Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Eugene Melnyk commente le vote de la Ville d'Ottawa sur le projet de stade

par Staff Writer / Ottawa Senators
OTTAWA – Eugene Melnyk, propriétaire de Sénateurs Sports & Divertissement, a émis le commentaire suivant aujourd’hui au sujet du vote du Conseil municipal de la Ville d’Ottawa sur le projet de stade :


Notre proposition – Prospectif

« Lorsque j’ai fait l’acquisition des Sénateurs en 2003, j’avais alors décidé que cette ville deviendrait mon port d’attache au Canada. J’ai passé de précieux moments ici, notre organisation a appuyé d’excellentes causes et nous avons attiré des événements de classe mondiale dans notre ville. C’est dans cette ville que je souhaite concentrer mon développement économique et mes plans d’investissements pour les prochaines années. Je regardais vers l’avenir à l’époque en 2003 et notre proposition d’obtenir une franchise de la Major League Soccer et de construire un nouveau stade en plein air est maintenant un projet de nature prospective.

L’an dernier, j’ai pris la décision d’obtenir une équipe de la MLS pour la ville. Ce projet comprend la construction d’un stade spécifiquement dédié au soccer sur un terrain vacant qui appartient à la Ville, près de la Place Banque Scotia, pour loger l’équipe et pour profiter à une communauté de plus de 90 000 adeptes du soccer et aux nombreux amateurs de ce sport à Ottawa.

Afin d’assurer le succès de ce projet de nouveau stade et d’une équipe de soccer, cela nécessiterait un important investissement personnel de 65 millions $, ainsi que l’appui de la Ville et des autres paliers de gouvernement. Je ne prends aucune décision d’investissement à la légère. Au cours de la dernière année, mon équipe a étudié de façon exhaustive le modèle de fonctionnement pour la franchise de soccer et du stade de Kanata et je suis absolument convaincu qu’il s’agit d’un investissement supérieur autant du point de vue d’affaires ou de celui d’un amateur que celui de la Ville.

Je suis confiant du projet et je vais continuer à l’appuyer alors que le Conseil municipal de la Ville d’Ottawa doit trancher demain. La ville a proposé une nouvelle motion pour mercredi, en offrant moins que ce qui serait requis pour assurer la viabilité du stade de Kanata. Je respecte la volonté du conseil à trouver une autre solution. Il y a plusieurs aspects de notre proposition qui peuvent être négociés. Toutefois, la motion telle que proposée est dépourvue de tout appui du conseil qui aurait été certainement nécessaire afin d’espérer réussir auprès des autres paliers de gouvernement et de la Major League Soccer. Nous confirmons au conseil que cette motion n’est pas viable, selon nous, et qu’elle n’a aucun gage de réussite.

Quelle que soit la décision que le Conseil municipal prendra mercredi, nous allons la respecter. Toutefois, nous réitérons que nous croyons que notre proposition en est une de nature prospective et qu’elle offre une solution autant pour Lansdowne que pour un nouveau stade à Kanata, en plus d’être celle qui est la plus économique pour la Ville et ses contribuables.

Solutions de compromis

Au cours des deux dernières semaines, nous avons abordé quelques propositions d’accommodement, don’t l’une étant de réunir simultanément une franchise de la Ligue canadienne de football et une franchise de la MLS dans un seul même stade  à Kanata. À première vue, cela semblait une excellente idée – le meilleur des deux mondes – et qui aurait pu éviter le débat qui s’en est suivit au sujet des stades.

Nous avons minutieusement étudié la possibilité d’exploiter à la fois une franchise de la LCF et une de la MLS à Kanata, au niveau de la rentabilité et de la logistique. Honnêtement, cela ne tient pas la route.

La conjoncture est incertaine. Les propriétaires d’équipes partout dans le monde sont forcés à vendre des actifs de grande valeur. Même si j’adore les risques calculés, le modèle des franchises combinées de la LCF et de la MLS ne fonctionne pas. Après mûre réflexion, je décline l’occasion de voir les deux équipes évoluer dans le même stade. Le risque était trop grand et je n’étais pas préparé à assurer une stabilité de l’organisation dans son ensemble en lien avec une entente de dernière minute, quoiqu’elle fut alléchante.

Lors de conversations au cours des derniers jours, certains ont qualifié mon refus comme étant un geste d’entêté, mal avisé ou une façon de dire « c’est ma méthode ou rien du tout ». Cela n’en est rien. Je crois fermement qu’un compromis est souvent nécessaire pour résoudre des problèmes difficiles. Donc, lorsqu’on nous a présenté des alternatives au cours des deux dernières semaines, nous les avons examinées minutieusement. Sans égards aux motifs entourant cette importante décision d’affaires, je veux qu’il soit clair que si nous avions pu parvenir à trouver une façon de faire fonctionner l’une des solutions de compromis, nous l’aurions fait. Cependant, il n’y en avait tout simplement pas.

J’adore Ottawa et nos partisans des Sénateurs. Je respecte l’engagement financier et émotionnel qu’ils prennent en venant assister aux matchs des Sénateurs d’Ottawa et encourager l’équipe. Je respecte aussi le travail que le Conseil municipal doit faire et les priorités qu’ils doivent choisir pour le bien de la collectivité. Je crois toujours fermement que le stade de Kanata doit demeurer LA priorité. Je me suis présenté devant le conseil, il y a plusieurs semaines, afin de m’occuper personnellement de ce dossier. Cependant, si le Conseil municipal décide demain de faire du projet de revitalisation du parc Lansdowne sa priorité, en tant que bon joueur, je respecterai cette décision. »

- fin -

En voir plus