Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Greening fait son chemin chez les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Les Sénateurs d'Ottawa n’ont pas hésité à lancer dans la mêlée leur nouveau boulet de démolition autour du filet.


Et Colin Greening a livré exactement ce dont ses coéquipiers avaient besoin.

Profitant d’une occasion d’évoluer sur un jeu de puissance tard lors de l'affrontement de mardi soir contre le Wild à la Place Banque Scotia, le robuste attaquant de 6’3’’ et 212 livres a fait des siennes devant le gardien du Minnesota, Niklas Backstrom. Le résultat final? Greening a inscrit le but égalisateur en troisième période et les Sénateurs se sont dirigés vers une victoire de 4-3 en fusillade, signant leur premier gain de la saison.

Alors que le jeu dominant du vétéran attaquant Chris Neil sur le plan physique a eu un grand impact dans la remontée des Sénateurs d'un déficit de 3-1, les entraîneurs n’ont pas hésité à approuver les agissements de Greening à un moment clé dans le match. C'est exactement le genre d'impact qu’ils croient que le joueur de 25 ans de St. John's (T.-N.-L.) peut faire sur une base régulière.

« Nous avons tous dit que si vous êtes un joueur difficile à affronter, vous allez créer plus d'espace et vous serez beaucoup plus efficace », a déclaré Randy Lee, directeur des opérations hockey et du développement des joueurs des Sénateurs. « Il y a beaucoup de joueurs talentueux dans la ligue, mais il est un spécimen physique difficile à contrôler, il est intimidant, il peut blesser les gars sur l'échec avant et il crée beaucoup d'espace pour lui et ses ailiers.

« S'il joue de cette façon, il a une chance de devenir plus qu’un bon joueur. C'est ce que Bryan (Murray, directeur général des Sénateurs) lui a dit, c'est ce que Kurt (Kleinendorst, l'entraîneur en chef des Senators de Binghamton) lui a dit, c'est ce que je lui ai dit. Ses coéquipiers aiment jouer avec lui parce qu'il est rapide et qu’il possède de bonnes mains. »

Greening, un garçon brillant qui a étudié à l’Université Cornell, est aussi suffisamment intelligent pour voir cet aspect également. Les zones ardues devant le filet ne sont pas exactement pour les faibles de cœur, mais il est prêt à les fréquenter, surtout si cela signifie d’être utilisé à des moments importants, comme dans des situations de jeu de puissance.

« Jusqu'à ce qu'ils me disent d'arrêter d'aller au-devant du filet, c'est exactement ce que je vais faire », a déclaré Greening, qui a inscrit deux buts au cours des trois premiers matchs de la saison des Sénateurs. « Je veux être en mesure d’être aussi une option (pour marquer des buts). Il y a d'autres aspects, mais mon travail consiste essentiellement à tout briser, en quelque sorte.

« Je suis fait pour cela. Je me considère en assez bonne forme et je peux encaisser des coups. Il ya une certaine mentalité qui vient avec cela aussi. Je n'ai pas les habiletés d’un Jason Spezza, donc si c'est ce qu'il faut pour obtenir du temps sur le jeu de puissance, je n’y vois aucun problème. J'ai passé quatre années dans les rangs universitaires à faire le même genre de trucs. Donc, pour moi, il n'y a rien de nouveau et c’est quelque chose que je peux réussir à faire. »

Demandez aux gens dans l’entourage des Sénateurs et on vous répondra que Greening sous-estime probablement son gabarit. Il est l'un des athlètes les mieux entraînés de l'équipe.

« Il (Greening) est l'un des meilleurs spécimens physiques que nous avons eus, a déclaré Lee. Il est très fonctionnel et il peut l'appliquer sur la glace. Il n’a pas froid aux yeux devant le filet, dans les endroits difficiles. En action, il est vraiment difficile à maîtriser. »

L'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, aime ce qu'il a vu de la part de Greening jusqu'ici cette saison.

« Nous voulions qu'il s’impose physiquement. Il correspond à la description d'un attaquant de puissance, a déclaré MacLean. Et je pense qu'il a fait le travail, il ne nous a pas déçus. »

Il a également été en mesure de s’adapter à toutes les situations. Au cours de la route vers la Coupe Calder des B-Sens la saison dernière, Greening a été utilisé sur le premier trio de l'équipe pendant un match, puis il se retrouvait avec des coéquipiers sur la troisième ou quatrième ligne le soir suivant.

« Je n'ai jamais évolué sur le jeu de puissance l'année dernière », a déclaré Greening, un choix de septième ronde (204e au total) au repêchage universel de la LNH en 2005. « Kurt avait ses gars qui ont été très, très efficaces et ils l’ont montré dans les séries éliminatoires, en marquant des buts incroyables en avantage numérique. Nous avions le personnel adéquat pour notre jeu de puissance. Lors du jeu de puissance dont j’ai été utilisé, ce fut agréable de voir ces joueurs-là à l’œuvre et essayer d'apprendre d'eux.

« Aurais-je aimé avoir un peu de temps sur le jeu de puissance là-bas? Oui, mais au bout du compte, je savais ce qui était le mieux pour l'équipe. »

Bloc-notes

MacLean a indiqué qu'il envisage un changement ou deux en vue du match de jeudi soir contre l'Avalanche du Colorado (19 h 30, Sportsnet East, CKOI 104,7 FM) à la Place Banque Scotia. Mais du même souffle, il a admis qu'il sera difficile de modifier une formule qui a permis de gagner mardi sur le Wild. « Historiquement, on ne brise pas une formule gagnante, donc je vais probablement pencher en cette direction à ce stade-ci », a-t-il dit... Attendez-vous à ce que Craig Anderson soit de retour devant le filet pour un quatrième match de suite. Ce sera son premier départ contre l'Avalanche, l’équipe qui l’avait échangé à Ottawa en février et MacLean a laissé entendre qu'il n'a pas l’intention de lui refuser ce départ... Les Sénateurs feront leurs débuts dans leur nouveau chandail d’époque jeudi... Il reste moins de 1 200 billets pour le match.


En voir plus