ici et jouer plus de matches – alors je dois le faire. Et c’est ce que je fais.

«Je dois simplement travailler sur mon jeu, je pense. M’entraîner fort et travailler fort chaque jour et bien jouer.»

L’entraîneur-chef de Binghamton, Don Nachbaur, croit que Karlsson s’adapte rapidement à l’ajustement au travail dans la LAH et l’aborde avec la bonne attitude.

«Il est positif selon ce que je perçois, a dit Nachbaur. Chaque fois que vous passez de la Ligue nationale de hockey à la Ligue américaine de hockey, vous traversez ces moments au cours desquels vous vous demandez ‘pourquoi est-ce que cela m’arrive?’ Je pense qu’il s’ajuste bien et uniquement le temps le dira.

«Son premier match lui a ouvert les yeux, (mais) il continuera de s’améliorer de match en match.»

Naturellement, Karlsson a hâte de revenir à la Place Banque Scotia – l’édifice dans lequel il a été repêché, a brillé pour la Suède aux championnats du monde juniors 2009 et a joué ses neuf premiers matches en carrière dans la Ligue nationale de hockey.

«Ce sera amusant, a-t-il dit. J’aime jouer dans cet édifice. C’est une excellente occasion pour tous les gars de s’afficher (et de montrer leur talent).»

Karlsson n’est pas exactement parmi des étrangers à Binghamton. Il a participé à deux camps de développement des Sénateurs à Ottawa avec un certain nombre des espoirs de l’équipe qui sont maintenant ses coéquipiers avec les Sens-B.

«Je connais (plusieurs de) ces gars-là, a-t-il dit. J’aime jouer au hockey, donc je peux le faire là-bas et c’est bon. Je ne peux pas me plaindre.»

La vie à Binghamton, N.Y., n’est pas exactement la même qu’à Ottawa ou à Gothenburg, où il a joué la saison dernière pour les Indians de Frolunda, de la Ligue élite de Suède.

«C’est très différent, dit-il. C’est un jeu différent et un style de vie différent, c’est certain.»
Pour le moment, c’est le retour à la vie d’hôtel pour Karlsson, qui a fait la même chose à Ottawa jusqu’à ce que le capitaine des Sénateurs, Daniel Alfredsson, l’accueille dans sa maison au début du camp d’entraînement en septembre. Karlsson profite encore des mots de sagesse que lui a dit son compatriote.

«Nous essayons de nous parler le plus souvent possible, après chaque partie, a dit Karlsson. C’est bon pour moi. Il me dit simplement de bien jouer. C’est la chose que je dois faire. Je dois bien jouer.»

On parle déjà que Karlsson joue de nouveau pour la Suède aux championnats du monde juniors 2010 à Saskatoon et à Regina. Mais même s’il est ouvert à cette idée – et qu’il a la bénédiction de la direction des Sénateurs, s’il est toujours à Binghamton quand le tournoi débutera -- Karlsson préférerait passer la saison des Fêtes de Noël ailleurs si possible.

«Si je ne joue pas (aux championnats du monde juniors), je ne serai pas trop déçu, parce que, je l’espère (cela signifiera) je serai de retour ici d’ici là, a dit Karlsson. J’essaie de faire ce que je fais depuis six mois maintenant – simplement prendre les journées une à la fois et voir ce qui se passe. Tout peut se produire.»

Pour le moment, il retire le plus qu’il peut de son séjour dans l’équipe affiliée. Et il y en a eu beaucoup jusqu’à maintenant.

«Je joue beaucoup là-bas et c’est amusant, dit-il. Je pense que c’est bon pour moi d’avoir beaucoup de minutes et je suis habitué d’avoir beaucoup de minutes. J’ai les minutes dont j’ai besoin et les minutes que je mérite.»


En voir plus