Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

« J'ai hâte de jouer pour les Sénateurs »

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Pascal Leclaire a été présenté aux médias d'Ottawa en mars dernier après avoir été acquis dans une transaction avec les Blue Jackets de Columbus. Cinq mois plus tard, il attend impatiemment sa première occasion de garder les buts pour les Sénateurs (Phillip MacCallum/Getty Images).
Le dernier arrêt effectué par Pascal Leclaire remonte à huit mois. Huit longs mois.


Autant au plan de sa carrière que de sa vie, les choses ont énormément changée pour lui, du moins que l’on puisse dire. Lorsque le cerbère de 26 ans se dirigera vers le filet, il sera plus qu’heureux d’écrire le plus excitant des chapitres de sa carrière relativement encore jeune.

« Le hockey m’a beaucoup manqué », a déclaré Leclaire, le gardien que les Sénateurs d’Ottawa ont acquis par le biais d’une transaction effectuée le 4 mars dernier avec les Blue Jackets de Columbus. « Maintenant, je suis très heureux d’être ici, à la lumière de ma situation d’il y a six mois. Tout va bien. »

La dernière fois que Leclaire a gardé les buts remonte au 18 décembre 2008 au American Airlines Center de Dallas, alors que les Blue Jackets s’étaient inclinés par 5-4 en prolongation face aux Stars. Un mois plus tard, il subissait une intervention chirurgicale à un genou et sa saison était terminée. Il a vu la recrue Steve Mason lui ravir son poste de numéro un à Columbus.

Ensuite, en mars, il fut échangé à Ottawa, une ville canadienne et un marché friand de hockey, pas bien loin de sa résidence d’été à Montréal. Pendant que ses nouveaux coéquipiers terminaient leur saison, Leclaire a agi comme spectateur, attendant patiemment le feu vert pour reprendre le collier.

Aussi frustrant que cela semble paraître pour certains, Leclaire peut analyser cette situation avec du recul comme étant une transition idéale dans un nouveau milieu de travail.

« Vous savez quoi, ce fut bon pour moi, car j’ai pu me familiariser avec la ville sans avoir à jouer, changer des choses et chercher pour une maison », a-t-il dit lors d’une entrevue accordée à ottawasenators.com. « Cela a facilité mon arrivée. Étant donné que je suis plus près de ma ville natale, je peux venir (à Ottawa) pendant l’été.

« Donc, lorsque je commencerai (la saison), je serai installé et prêt à me concentrer uniquement sur le hockey. Je n’aurai pas besoin de me soucier de choses comme faire installer le câble ou de trouver un endroit où rester. Je serai prêt et j’aurai eu suffisamment de temps pour le faire. C’est un point positif. »

Leclaire sait aussi que cela a donné beaucoup de temps aux amateurs et aux critiques pour créer des attentes à son endroit à Ottawa. Il s’agit ici d’un cerbère qui, après tout, fut l’un des meilleurs gardiens de la Ligue nationale en 2007-2008, alors qu’il avait présenté une fiche de 24-17-6 avec une moyenne de buts alloués de 2,25, un pourcentage d’arrêts de 0,919 et neuf blanchissages. Tout cela au sein d’une équipe qui n’avait pas fait les séries éliminatoires et qui fut celle qui avait marqué le moins de buts dans le circuit.

Il sait également que la direction des Sénateurs compte beaucoup sur lui pour être finalement le véritable gardien numéro un tant recherché. Toutefois, cela ne viendra pas hanter l’esprit de Leclaire lorsque ce dernier sautera sur la patinoire avec ses coéquipiers à partir de septembre.

« Selon moi, il faut surtout que je gagne la confiance de mes coéquipiers », a déclaré Leclaire, originaire de Repentigny, près de Montréal. « C’est la chose la plus importante et c’est dans cet aspect que réside la plus grande pression. Je dois bien jouer et être consistant. L’importance accordée par les médias est énorme et tout le monde en parlera, car j’ai été absent pendant une période prolongée (en raison de sa blessure) et de mon statut.

« Cela semble être une habitude ici, mais je n’entends pas m’embourber dans ce genre de choses. Je tente de gérer ce que je peux gérer. Le reste, c’est en boni. L’important pour moi est d’être heureux dans le vestiaire et sur la patinoire avec l’équipe. »

Cependant, il n’y a aucun doute aussi que Leclaire est impatient de pouvoir prouver à nouveau qu’il est le gardien qui a excellé il y a deux ans à Columbus et qui a représenté le Canada au Championnat mondial de hockey 2008 de l’IIHF à Québec et Halifax, où il avait présenté un dossier sans failles de 4-0-0.

Selon moi, il faut surtout que je gagne la confiance de mes coéquipiers. C’est la chose la plus importante et c’est dans cet aspect que réside la plus grande pression. Je dois bien jouer et être consistant. L’importance accordée par les médias est énorme et tout le monde en parlera, car j’ai été absent pendant une période prolongée (en raison de sa blessure) et de mon statut. Cela semble être une habitude ici, mais je n’entends pas m’embourber dans ce genre de choses. Je tente de gérer ce que je peux gérer. Le reste, c’est en boni. L’important pour moi est d’être heureux dans le vestiaire et sur la patinoire avec l’équipe. - Pascal Leclaire
« C’est comme dans n’importe quel match. Je voulais être à la hauteur le plus souvent possible », d’exprimer Leclaire, qui fut sélectionné au huitième rang au total lors du repêchage de 2001. « Je tente d’être encore meilleur chaque année, d’améliorer mon jeu d’un cran. J’ai connu une saison exceptionnelle il y a deux ans. L’an dernier, les choses se sont compliquées en raison de ma blessure. Maintenant, je veux être en posture afin de pouvoir disputer un grand nombre de matchs et beaucoup de minutes.

« Lorsque vous jouez souvent, cela signifie que vous faites du bon travail. Ces deux éléments vont de pair et c’est ce que je veux faire. »

Malgré la présence d’une cicatrice mauve plutôt laide sur le haut de sa cheville droite qui lui rappelle cette épreuve, Leclaire affirme que tout cela est maintenant du passé. Il est maintenant en santé et prêt pour la prochaine étape.

« Lorsque j’ai quitté (pour la réunion de l’association des joueurs de la LNH à Paris il y a trois semaines), je savais que tout allait bien, car j’avais patiné tous les jours pendant une semaine, dit-il. Pour moi, c’était essentiel. Lors des deux ou trois derniers jours, elle (sa cheville) était revenue à la normale. J’ai changé quelques éléments de mon entraînement, mais tout fonctionnement à merveille. »

Donc, voilà aussi une autre opportunité qui se présente à lui. Il aura la chance de jouer à nouveau au hockey et dans une région profondément passionnée pour ce sport.

Inutile de dire que Leclaire attend impatiemment le moment où il pourra remettre ses jambières et de recommencer.

« J’ai vraiment hâte à cette saison, dit-il. « Je crois que la frénésie est palpable, car je suis arrivé ici sans avoir joué immédiatement. J’attends toujours avec impatience pour disputer mon premier match dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa. J’ai hâte de reprendre le collier et de tourner la page.

« J’ai hâte de recommencer pour vrai. J’ai raté huit mois de hockey donc j’ai d’autant plus de raisons d’être enthousiasme à l’idée de reprendre le jeu. »



En voir plus