Skip to main content

William Carrier en train de faire sa niche à Vegas

L'ailier gauche québécois de 22 ans veut prouver qu'il a sa place dans la LNH

par Siniša Šindik / Collaborateur LNH.com

Après avoir effectué ses débuts dans la Ligue nationale de hockey l'an dernier, dans l'uniforme des Sabres de Buffalo, disputant 41 matchs, William Carrier a entamé la campagne 2017-18 avec la ferme intention de faire sa place dans la grande ligue avec sa nouvelle équipe : les Golden Knights de Vegas.

Carrier a été réclamé par Vegas lors du dernier repêchage d'expansion. L'arrivée du jeune homme de 22 ans au sein d'une équipe d'expansion lui aura ultimement permis de s'implanter dans la LNH. Une place qu'il veut maintenant s'assurer de garder pour de bon.

Après ses trois premières années chez les professionnels passées dans la Ligue américaine, le natif de LaSalle a réussi à se tailler un poste avez les Sabres au mois de novembre l'an dernier. Quelle a été la recette du succès pour lui? Son énergie, sa fougue et sa persévérance. Une recette qu'il n'a pas l'intention de changer à Vegas.

« Je pense que j'ai eu une excellente année l'année dernière. Je vais donc essayer de reproduire la même chose ici », a déclaré Carrier.

Évoluant sur la quatrième unité des Golden Knights, avec son compatriote francophone Pierre-Édouard Bellemare, l'ancien porte-couleurs des Screaming Eagles du Cap-Breton et des Voltigeurs de Drummondville, dans la LHJMQ, connaît un début de saison intéressant jusqu'ici. 

Et ce, malgré sa fiche offensive qui est toujours à zéro après sept matchs joués. Mercredi dernier, face à son ancienne équipe des Sabres de Buffalo, Carrier a terminé la rencontre à égalité au deuxième rang de sa formation au chapitre des tirs au but, avec trois - même s'il a été le joueur le moins utilisé par Gerard Gallant (8:46 de temps d'utilisation).

Le zéro dans la colonne des points ne semble pas trop déranger Carrier jusqu'ici. Il sait que ce n'est qu'une question de temps avant que ça débloque et l'ambiance qui règne au sein du vestiaire lui permet de rester zen.

« J'ai eu beaucoup de chances de marquer au dernier match. Je ne sais pas combien exactement, mais c'était beaucoup. Donc, une fois que ça commence à rentrer, j'espère que ça va continuer. C'est très plaisant ici et nous avons un très bon groupe de joueurs », a ajouté Carrier.

Bellemare, une bonne influence

Avec une fiche de 6-1-0 depuis le début de la saison, il est facile pour Carrier d'être heureux et de demeurer positif. Or, s'il a du plaisir avec sa nouvelle formation, c'est également en partie grâce à son compagnon de trio, Pierre-Édouard Bellemare, à qui il doit une fière chandelle.

Les deux joueurs ont une belle chimie au sein d'un trio d'énergie qui est pour l'instant complété par Tomas Nosek. Ils savent que leur entraîneur continuera de leur faire confiance, tant et aussi longtemps qu'ils continueront de remplir leur mandat. Un mandat qui débute d'abord et avant tout par une grande conscience en territoire défensif.

Un message que Bellemare continue de marteler auprès de Carrier. 

« J'ai beaucoup appris de lui [Bellemare], surtout comment être responsable défensivement. Tout commence par là. Si on effectue bien nos sorties de zone, en impliquant les cinq joueurs, on s'assure d'avoir une bonne attaque et il insiste souvent là-dessus. À mon avis, il [Bellemare] est un très bon centre dans la LNH », a précisé l'ancien choix de deuxième ronde des Blues de St. Louis en 2013. 

Des responsabilités accrues?

Oui, Carrier se plaît dans son rôle actuel avec les Golden Knights. Or, il a déjà récolté 70 points à sa deuxième année dans la LHJMQ avec les Screaming Eagles, en 2011-12, donc il sait qu'il a le potentiel de produire offensivement.

Est-ce qu'il pense pouvoir obtenir un rôle plus important au sein de l'équipe? Sans aucun doute, mais il connaît également ses forces et sait qu'il devra travailler fort pour y parvenir. 

« J'ai joué sur le premier trio l'année dernière alors je sais que je peux le faire. Je joue de la même façon, peu importe mon trio. Je joue avec intensité, j'envoie des rondelles au filet et j'utilise ma vitesse. Je ne suis peut-être pas un joueur de top-6 aussi talentueux que [Jonathan Marchessault], par exemple, mais je suis un travailleur acharné », a affirmé Carrier.

En attendant, Carrier tentera de noircir la feuille de pointage pour une première fois mardi soir alors que ses Golden Knights affronteront les Blackhawks de Chicago au T-Mobile Arena à 22 h, dans le cadre du sixième match d'une série de sept consécutifs à domicile. Vegas se retrouve présentement au deuxième rang de la division Pacifique avec 12 points.

En voir plus