Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Clavardage : Kyle Turris répond à vos questions

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le centre des Sénateurs Kyle Turris estime qu'il a le potentiel de devenir un marqueur de 30 buts, une affirmation qui est venue en réponse à une question des amateurs lors d'une séance de clavardage sur la page Facebook des Sénateurs la semaine dernière (Getty Images).
Vous avez posé des questions. Kyle Turris vous répond.


La semaine dernière, nous nous sommes tournés vers les médias sociaux — plus particulièrement sur notre page Facebook (www.facebook.com/ottawasenators) — et nous avons demandé aux partisans de soumettre quelques questions pour Turris, le héros des Sénateurs en prolongation lors du quatrième match. Pour une première expérience du genre, nous avons obtenu une belle réaction et nous remercions les personnes qui y ont participé.

Aujourd'hui, nous avons sélectionné quelques questions et nous les avons amenés au casier de Turris dans le vestiaire des Sénateurs afin d’obtenir ses réponses. Voici ce que le numéro 7 des Sénateurs Ottawa avait à dire avant de quitter pour New York avec ses coéquipiers pour le cinquième match de la série quart de finale de l’Association de l’Est, contre les Rangers :

Q : Quel coéquipier vous entendez-vous le mieux? – James Storey
KT : Nous nous entendons très bien tous ensemble et nous avons une si bonne chimie telle que nous nous tenons ensemble. Je m’entends particulièrement bien avec Cons (Erik Condra), ainsi qu’avec Dog Man (Kaspars Daugavins), Nicky (Foligno), OB (Jim O'Brien) et Smitty (Zack Smith). Nous passons du temps ensemble assez souvent.

Q : Pensez-vous que vous devenir un marqueur de plus de 30 buts dans la LNH? – Tabi Cat
KT : Je pense que oui. Je pense vraiment que je peux marquer 30 bus dans cette ligue. Je suis très heureux d'essayer de le faire.

Q : Sentez-vous que vous pouvez apprendre des choses de la part de coéquipiers comme Alfie et Chris Phillips? - Tracy Snowdon
KT : Il y a tellement de choses que je peux apprendre d'eux. Sur le plan du leadership et sur la façon dont ils se comportent hors de la patinoire, et bien plus. Mais sur la glace, leur éthique de travail et la façon dont ils prêchent par l'exemple, sur leur façon de faire dans certaines situations et à quel point ils peuvent être patients.

Q : Quelle est l'ambiance des séries éliminatoires à Ottawa comparativement à Phoenix? - Brandon Bennett
KT : C'est irréel. À Phoenix, nous avons eu de très bonnes foules pour les séries éliminatoires contre Detroit (l'année dernière), mais la plupart des amateurs présents étaient des partisans des Red Wings. On entendait les gens scander « Go Wings Go » dans notre amphithéâtre. Ici, l’autre soir, c'était incroyable. Nous avons eu beaucoup de plaisir lors des derniers matchs à domicile.

Q : Quels sont les aspects dont vous ressentez le besoin de travailler cet été pour devenir un meilleur joueur? - Brandon Ferguson
KT : Tout. Je me dois de devenir plus imposant physiquement et gagner un peu de poids. Je dois devenir plus explosif. Aussi, je dois améliorer beaucoup de choses sur les mises en jeu.

Q : Quelle est votre collation préférée avant un match? - Kim Lalonde-Rogers
KT : J'amène une barre protéinée à la patinoire. Peut-être quelques fruits, aussi.

Q : Quel est le degré de différence au niveau de la pression ou des attentes que vous avez perçues depuis son arrivée à Ottawa? - Jack Shaver
KT : Les joueurs dans le vestiaire et le personnel d'entraîneurs ont fait un excellent travail afin de me faire sentir à l'aise et d'éviter de subir de la pression. Donc, je n'ai pas ressenti beaucoup de pression.

Q : À quel point était-ce difficile de vous adapter en passant d’un climat désertique à l’hiver froid canadien? - Matt Pilon
KT : Ce n'était pas si mal. J’ai étudié pendant un an au Wisconsin, donc je savais à peu près à quoi m'attendre.

Q : Comment votre transition s’est-elle passée en vous retrouvant dans un marché où le hockey fait la manchette, comparativement à un endroit où l’on parle peu de ce sport (en particulier dans la période des séries éliminatoires)? - Mario Allain
KT : C’est très excitant. J'ai grandi à Vancouver, qui est un grand marché canadien. Ce fut un peu bizarre de descendre à Phoenix et de voir comment les choses se passent là-bas. C'est vraiment amusant ici et tout est plus excitant.


En voir plus