Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Alfredsson est optimiste après une opération au dos réussie

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le capitaine des Sénateurs, Daniel Alfredsson, a subi avec succès une opération au dos, vendredi, mais il dit qu’il est encore trop tôt pour déterminer comment il réagira lors du camp d’entraînement en septembre (Photo par Phillip MacCallum/Getty Images).
Daniel Alfredsson est «optimiste avec prudence» que l’opération au dos réussie lui permettra d’être en forme pour sa 16e saison avec les Sénateurs d’Ottawa.




Le capitaine des Sénateurs a subi une procédure vendredi dernier pour soulager la pression sur un nerf douloureux dans son dos qui l’a forcé à rater les deux derniers mois de la saison 2010-11. Même s’il lui faut encore un mois avant de reprendre l’entraînement hors-saison, Alfredsson aime comment il se sent présentement.

«L’opération s’est bien passée ... mieux que ce que je pensais, a-t-il dit, aujourd’hui, après une conférence de presse qui a présenté Paul MacLean comme le nouvel entraîneur-chef des Sénateurs. Donnons lui encore quelques semaines et nous saurons exactement où j’en suis. Présentement, je l’étire un peu et je prends cela légèrement. Je n’ai pas eu du tout de douleur depuis l’opération. Je pense que, quand je commencerai la réhabilitation un peu plus et que je lèverai un peu de poids, je pourrai comparer avec comment je me sentais avant. Mais, jusqu’à maintenant, c’est bon.»

Alfredsson, qui n’a pas joué depuis le 7 février, avait espéré éviter l’opération. Mais après qu’une longue période de réhabilitation n’ait pas réglé le problème, il a rencontré trois médecins il y a trois semaines et il a décidé que ‘si je veux continuer de jouer, je dois faire quelque chose’.»
«Jusqu’à maintenant, c’est excellent, a-t-il dit. Je ne dirai pas que cela a tout réglé. J’espère que c’est le cas et c’est ce que je ressens, que ce sera le cas si tout va bien. Je pense que je suis optimisme avec prudence.»

Alfredsson était aussi un observateur intéressé en écoutant MacLean, un adjoint avec les Red Wings de Détroit au cours des six dernières saisons, parler avecles médias sur son premier poste d’entraîneur-chef dans la Ligue nationale de hockey. Le capitaine des Sénateurs croit que MacLean aura un public captif dans le vestiaire d’Ottawa dès le début.

«Avec son expérience, ce qu’il a traversé, spécialement avec les joueurs qu’il a entraîné avec Détroit, cela ajoutera définitivement quelque chose à notre équipe, a dit Alfredsson. Si vous regardez la manière dont Détroit joue ... (c’est) une bonne équipe qui a beaucoup de talent et qui a une très bonne équipe défensive. Ils jouent avec la rondelle le plus qu’ils peuvent et je peux nous voir faire la même chose ... nous serons probablement une équipe avec un peu plus de patin que peut-être au cours des dernières années.

«Nous serons un bon groupe à entraîner. Nous voulons aller dans la bonne direction et nous écouterons beaucoup.»

MacLean, un ancien joueur de la LNH pendant 10 ans — la majorité d’entre elles avec les Jets de Winnipeg dans les années 1980 — sait qu’il n’y a qu’une direction qui satisfera ses nouvelles fonctions. Les Sénateurs ont raté les séries éliminatoires dans deux des trois dernières saisons, et la dernière fois cela a coûté leur poste à l’entraîneur-chef Cory Clouston et à son personnel.

«Chaque joueur dans la Ligue veut avoir du succès, a-t-il dit. Ils ne veulent pas être mauvais. Ils ne veulent pas rater les séries éliminatoires. Ils veulent avoir du succès. Ce que je vais essayer d’apporter est une direction et du leadership et leur permettre de devenir meilleurs. Si nous essayons d’être un peu meilleurs chaque jour, regardons où nous serons à la fin de l’année.»

*****
MacLean croit que son embauche devrait provoquer plus qu’un peu de sensation dans sa ville d’Antigonish, en N.-É. Même s’il a encore beaucoup d’attaches pour la région — lui et sa femme, Sharon, passent une bonne partie de l’été en Nouvelle-Écosse — il a dû partir pour réaliser ses plus grands rêves de hockey.

«J’ai toujours dit à mes enfants qu’Antigonish est un excellent endroit d’où provenir, a dit MacLean. Mais la dernière fois que j’ai regardé, ils ont mis une équipe de la LNH à Winnipeg, pas à Antigonish. Donc c’est un endroit où il est difficile d’avoir un poste (là-bas) et de faire ce que je fais. Mais y grandir a été une excellente expérience. Les gens là-bas sont fantastiques — l’endroit va festoyer aujourd’hui, je vous le garantis, et beaucoup de gens là-bas devront changer d’équipe (favorite).»

*****
La première chose à faire pour MacLean: embaucher des entraîneurs adjoints.

Le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, laisse cette décision à son nouvel entraîneur et les deux disent qu’il n’y a pas de date limite pour le faire. «C’est une priorité, mais nous n’avons pas à le faire aujourd’hui ou demain, a dit MacLean. En autant que nous nous comprenons et nous organisons ... nous avons encore quelques mois, même si je sais que le temps passe vite. C’est une priorité, mais rien que nous devons faire aujourd’hui.»


En voir plus