Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Foligno se sent chez lui avec les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Nick Foligno et son épouse, Janelle, aiment s'impliquer dans des causes caritatives dans la communauté (Club de hockey Les Sénateurs d'Ottawa).
Où le cœur aime, là est le foyer.


Et avec chaque année qui passe, la relation que s’est forgée Nick Foligno avec Ottawa et la seule équipe de la Ligue nationale de hockey qu’il ait connue s’intensifie encore plus. Il s’agit de l’endroit idéal, vous dira-t-il, autant pour lui que pour son épouse, Janelle, qui ont plongé avec enthousiasme dans la vie quotidienne de la capitale nationale.

« Mon épouse et moi sommes ici depuis maintenant cinq ans et j’ai adopté les gens », a déclaré Foligno, âgé de 24 ans, le premier choix des Sénateurs (28e au total) au Repêchage amateur de la LNH en 2006. « Il s’agit d’une très belle communauté. Les gens s’entraident entre eux et je veux y contribuer. S’impliquer est un beau geste. Cela saute aux yeux et les gens réalisent que l’on n’est pas seulement un joueur de hockey. On est une personne. Ma femme et moi adorons nous impliquer dans la communauté. »

Pour Nick et Janelle, tous deux originaires de Sudbury, en Ontario, cela comprend prêter leur nom à de nombreuses causes caritatives dans la région d’Ottawa. Un geste que les deux personnes, qui ont uni leurs destinées en juillet, n’hésitent pas à faire.

« Nous nous impliquons auprès d’organismes auxquels nous croyons beaucoup afin de les aider, et cela a contribué à changer des choses de façon importante », a-t-il dit.

Les Foligno sont les présidents d’honneur du gala annuel 65 Roses Club des Sénateurs d'Ottawa, prévu pour le 23 février, afin d’amasser des fonds pour la recherche sur la fibrose kystique. Ils font aussi « un tas de trucs dans la lutte contre le cancer », la maladie qui a tué la mère de Foligno, Janis, il y a deux ans.

Foligno a aussi prêté son nom au Gros but des Sénateurs, une campagne pour aider la Société canadienne du sang à obtenir un plus grand nombre de dons de sang pendant les Fêtes, une période où la demande est particulièrement élevée.

De plus, Janelle a consacré du temps en dehors de sa carrière d'enseignante pour appuyer l’organisme F.A.B. Women, un groupe basé à Ottawa qui offre un soutien pour les femmes qui luttent contre les troubles de l’alimentation. Enseignante dans une école primaire d'immersion française depuis les trois dernières années, Janelle agit maintenant comme suppléante afin de consacrer plus d'énergie à une association caritative qui lui tient particulièrement à cœur, selon Nick. Elle agit à titre de responsable pédagogique du groupe.

Bien sûr, les Foligno ne seraient pas à Ottawa sans le hockey et Nick souligne sans broncher que la passion pour le hockey dans la capitale est un autre aspect qui rend la vie ici si attrayante.

« C'est un endroit où les amateurs ont vraiment le hockey à cœur et on veut évoluer dans un environnement favorable à notre sport, a dit Foligno. Il s’agit de ma première équipe (dans la LNH) et j'ai un attachement émotif pour celle-ci. Nous aimons tous deux la vie ici. »

Nick Foligno est né à Buffalo, à l’époque où son père, Mike, était un attaquant chez les Sabres. Mais deux transactions allèrent forcer la famille à déménager à deux reprises — à Toronto et en Floride — avant que Mike ne mette un terme à sa carrière dans la LNH.

« Nous sommes conscients du fonctionnement des choses au hockey et nous savons que nous ne pouvons pas trop nous enraciner », a déclaré Foligno au sujet de sa stabilité actuelle à Ottawa. « Mais nous sommes vraiment heureux ici et nous voulons y être pour longtemps. »

Nick et Janelle se sont rencontrés pour la première fois à Sudbury, alors qu’il évoluait chez les Wolves dans la Ligue de hockey de l'Ontario. Leurs familles y demeurent toujours et les Foligno prévoient y construire une résidence d'été dans la ville qu’ils considèrent comme étant leur bercail.

Mais Ottawa s’est taillé une place particulière dans leurs cœurs, aussi.

« Ottawa est une belle communauté composée de gens magnifiques, a exprimé Foligno. Elle me rappelle beaucoup Sudbury (en ce sens). On se noue de belles amitiés après avoir vécu si longtemps ici, que ce soit des propriétaires de restaurant ou simplement des gens que l’on rencontre au fil du temps. On devient proche d'eux et nous sommes vraiment heureux d'avoir quelques bons amis ici maintenant.

« Cette ville (Ottawa) est certainement devenue notre patelin et nous espérons que cela continue pour longtemps. »


En voir plus