Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Comme un nouveau départ pour Leclaire

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le gardien des Sénateurs Pascal Leclaire est prêt à tourner la page sur ses mésaventures de 2009-2010 et démarrer la prochaine campagne du bon pied. De nombreuses blessures ont limité Leclaire à 34 matchs la saison dernière mais il a terminé l'année en force lors des séries éliminatoires (Photo par André Ringuette/NHLI via Getty Images).
Depuis quelques mois, du moins, il s’en est tenu à cuisiner sur un barbecue.


Ainsi, Pascal Leclaire a mis de côté toutes les « malchances » qui ont ruiné sa première saison dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa. Maintenant, le gardien de 27 ans a hâte d’entamer un nouveau chapitre de sa carrière dans la Ligue nationale.

Il espère que cette fois-ci sera plus concluante.

« J’entreprends chaque année comme une toute nouvelle campagne », a déclaré Leclaire aujourd’hui après avoir participé à son premier match simulé avec quelques-uns de ses coéquipiers des Sénateurs. « Peu importe ce qui est arrivé la saison dernière, les bonnes choses comme les mauvaises, cela fait partie du passé. Dans le sport, il faut se prouver sans cesse chaque année, donc c’est la même chose. Il n’y a pas de pression supplémentaire ou quoi que ce soit (sur mes épaules).

« Je suis simplement heureux d’être de retour et de jouer au hockey. La saison dernière nous a donné un avant-goût convaincant de ce que notre équipe peut réaliser cette année. Nous irons peut-être plus loin. Nous entamerons le camp d’entraînement et nous verrons ce qui arrivera. »

Leclaire s’est certainement accordé un bon tremplin pour la campagne 2010-2011 grâce à la façon dont il a terminé la précédente. Il a surtout repoussé 56 tirs — dont certains d’une excellente qualité — en menant les Sénateurs à une victoire de 4-3 en troisième période de prolongation contre les Penguins de Pittsburgh au 5e match de la série de première ronde. Il s’agissait de sa première présence en séries éliminatoires de la LNH dans un affrontement qui s’est avéré le plus long de l’histoire moderne de la franchise. Leclaire avait ainsi établi un nouveau record d’équipe en séries pour le nombre d’arrêts dans un match.

Même si les Penguins ont mis fin à la saison des Sénateurs deux soirs plus tard, Leclaire a offert à la direction de l’équipe plus qu’un aperçu du type de prestation qu’Ottawa crût obtenir lorsque la formation a fait son acquisition des Blue Jackets de Columbus à la date limite des transactions en 2009. Alors qu’il amorcera la dernière année de son présent contrat, Leclaire souhaite en démontrer autant à ses patrons au cours de la campagne qui est sur le point de débuter.

« Ce fut plaisant de jouer, a dit Leclaire. On veut se retrouver dans de telles situations. On veut faire les séries et y participer. Ce fut ma première expérience et elle fut concluante. Je sais de quoi je suis capable, donc cela ne signifie pas que je dois tout changer. J’ai juste hâte de jouer à nouveau. »

J’entreprends chaque année comme une toute nouvelle campagne. Peu importe ce qui est arrivé la saison dernière, les bonnes choses comme les mauvaises, cela fait partie du passé. Dans le sport, il faut se prouver sans cesse chaque année, donc c’est la même chose. Il n’y a pas de pression supplémentaire ou quoi que ce soit (sur mes épaules). Je suis simplement heureux d’être de retour et de jouer au hockey. La saison dernière nous a donné un avant-goût convaincant de ce que notre équipe peut réaliser cette année. Nous irons peut-être plus loin. Nous entamerons le camp d’entraînement et nous verrons ce qui arrivera. - Pascal Leclaire
L’athlète de Repentigny a aussi hâte de renouer avec une vielle connaissance, en la personne de l’instructeur des gardiens des Sénateurs Rick Wamsley. Ils s’étaient déjà côtoyés brièvement lorsque les Blue Jackets avaient fait de Leclaire leur choix de première ronde (huitième au total) au repêchage de 2001.

« J’ai travaillé avec Rick pendant quatre ou cinq ans à Columbus et nous avions une bonne relation, a affirmé Leclaire. Il m’a aidé beaucoup lorsque je suis sorti du junior. Il est un excellent enseignant et j’étais très ravi d’apprendre qu’il s’en venait ici à Ottawa. Il va nous aider énormément. Il sera une personne indispensable et nous serons choyés qu’il soit parmi nous cette année. »

Il ne reste maintenant qu’à obtenir l’assurance que Leclaire n’aura pas à composer avec une malédiction qui s’est acharnée sur lui en 2009-2010, alors qu’il a été limité à 34 matchs en raison de blessures. Leclaire a présenté un dossier de 12-14-2 avec une moyenne de buts alloués de 3,20, des chiffres qui l’ont relégué à titre de substitut de Brian Elliott pour la majeure partie de la saison.

Mais ce n’est pas tant les blessures, mais de la façon dont elles sont survenues. Le 23 novembre à Washington, le gardien des Sénateurs a pris une soirée de congé pour se remettre d’un mal de genou. Toutefois, alors qu’il était assis au banc des siens, Leclaire fut atteint au visage par une rondelle et il a subi une fracture à un os de la joue qui l’a gardé hors du jeu pendant environ un mois.

Quelques semaines plus tard, la malchance a récidivé sur son visage lorsqu’il a été atteint au front par un tir pendant une séance d’entraînement matinale avant le match du 14 janvier à New York contre les Rangers. Leclaire a subi une commotion et il a vu d’abord Mike Brodeur, rappelé de Binghamton, et ensuite Elliott mener les Sénateurs à une séquence record de 11 victoires consécutives. Leclaire n’a pas vécu beaucoup d’action pour le reste du calendrier jusqu’à ce que les Sénateurs soient acculés au pied du mur en séries éliminatoires.

Même si cet épisode fut très frustrant pour le gardien, Leclaire peut au moins en rire un peu aujourd’hui. Il a certainement pu obtenir de l’aide de la part de sa famille et de ses amis pendant la saison estivale à cet égard.

« Les gens en rient aujourd’hui et j’en ris aussi, de dire Leclaire. Il s’agira d’une bonne histoire à raconter lorsque je serai plus âgé. Les gens ne me croiront peut-être pas. J’ai entendu des farces sur les chirurgies plastiques et des choses du genre.

« Ce fut de belles histoires à raconter autour du barbecue cet été. Plusieurs personnes ont ri, mais ce fut la réalité. J’espère que j’éviterai l’infirmerie cette année, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. »


En voir plus