Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Alex Chiasson parle de son arrivée chez les Sénateurs

par Chris Lund / Ottawa Senators



Alex Chiasson
s’est adressé aux journalistes pour la première fois en tant que membre des Sénateurs d’Ottawa, mercredi, et il a livré ses impressions à l’effet de joindre la formation après la transaction de mardi avec les Stars de Dallas. Il a parlé des hauts et des bas de sa première saison dans la LNH, sa transition à Ottawa et plus.

Voici un condensé de ses propos...

Sur sa réaction à l’échange :

Évidemment, j’ai été un peu surpris. Je ne m’y attendais pas vraiment. Après un moment, les choses se placent et je réalise que je vais dorénavant évoluer au sein d’une équipe canadienne. Étant un athlète québécois, je sais à quel point le hockey est important ici. Je suis enthousiaste face à cette nouvelle opportunité qui s’offrira à moi. Il s’agit certainement d’un nouveau défi et cela devrait être motivant et amusant.

Au sujet de sa deuxième moitié de saison difficile en 2013-2014 :

J’ai été atteint d’un vilain virus au cours de la période des Fêtes et j’ai perdu environ 10 à 15 livres. Donc, en raison du calendrier chargé, des nombreux voyages et des nombreuses séquences de matchs aller-retour l’an dernier, j’ai eu de la difficulté à récupérer. De plus, étant à ma première année dans la LNH, j’ai appris énormément de choses et j’ai côtoyé de chics types à Dallas. Je crois que cette expérience va certainement m’aider dans le futur.

Sur sa condition physique en vue du camp d’entraînement :

Je me sens très bien, je m’entraîne depuis environ six semaines. Je m’entraîne avec Antoine Vermette ici à Québec et, comme vous le savez, il a déjà évolué à Ottawa il y a quelques années. Je lui ai parlé un peu ce matin et il n’avait que de bons mots au sujet de l’organisation des Sénateurs, de la région et des gens. J’ai vraiment hâte de vivre cette nouvelle expérience et c’est à moi de mettre les efforts nécessaires cet été, au gymnase et sur la patinoire, afin d’être prêt pour le début du camp d’entraînement.

À l’effet de jouer au Canada :

J’imagine que cela doit être un peu différent. Il s’agira effectivement d’un gros changement, comparativement à Dallas, où il n’y avait que deux ou trois reporters qui couvraient les activités quotidiennes du club. Ce sera évidemment très différent à Ottawa. Je crois que je serai en mesure de m’adapter assez rapidement à mon nouvel environnement. Je pense que cela fera partie de la vie pour un Québécois francophone qui évolue dans une ville canadienne.

Sur l’opportunité de jouer sur l’un des deux premiers trios à Ottawa :

En m’entretenant avec Bryan Murray hier, il semble que les chances sont bonnes en ce sens. Je crois qu’on me donnera une chance, mais je ne tiens rien pour acquis. Je dois travailler pour gagner ma place. Il y a des joueurs talentueux ici, avec beaucoup de vitesse. À la ligne bleue, Karlsson est l’un des meilleurs défenseurs de la ligue.

Sur ses objectifs en vue de sa première saison à Ottawa :

Il faut comprendre qu'il faut se présenter à chaque match. Je ne vais pas établir des objectifs en terme de buts et de points, mais je sais quel genre de joueur je suis et l'important pour moi, c'est de tout donner comme si j'avais toujours à refaire mes preuves à chaque match.

À l’effet d’avoir été échangé contre un joueur du calibre de Spezza :

C'est pas mal plaisant quand une équipe échange un gros nom comme lui, et que tu es le joueur qu'elle recherche. Ça veut dire beaucoup. Quant à la pression, ça ne m'inquiète pas trop. Je sais quel genre de joueur je suis, et je vais être le même joueur que j'étais quand j'ai connu du succès à Dallas.

Connaît-il quelqu’un au sein de la formation actuelle des Sénateurs?

Oui, Eric Gryba. Il m’a téléphoné hier. Nous avons été coéquipiers à ma première année avec Boston University. Il en était à sa dernière saison et l’un des capitaines de l’équipe. J’étais très heureux d’avoir pu jaser avec lui. Il devrait faciliter mon intégration ici.

Connaît-il la région d’Ottawa?

Pas vraiment. La dernière fois où je suis venu ici remonte lorsque j’avais 14 ans, lorsque j’étais dans le bantam ou à ma première année de midget.


Encore plus du Sénat : Dernières nouvelles/Articles :
En voir plus