Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Alfredsson atteindra le plateau des 800 matchs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Lorsqu’il est arrivé de Suède il y a plus de douze ans, Daniel Alfredsson n’avait jamais pensé que cette aventure aurait duré si longtemps.


Il s’agira du 800e match en carrière pour un joueur qui ne semble pas montrer de signe de fatigue. Alfredsson atteindra ce plateau dans la Ligue nationale, avec une seule et même équipe.

Le capitaine des Sénateurs d’Ottawa disputera cette rencontre ce soir à la Place Banque Scotia.

« Qui sait pendant combien de temps cela aurait pu durer? », a déclaré Alfredsson jeudi matin, en soulignant l’exploit dans l’uniforme des Sénateurs.

« Mais 800 matchs, c’est bien plus que je l’aurais imaginé. »

Demandez à quiconque a vu Alfredsson jouer cette saison, et ils vous diront que le sympathique capitaine est loin de songer à se retirer. Particulièrement ses coéquipiers, qui admirent le niveau de jeu qu’Alfredsson, 34 ans, maintient à chaque jour.

« Si je parviens à jouer aussi longtemps, je serai très ravi », a déclaré le robuste ailier Chris Neil, qui lui aussi atteindra un plateau en disputant son 400e match en carrière, ce soir, contre les Sabres de Buffalo (19 h 30, RDS, 104,7 FM). « Juste à penser qu’il est là depuis longtemps et la façon dont il joue, c’est remarquable. »

Le centre Mike Fisher ajoute : « Il est un grand leader, l’un des joueurs les plus complets de la ligue. Il semble jouer toujours de mieux en mieux. Il est un joueur de caractère et il travaille fort à tous les soirs… Il y a beaucoup de bonnes choses à dire sur son sujet. »

Alfredsson admet qu’il n’envisage pas la retraite de sitôt. Mais il semble un peu hésitant lorsqu’on avance la possibilité d’atteindre le plateau des 1 500 matchs. Celui des 1 000 peut-être? Alfredsson croit que cette dernière suggestion est très plausible.

« Nous parlons de 200 (matchs de plus), deux saisons et demie à trois saisons », a dit Alfredsson, qui aura 35 ans le 11 décembre. « Si je demeure en santé, pourquoi pas?

« Mais lorsque tu vieillis, tu prends cela une année à la fois. Je ne crois pas que tu peux fixer un objectif. Il y a les blessures, la fatigue ou tu peux jusqu’à ce que tu sois renvoyé. Mais présentement,  je n’ai aucune intention de me retirer. »

De son côté, Neil est très fier d’atteindre son plateau. L’ailier, qui en est à sa sixième saison chez les Sénateurs, s’est imposé à la dure mais il a su s’établir comme un élément important au sein de la formation d’Ottawa.

« Je suis heureux d’avoir pu être dans cette formation depuis si longtemps, d’avoir pu disputer 400 matchs », a déclaré un Neil, montrant son célèbre sourire avec une dent manquante. « Je repense à mon premier match, je suis heureux d’être dans la LNH … c’était mon objectif premier. »
 
« Beaucoup plus tard, 400 matchs plus tard, c’est un honneur d’être encore là. »

Le temps est peut-être propice pour souligner les plateaux d’Alfredsson et de Neil alors que les Sénateurs se mesureront à l’un de leurs plus grands rivaux des dernières années. Il s’agira du premier duel entre les Sénateurs et les Sabres depuis le but d’Alfredsson en compté le 19 mai en prolongation, qui a assuré une première participation à la finale de la Coupe Stanley de l’histoire moderne de la formation d’Ottawa.

Les Sabres connaissent un début de campagne difficile, avec un dossier de 6-9-1, mais les Sénateurs (14-2-0) prévoient tout de même un bon test.

« Ils demeurent une bonne équipe et ils ont beaucoup de joueurs talentueux, donc nous nous attendons à une bonne performance de leur part, a déclaré Fisher. Nous ne les prenons pas à la légère. »

En voir plus