Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

« J'ai toujours aimé courir »

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Cette fois, Bibbi Alfredsson sera présente au signal de départ.


Et la perspective de courir une distance de 21 kilomètres? C’est ce qui emballe le plus l’épouse du capitaine des Sénateurs d’Ottawa, Daniel Alfredsson.

« J’ai vraiment hâte », a déclaré Bibbi Alfredsson à propos du Demi-Marathon d’Ottawa, qui aura lieu dimanche dans le cadre de la Fin de semaine annuelle de courses d’Ottawa, qui attirera des milliers de coureurs dans la capitale nationale.

On pourrait dire qu’elle a dû attendre cinq ans pour ce moment. Alors qu’elle s’était entraînée pour la même course en 2004, elle ne s’était pas toutefois rendue à la ligne de départ.

« Je m’étais entraîné, mais nous n’étions pas restées, a dit Alfredsson. Lorsque les gars eurent terminé leur saison (lors des séries éliminatoires 2003-2004), nous avions hâte de revenir chez nous (en Suède, alors que Bibbi et Daniel ont uni leurs destinées un peu plus tard au cours de l’été). »

La fièvre du demi-marathon est revenue un peu plus tôt cette année. Lorsqu’elle a appris que sa voisine Teresa Donovan, l’épouse de l’attaquant des Sénateurs Shean Donovan, s’était inscrite pour la course de dimanche, Alfredsson a fait de même (Janelle Forest, la copine de l’attaquant des Sénateurs Nick Foligno, s’est aussi inscrite).

« J’ai déjà couru 10 km auparavant, de dire Alfredsson. Ce n’est pas un défi pour moi – en fait oui lorsqu’il s’agit de le faire dans un laps de temps –, mais je voulais m’attaquer à une épreuve plus longue. Cela est devenu un objectif à atteindre. »

Les deux conjointes se sont entraînées ensemble.

« Il y aura certainement de ces jours où je ne voudrais pas m’entraîner », a déclaré Alfredsson à propos du fait d’avoir une partenaire d’entraînement si proche. « C’est une personne qui me motivera à l’occasion. Et lorsque la course a lieu, c’est plaisant de pouvoir partager l’expérience avec une autre personne. »

Cette personne n’a jamais été son mari, qui est pourtant l’un des joueurs d’élite dans la Ligue nationale de hockey.

« Je suis un peu compétitive mais il est très compétitif, dit-il. « Il est à un niveau différent. Je crois qu’il peut courir (un demi-marathon) sans s’entraîner. Il a une grande volonté. Je crois qu’il peut le faire uniquement avec de la volonté. »

Depuis la fin du mois de février, le régime d’entraînement de Bibbi Alfredsson se résume à trois « petites » courses (cinq à sept kilomètres) en semaine et une longue course la fin de semaine (10 à 16,5 km). Elle se dit prête pour le grand jour, dimanche.

« J’ai très hâte et je suis très motivée, d’exprimer Alfredsson. J’ignore en combien de temps je vais le faire, mais je sais que je veux réussir. »

Elle va certainement prendre plaisir à chaque pas. Elle voue une véritable passion pour la course.

« J’ai toujours aimé courir, de dire Alfredsson. Je sors et cela me change les idées. Toutefois, je n’ai jamais été une coureuse de grandes distances. J’ai toujours couru moins de 10 km. »

Inutile de dire que le fait de terminer un demi-marathon lui procurera un grand moment de satisfaction.

« Je crois que je serai très contente, a dit Alfredsson. « Tes efforts sont récompensés. Simplement le fait de compléter un parcours est très gratifiant. Peu importe s’il s’agit du temps ou d’un objectif à atteindre. »

Et si les choses se passent bien dimanche, est-ce qu’elle envisage de courir un marathon complet un jour?

« Je n’y ai jamais pensé. C’est un peu loin, d’affirmer Alfredsson. Mais il ne faut jamais dire jamais. Peu être un jour, après quelques « demis ».


En voir plus