Skip to main content

Yanni Gourde comme Alexandre Burrows à ses débuts

L'entraîneur du Lightning Jon Cooper ne tarit pas d'éloges à l'endroit du jeune attaquant québécois

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Les exploits de Yanni Gourde chez le Lightning de Tampa Bay rappelle à l'entraîneur Jon Cooper les débuts d'Alexandre Burrows dans la LNH.

« Le gars commence dans la East Coast League et il ne lésine pas sur l'effort afin de gravir les échelons, a souligné Cooper. Il se voit offrir sa chance dans la Ligue nationale et il la saisit à deux mains.

« Où serions-nous sans lui? Ouf, bonne question. Je ne tiendrais pas le même discours devant vous concernant les succès que nous connaissons, n'eût été de la contribution qu'il nous donne. »

Burrows, comme David Desharnais anciennement des Canadiens de Montréal qui est un modèle pour Gourde, n'ont pas emprunté la voie la plus facile.

Ils ont mangé leur pain noir dans la East Coast League avant de faire leur marque dans la Ligue américaine et de graduer dans la LNH, après la vingtaine avancée en âge.

Gourde s'est vu accorder la chance de faire ses preuves à l'âge de 25 ans.

L'entraîneur du Lightning a mentionné que des joueurs comme Gourde, qui n'ont pas à porter le fardeau d'être un choix de premier tour au repêchage, peuvent prendre le temps nécessaire afin de se développer dans les rangs mineurs.

« Quand ils arrivent dans la Ligue nationale, ils sont prêts », a-t-il relevé. « Ils ont travaillé tellement fort. Ils en récoltent les dividendes et nous aussi. »

N'ayant jamais été repêché dans la LNH, Gourde a dû patienter pendant plus de quatre saisons avant que la porte ne s'entrouvre. Dire qu'il a failli accepter une offre d'une équipe suisse, l'été dernier. Il a décidé de s'accorder une dernière saison en Amérique avant de lorgner vers l'Europe. Il doit se féliciter de sa décision. Encore là, s'il n'y avait pas eu autant de blessés chez le Lightning, il n'aurait pas eu la chance qu'il a présentement.

Il mérite pleinement les succès qu'il connaît. Le jeune homme est suffisamment mature pour rester les pieds sur terre.

La satisfaction de Dumont

Gabriel Dumont est un autre jeune vétéran des ligues mineures qui connaît son heure de gloire chez le Lightning.

À l'âge de 26 ans, il a finalement obtenu un essai sérieux dans la LNH. Dimanche, il devrait prendre part à un 39e match cette saison.

Auteur d'une fiche de deux buts et de deux aides, il dresse un bilan positif de son rendement.

« Après mon dernier rappel, j'ai gagné en confiance plus je jouais et que je voyais des joueurs être retournés dans les rangs mineurs, a-t-il fait remarquer. J'ai alors su que j'avais ma place dans l'équipe. »

Dumont a dit que la séquence actuelle du Lightning lui rappelle sa dernière saison chez les Voltigeurs de Drummondville dans les rangs juniors.

«  Beaucoup de mérite revient aux gars qui ont connu du succès ensemble dans la Ligue américaine ou dans la Ligue nationale. Plusieurs d'entre eux ont atteint la Finale de la Coupe Stanley. Ils ont grandi ensemble dans le succès. Même quand ça allait mal cette saison, les gars restaient confiants. Ils se disaient que le vent finirait par tourner. Dès que ça s'est produit, tout le monde a été meilleur. Nous étions au dernier rang de l'Association de l'Est vers la fin de février et nous voilà à un match de peut-être participer aux séries éliminatoires. Les gars ont beaucoup de mérite. Nous avons orchestré le retournement de situation privé des services de nos trois plus grands leaders : Steven Stamkos, Ryan Callahan (tous deux blessés) et Brian Boyle (échangé aux Maple Leafs de Toronto). »

Chez le Lightning, on n'envisage pas de suivre le déroulement du match des Maple Leafs contre les Penguins de Pittsburgh, samedi.

L'entraîneur Cooper a dit qu'il ne s'infligera pas un pareil supplice.

« Je demeurerai tranquille chez moi dans l'attente d'un message-texte vers 22h », a-t-il conclu.

En voir plus