Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Elliott déjoue les embûches

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Brian Elliott revient de loin.


Le joueur qui a été repêché le plus tardivement par l’organisation des Sénateurs d’Ottawa est sur le point de devenir un sérieux aspirant à un poste de gardien de but dans le grand club. Le cerbère ne semble jamais avoir été si près du but, lui qui a été sélectionné au 291e rang (neuvième ronde) lors du repêchage de 2003.

« C’est un objectif que je caresse depuis l’âge de cinq ans », a déclaré Elliott à propos de la possibilité de dénicher un poste à temps complet avec une équipe de la Ligue nationale de hockey. « À cet âge, tu crois véritablement que tu pourras atteindre ce but un jour. »

Le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, a déjà invoqué ouvertement l’hypothèse d’amener Elliott dans le grand club la saison prochaine. Les chances d’Elliott pourraient s’accroître à la suite de l’annonce du rachat des deux dernières années restantes du contrat de Ray Emery, lundi. Martin Gerber est désormais le seul gardien dans l’alignement à Ottawa.

Elliott entend participer à la lutte pour l’obtention du poste de substitut et ce n’est pas une blessure qui va l’en empêcher. En avril dernier, il a subi une élongation à son genou droit alors qu’il était devant le filet de la filiale des Sénateurs dans la Ligue américaine, à Binghamton. Un adversaire qui portait un uniforme approprié, celui du Crunch de Syracuse, a littéralement foncé sur le gardien.

La blessure a mis un terme prématurément à la saison d’Elliott, alors que ce dernier connaissait une bonne séquence. Toutefois, deux mois plus tard, il affirme que son genou est guéri et qu’il est prêt pour un test lors du camp de perfectionnement des Sénateurs, qui a lieu cette semaine.

« J’ai eu l’occasion de prendre des lancers (lors de séances privées). J’ai effectué des entraînements complets deux fois par semaine, disait-il, il y a quelques semaines. « Il a fallu un peu de temps pour me remettre mais je me sens d’attaque pour le camp. »

L’ancien gardien de l’Université du Wisconsin est retourné à Madison au cours des dernières semaines, pour s’entraîner sous la supervision de Mike Valley, un autre ex-cerbère des Badger, qui lui donne de précieux conseils.

« Il m’a dit : "Je vais t’aider à condition que tu travailles en fonction de commencer la prochaine saison à Ottawa", a dit Elliott, âgé de 23 ans. « Cela a toujours été mon but. Il faut viser haut et relever les défis.

« Nous effectuons plusieurs exercices, comme celui d’aiguiser nos réflexes sur un ordinateur et d’autres nouveautés qui nous permettent d’aller plus loin. »

Avant de subir sa blessure au genou, Elliott présentait un dossier de 18-19-1, une moyenne de buts alloués de 2,81 et un pourcentage d’arrêts de 0,915 à Binghamton. Plus important encore, son jeu s’était nettement amélioré vers la fin de la campagne.

« Je veux poursuivre sur ma lancée de la deuxième moitié de saison, alors que je commençais à être de plus en plus à l’aise devant le filet », a-t-il dit à propos de sa prochaine étape de perfectionnement. « Je tente de sortir un peu plus de mon filet, défier les attaquants adverses, réduire les angles et demeurer alerte.

« Regardez Gerber, il pratique un style de jeu incroyable. Il semble tellement à l’aise dans ses mouvements. J’espère m’inspirer de lui afin d’incorporer certaines techniques à mon style. »

Elliott a aussi connu ses premiers moments dans la LNH, la saison dernière. Le 10 octobre dernier, dans une décision surprise, il fut le partant dans un match remporté par les Sénateurs, au compte de 3-1, sur les Thrashers à Atlanta.

« C’était un peu surréel, de confier Elliott. J’étais nerveux et je voulais donner le meilleur de moi-même. Si je pense à cette nervosité, cela peut me jouer des tours, particulièrement à ce calibre de jeu. Il faut simplement relaxer et jouer. Je ne pensais qu’à cela. »

À partir de ce jour-là, Elliott n’a qu’une idée en tête.

« Après mon premier match à  Atlanta, je me suis dit que j’ai disputé qu’un seul match (dans la LNH) et l’équipe a gagné, dit-il. Nous avions une bonne équipe (devant moi) et j’étais heureux d’avoir vécu cette expérience.

« C’est ainsi que je constate que je peux jouer à ce niveau et pour longtemps. »


En voir plus