Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Bien chez soi

par Chris Lund / Ottawa Senators



Avec une fiche impressionnante de 10-1-3, les Sénateurs ont récolté plus de points à domicile que toute autre équipe dans l’Association de l’Est. Leur seul revers en temps réglementaire subi à la Place Banque Scotia jusqu’à maintenant remonte au 9 février, par la marque de 1-0 face aux Jets de Winnipeg, lors de la Journée du hockey au Canada.

Pour ce qui est d’en tirer un avantage, peu d'équipes sont plus habiles que les Sénateurs d'Ottawa à tirer le meilleur parti de minutes de jeu disputées dans le confort de son domicile.

La question qui se pose maintenant est celle-ci : comment font-ils?

Il n’y a que trois équipes qui font mieux que les Sénateurs dans toute la LNH au chapitre du pourcentage de victoires à domicile, soit les Kings de Los Angeles, les Ducks d'Anaheim et les Blackhawks de Chicago. Parmi ces trois formations, la seule équipe qui est peut-être plus surprenante que les Sénateurs est les Ducks, que plusieurs avaient négligés avant le début de la présente saison. Toutefois, Anaheim jouit d’un solide rendement de la part de ses gardiens de but et d’une bonne attaque, ce qui l’a propulsé dans la course au trophée du Président.

Dans le cas des deux autres formations, Los Angeles et Chicago, c’est plutôt compréhensible. Les champions de la Coupe Stanley en titre sont toujours censés être une équipe de qualité. De leur côté, les Blackhawks forment une équipe favorite étant donné qu’ils ont établi un record de la LNH pour le plus grand nombre de matchs consécutifs sans défaite en temps réglementaire.

Pour la plupart des observateurs, il est beaucoup plus difficile d’expliquer les succès des Sénateurs. La saison dernière, les Sénateurs ont présenté la pire fiche à domicile parmi les formations qui ont participé aux séries éliminatoires dans la LNH. Cette saison, ils doivent composer avec un nombre imposant de blessures. Lorsqu’on fait le total du nombre de matchs ratés par un joueur, Ottawa mène le bal dans la LNH avec 133. Parmi les équipes devant eux, Chicago est la plus près (60), soit moins de la moitié du total des Sénateurs. Les Kings et les Ducks suivent avec 32 et 31, respectivement, soit 100 de moins qu’Ottawa.

Évidemment, cela est juste un aperçu du nombre considérable de matchs ratés. Il ne tient pas compte de la valeur des joueurs absents, comme Jason Spezza, Erik Karlsson, Craig Anderson ou Milan Michalek. Il s’agit d’absents de taille. Lorsqu’on parle à des gens qui suivent les Sénateurs de loin, ils diront que c’est tout à fait incroyable.

Les raisons qui expliquent leur excellent rendement se trouvent sur la patinoire. L'équipe applique un solide système dans les deux sens de la patinoire qui a pour effet de générer beaucoup de chances de marquer et qui implique tous les cinq patineurs en zone défensive. Même lors de certains passages à vide sur le plan offensif, les Sénateurs ont généralement obtenu plus de tirs au but que leurs adversaires. Le rendement solide des gardiens de but, autant de la part d’Anderson, de Ben Bishop ou de Robin Lehner, a maintenu l’équipe dans le match. Plusieurs attaquants ont aussi mis l’épaule à la roue à différents moments cruciaux.

Dans cet esprit, l’équipe a pourtant utilisé les mêmes alignements sur la route, donc qu’est-ce qui fait que cette équipe performe si bien à domicile cette année? La saison dernière, le bilan à domicile des Sénateurs était comparable à celle des équipes qui n’ont pas participé aux séries. Cette saison, ils se classent parmi les meilleurs.

Pour les joueurs, cela se résume au fait qu’ils se sentent plus à l’aise chez eux et qu’ils jouissent d’un excellent appui de la part de leurs partisans.

« Je pense que c'est juste la façon dont nous essayons d'être constants, a déclaré le défenseur André Benoit. Nous tentons de jouer avec intensité dès le début d’une rencontre et nous avons été en mesure de le faire à la maison jusqu’ici. C’est plaisant de jouer ici. J’ignore si c’est le cas, mais nous sentons que chaque match est disputé devant une salle comble. Cela nous aide à être plus intenses et demeurer concentrés. »

Pour Benoit, il y a une certaine motivation supplémentaire à jouer à la maison. Il a l’occasion de jouer devant sa famille et ses amis chaque soir, lui qui a grandi à proximité, soit dans la localité de Saint-Albert. Le fait de savoir qu’un cousin, un oncle ou un grand parent se trouve dans la foule ne fait qu’ajouter au plaisir.

Ben Bishop abord dans le même sens que Benoit, en évoquant l’appui des partisans comme une source de motivation et qui permet à l’équipe de rester alerte et prête à jouer.

« Je pense que la foule est toujours derrière nous et nous connaissons de bons départs à domicile. Nous essayons simplement de maintenir le rythme, a déclaré Bishop. La foule nous soutient énormément. Elle est l’une des meilleures dans la ligue. Nous jouissons d’un appui soutenu soir après soir. C’est certainement un bon coup de pouce pour nous, surtout lorsque nous allons à d’autres endroits et que nous constations que d’autres équipes ne jouissent pas autant de soutien. Nous aimons profiter de cet avantage et récompenser les partisans d'être venus nous voir. »

Bishop est un exemple concret de ce soutien des partisans, en raison de l’appui dont il jouit de la part du public depuis que les Sénateurs lui ont confié un rôle accru pendant l’absence d'Anderson. Une longue séance de questions sur le compte twitter officiel des Sénateurs a permis de constater qu’on lui a posé beaucoup plus de questions qu'il ne pouvait répondre et cela a démontré à quel point le bassin de partisans des Sénateurs s’est montré positif depuis le début de la saison. Cette appréciation ne passe pas inaperçue auprès des joueurs.

« C’est bien. C’est ce que nous voulons. C’est pourquoi nous exerçons ce métier. Il faut savoir attendre notre chance et, maintenant, Robin et moi essayons d’en tirer le meilleur parti possible. Espérons que cela est un grand pas en avant pour nous et que cela va continuer. »

Alors que les Sénateurs entament leur avant-dernier séjour à domicile de la saison régulière avec une participation encore possible en séries éliminatoires, cet avantage de la glace sera crucial. Non seulement ils bataillent pour une participation en séries éliminatoires, mais aussi pour l’avantage de la glace, la Place Banque Scotia restera un endroit difficile à jouer pour quiconque s’y présentera.

Avec une équipe en feu et d’excellents partisans derrière eux, il deviendra difficile de gager contre ce groupe.


Encore plus du Sénat : Dernières nouvelles/Articles :
En voir plus