Skip to main content

Vincent Lecavalier est agréablement surpris par l'accueil montréalais

LNH.com @NHL

MONTREAL - L'attaquant-vedette du Lightning de Tampa Bay, Vincent Lecavalier, dit avoir été agréablement surpris par l'accueil réservé aux étoiles de la Ligue nationale de hockey par les Montréalais.

Plusieurs dizaines d'amateurs s'étaient rendus à l'aéroport, jeudi soir, pour avoir une chance de voir leurs idoles, un déplacement auquel le capitaine du Lightning ne s'attendait pas.

Les propos qu'il a tenus aux journalistes laissent croire que le grand joueur de centre ne détesterait pas du tout, au contraire, porter l'uniforme tricolore.

Interrogé à savoir s'il se sentirait confortable dans un marché où le hockey occupe autant d'espace, il a répondu "oui" sans hésitation, faisant valoir que c'était toujours excitant de se trouver à Montréal et que, d'autre part, c'était sa ville d'origine.

Il a ajouté que, même si c'était "un peu différent" de Tampa Bay, jouer pour le Canadien était quelque chose de spécial pour un joueur de hockey.

Vendredi, Vincent Lecavalier a accepté avec empressement une invitation des dirigeants de la ligue, de l'Association des joueurs et de l'ex-joueur Pat LaFontaine pour assister au dévoilement d'une salle de jeu ultramoderne offerte à l'Hôpital Sainte-Justine par l'organisme caritatif fondé par Pat LaFontaine.

Lecavalier a même précisé qu'il voulait voir la réaction des jeunes, soulignant que le hockey, à Tampa Bay, n'occupait pas la même place qu'à Montréal, et a dit trouver très plaisant de voir le bonheur que génère les joueurs de hockey chez ces enfants.

Pour l'occasion, il portait le même chandail que Mike Komisarek et Alex Kovalev, qui participaient également à l'événement, soit celui des joueurs de l'Association de l'est, en vue du match des étoiles.

Il a reconnu que ses parents, sa famille et plusieurs de ses amis le verraient bien dans le même uniforme qu'eux durant la saison, mais que, jusqu'à nouvel ordre, il ne s'agissait que de rumeurs. Entre-temps, il a réitéré sa loyauté envers l'organisation qui lui a consenti un contrat de 11 ans, tout en précisant, comme il l'avait fait récemment, que la direction lui a donné l'assurance qu'il serait consulté advenant un échange.

En voir plus