Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

En lice pour le Norris : un « grand honneur » pour un défenseur des Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators

Il s’agit d’une saison qui ne peut tout simplement pas passer inaperçue.

Il suffit de demander aux coéquipiers d’Erik Karlsson, qui vous diront que le défenseur des Sénateurs d'Ottawa mérite pleinement son nouveau statut, soit l'un des trois finalistes pour le trophée James Norris, remis annuellement au meilleur défenseur de la Ligue nationale de hockey.

Les membres de l’Association des chroniqueurs du hockey professionnel, qui tiennent un scrutin pour déterminer le gagnant, ont également inclus Shea Weber, des Predators de Nashville, et Zdeno Chara, des Bruins de Boston, dans ce groupe d'élite. Ironie du sort, Chara, qui a remporté le prix il y a trois ans, fut le dernier défenseur des Sénateurs à voir été choisi comme finaliste pour le Norris en 2005-2006.

« Je suis vraiment heureux pour lui », a déclaré le capitaine des Sénateurs Daniel Alfredsson après avoir appris la nouvelle au sujet de son compatriote suédois. « Il a connu une année incroyable et son travail constitue l'une des principales raisons qui expliquent que nous sommes dans cette position (dans un match numéro 7 contre les Rangers de New York, ce soir). Il a travaillé fort et il a progressé très rapidement. C'est super pour lui. »

Le centre des Sénateurs Jason Spezza est allé plus loin, en disant que Karlsson « a eu une excellente saison et mérite de remporter le Norris. Il est le moteur qui nous propulse depuis la défensive. Il a fait énormément de belles choses. »

La saison de Karlsson, 21 ans, fut effectivement exceptionnelle, avec des statistiques impressionnantes et qui n'ont pas été vues depuis des années. Avec 78 points, il s’agit du plus grand nombre produit par un défenseur de la LNH depuis 2005-2006, lorsque Nick Lidstrom, des Red Wings de Detroit et récipiendaire du Norris à sept reprises, en avait totalisé 80. Karlsson a également inscrit 25 points de plus que le deuxième meilleur défenseur du circuit (Dustin Byfuglien, des Jets de Winnipeg), le plus important écart depuis Paul Coffey, des Penguins de Pittsburgh, avec 38 points en 1988-1989.

Le total de Karlsson au chapitre des points et des mentions d’aide (59) a aussi fracassé la marque précédemment établie par Norm Maciver il y a très longtemps, soit en 1992-1993, la saison d'expansion des Sénateurs. Montrant ses habiletés dans les deux sens de la patinoire, Karlsson fut le meneur dans la LNH au chapitre des revirements causés en plus d’avoir affiché un différentiel de +16, tout un contraste par rapport à son -30 de la saison dernière.

« Ce fut une bonne année, a admis Karlsson. Je suis très fier et c'est un grand honneur d'être choisi (à titre de finaliste du Norris), en particulier avec les autres joueurs en nomination. Je suis très heureux. Ce n'est pas quelque chose sur lequel j’aurai imaginé me retrouver au début de la saison. »

Cette nomination n’est pas une surprise non plus pour l'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, qui a hérité de Karlsson à sa première année derrière le banc d'Ottawa. Mais il y a une qualité évidente au sujet du jeune défenseur.

« Je savais qu'il pouvait très bien patiner », a déclaré MacLean pour souligner la plus grande qualité de Karlsson, et sa plus importante. « Je savais que si nous parvenions à le pousser à être actif et à patiner, qu’il deviendrait un excellent joueur, car il a les habiletés nécessaires. Je ne sais pas si nous nous sentions à ce moment-là qu'il serait assez bon pour être un candidat pour le Norris, mais il a certainement joué assez bien cette saison pour être un candidat légitime et nous sommes vraiment heureux pour lui. »

Karlsson s’est empressé de souligner que l’ascension des Sénateurs vers les séries éliminatoires a joué un grand rôle dans sa réussite personnelle, en les associant directement. Il a aussi donné une fière chandelle à son partenaire à la ligne bleue, Filip Kuba, qui a rebondi pour connaître une saison formidable.

« Je n'aurais jamais imaginé cela », a-t-il dit au sujet de sa nomination pour le trophée Norris. « Nous avons fait un bon travail en jouant du bon hockey et quelques joueurs dans cette équipe ont connu une année exceptionnelle. J’ai simplement collaboré un peu.

« Il (Kuba) m'a aidé énormément dans plusieurs aspects du jeu et nous nous entendons très bien. Nous savons à quoi s'attendre l’un de l'autre, à quel endroit se placer à certains moments et à quel moment nous devons nous surveiller mutuellement. Je n'aurais pas pu en faire autant sans lui ou quiconque au sein de l'équipe. »

En voir plus