Skip to main content

Vainqueurs 2-1, les Wings sont à un gain de la coupe Stanley

LNH.com @NHL

PITTSBURGH - La coupe Stanley se rapproche de Detroit. En fait, elle sera au Joe Louis Arena, lundi, à l'occasion du cinquième match de la finale. Plus qu'un gain ne sépare les Red Wings de la 11e conquête de leur histoire, à la suite de la victoire de 2-1 qu'ils ont soutirée aux Penguins de Pittsburgh, samedi.

Ca devait inévitablement arriver: la 66e salle comble d'affilée de 17 132 spectateurs au Mellon Arena a assisté à la première défaite des Penguins à la maison en 18 matchs, depuis le 24 février. C'est aussi la première fois en 12 rencontres en séries éliminatoires qu'ils s'inclinent, après avoir marqué les premiers.

En retard 3-1 dans la série, les Penguins ne peuvent pas souhaiter renverser la vapeur en ne misant que sur les efforts d'un seul trio, celui du capitaine Sidney Crosby. Evgeni Malkin est complètement éteint. On dirait qu'il est au bout du rouleau. Les champions de l'Est devront aussi trouver une solution à leurs problèmes en supériorité numérique, qui n'a fait mouche qu'une fois en six chances. La double supériorité ratée en troisième période leur a coûté le match.

Jiri Hudler a joué les héros chez les champions de l'Ouest. Le Tchèque a réussi le but qui a fait la différence, à 2:26 de la troisième période. Le défenseur Niklas Lidstrom a été leur autre marqueur.

Marian Hossa avait procuré les devants 1-0 aux Penguins, tôt dans la soirée.

Mis à l'épreuve 30 fois. Marc-André Fleury a subi un premier revers en 20 sorties à domicile. Chris Osgood a été confronté à 23 tirs.

Du jeu ouvert

Les équipes ont été plus dégourdies qu'elles l'avaient été en ouverture de soirée, mercredi. Ce qui a donné lieu à un excellent premier vingt, où le jeu viril a été à l'honneur dès le départ.

Les Penguins ont pris les devants à 2:51, profitant de leur premier jeu de puissance. Hossa a enfilé l'aiguille de derrière le but, à la suite du lancer du défenseur Sergei Gonchar.

Hossa, qui avait des ailes, a quelques instants plus tard vu un tir du revers fouetter la barre horizontale. Osgood était déjoué.

Les Red Wings, qui ont dominé 14-9 dans les tirs, ont pu restructurer leur jeu à la suite de la pénalité qu'a écopée Pascal Dupuis, à 5:02. Ils ont finalement créé l'égalité, peu de temps après la fin de la punition. Fleury n'a rien vu de la frappe de Lidstrom, décochée dans la circulation. La rondelle a de plus dévié sur un joueur des Penguins, en amorce.

Les Penguins ont par la suite déployé quelques attaques massives, sans être très menaçants. Osgood a réalisé son meilleur arrêt aux dépens d'Evgeni Malkin.

On resserre

Les équipes ont calmé le jeu en deuxième période, soucieuses de minimiser les erreurs et les revirements qui auraient pu modifier le déroulement du duel.

Le trio de Sidney Crosby a continué d'être fort menaçant. A un moment donné, Osgood a frustré les trois joueurs, Crosby, Pascal Dupuis et Hossa, en moins de temps qu'il le faut pour dire poutine.

Le vétéran Gary Roberts, que l'entraîneur Michel Therrien a utilisé en masse, a appliqué la mise en échec des 40 premières minutes d'action, aux dépens du robuste Darren McCarthy, qui s'est retrouvé les quatre fers en l'air.

Le tournant

Dès la troisième minute du dernier vingt, les visiteurs ont fait payer chèrement un revirement que les hôtes ont commis dans leur zone. Le défenseur Brad Stuart a intercepté la rondelle qu'il a envoyée vers le filet. Positionné à la gauche du filet, Jiri Hudler l'a récupérée, avant de la soulever du revers. Le disque est passé entre le poteau et le bras gauche de Fleury.

La série s'est fort possiblement jouée quand les Penguins ont été incapables de profiter d'une double supériorité numérique pendant 1:25, avec moins de 10 minutes à écouler.

En voir plus