Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Greening fait parler de lui dans son patelin

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Dans sa région natale, les gens ne se soucient guère de la façon dont la rondelle a pénétré dans le filet.


Ni Colin Greening, la fierté de St. John's, était encore épanoui au lendemain de son premier but inscrit dans l’uniforme des Sénateurs pour propulser son équipe vers une victoire de 3-1 sur la route contre les Thrashers d’Atlanta. Dans la capitale de Terre-Neuve-et-Labrador, ce moment a effectivement suscité bien de l’enthousiasme.

« Je crois que mes parents n’ont jamais reçu autant d’appels téléphoniques », a déclaré l’attaquant recrue de 24 ans, qui lui-même a eu sa part d’appels et de messages de félicitations. « J’ai parlé avec eux et ils m’ont dit qu’aussitôt que la rondelle eut pénétré dans le filet, que le téléphone s’est mis à sonner sans arrêt.

« On veut être en mesure de marquer des buts. Je suis fier de moi en quelque sorte d’avoir été en mesure d’en enfiler un, au moins. Lorsque ce premier but est arrivé, j’ai ressenti à la fois un soulagement et de l'excitation. On pense toujours à ce premier but dans la LNH, comme lorsqu’on avait cinq ou six ans. Ce fut certainement gratifiant et je vais certainement chérir cette rondelle. »

Cette rondelle de son premier but, de dire Greening, s’en ira à Terre-Neuve. « Mes parents seront très reconnaissants d’une chose comme celle ça.» Imaginez comment cela va être reçu dans une province qui célèbre les réalisations de siens avec beaucoup d'enthousiasme. Il espère leur procurer beaucoup d’autres occasions de célébrer dans le futur.

« J'espère que c'est un signe de bonnes choses à venir, a déclaré Greening. « Chaque chose que l’on accomplit dans la LNH signifie de petits pas, de petites réalisations qui vous font réaliser que vous y arrivez finalement. Ce fut agréable de se délivrer de cette pression et j’espère que c'est juste un tremplin pour d’autres belles choses. »

Pour un gars qui a admis avoir été surpris quand il a été rappelé pour la première fois dans la Ligue nationale de hockey il y a un mois, ce fut un moment surréaliste en quelque sorte. Et un chapitre de plus à une histoire qui ne cesse de s'améliorer. Il y a deux semaines seulement, l’attaquant de 6’3’’ et 211 livres avait aussi fait parler de lui avec sa prestation au concours Les habiletés des Sénateurs, présenté par Metro.

« Depuis ce concours des habiletés, il (Greening) a attiré l’attention des autres joueurs sur ce qu'il peut faire et il continue sur une base quotidienne », a déclaré l'attaquant des Sénateurs Nick Foligno. « Nous étions heureux de le voir réussir ce but hier soir. »

D’un match à l’autre, Greening devient de plus en plus à l’aise dans la LNH.

« Chaque match, la confiance grandit et c'est compréhensible », a-t-il dit en prévision du match ce soir contre les Rangers de New York à la Place Banque Scotia (19 h 30, RDS, TSN, CKOI 104,7 FM). « Je me souviens de mon premier match au New Jersey (le 1er février), j'étais très nerveux. On veut s’intégrer et faire sentir qu’on mérite notre place ici.

« Plus je progresse et plus je joue de matchs, je deviens plus à l’aise et je commence à tisser des liens avec les gars. Je me sens plus à l'aise dans le vestiaire. Toutes ces choses m’aident. Je considère que tout est encore nouveau pour moi, mais je tente d’apprendre autant de choses que je peux. »

L’apprentissage n'a jamais été un problème pour Greening, qui a obtenu une moyenne pondérée cumulative de 3,99 (sur 4,00) au cours de sa dernière année à l'Université Cornell. Bien qu'il parle en plaisantant, il a déjà trouvé une meilleure façon de décrire son but, alors que la rondelle s’est retrouvée dans le filet en déviant sur le défenseur Dustin Byfuglien, des Thrashers.

« Pour ceux qui le l’ont pas vu, ce fut un lancer du revers de bout en bout dans le coin supérieur », a dit Greening avec un sourire. « En fait, ça ne s’est pas passé réellement comme ça. Ne laissez jamais la vérité triompher sur une bonne histoire. »

Là encore, la narration devrait être une chose facile pour Greening, alors que son père, Fred, travaille pour la CBC depuis plus de 40 ans, plus récemment en tant que producteur de documentaires pour Land and Sea. Et, en tant qu’ancien journaliste à la radio et à la télé à St. John's, il a appris la valeur d'une bonne citation, une qualité qu'il a essayé d'inculquer à son fils hockeyeur.

« Il a été dans le domaine depuis assez longtemps pour connaître les ficelles du métier », a déclaré Greening au sujet de son père. « Pour lui, c’est important de ne pas toujours utiliser le même jargon de hockey. Parfois, quand on est fatigué, qu’on vient de terminer une période et qu’on a à accorder une entrevue, on est porté à tomber dans ce piège. Donc, lorsque je dis la même chose que les autres, il me le fera savoir.

« Il (son père) parle toujours de donner des détails et des exemples. Je suppose que cela fait de la meilleure télévision. »

Bloc-notes

Sans aucune surprise, l'entraîneur-chef des Sénateurs, Cory Clouston, a accordé au gardien Craig Anderson un septième départ consécutif ce soir contre les Blueshirts. Depuis son arrivée à Ottawa dans une transaction avec l'Avalanche du Colorado, Anderson a présenté une fiche de 4-2-0 avec une moyenne de buts alloués de 1,16 et un pourcentage d'arrêts de 0,966. Il a repoussé 42 tirs dans la victoire sur les Thrashers, jeudi soir. « C'est certainement ma meilleure séquence de toute ma saison, a déclaré Anderson. « Lorsqu’on gagne et que l’on joue bien, cela augmente la confiance. On veut poursuivre sur la lancée et minimiser les chutes. La clé, c'est simplement essayer de continuer ainsi, de se préparer de la même façon et ne pas être trop présomptueux. » Un autre joueur qui a connu une première à Atlanta, le défenseur Derek Smith, dont la passe sur le but de Foligno en troisième période s’est avérée son premier point dans la LNH. « Il a fait beaucoup de chemin », a déclaré Clouston au sujet des progrès du défenseur de 26 ans cette saison. « Il est plus à l’aise et un peu plus confiant. Il croit en son jeu et, selon moi, il parvient à le lire beaucoup mieux. Il ne cherche pas à forcer les choses, il garde son jeu simple et ne se complique pas la vie. »



En voir plus