Skip to main content

Une occasion en or pour Patrick et Hischier

Les deux meilleurs espoirs voudront briller alors que toute l'attention sera dirigée sur eux

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

QUÉBEC - L'un d'eux doit répondre aux attentes élevées à son endroit depuis son arrivée dans la Ligue de hockey de l'Ouest. L'autre a l'occasion de marquer l'histoire de son pays.

Nolan Patrick et Nico Hischier, les deux joueurs les mieux classés en vue du prochain repêchage de la LNH, croiseront le fer pour la première ¬- et possiblement dernière -- fois lundi au Match des meilleurs espoirs de la Ligue canadienne de hockey (19 h (HE); TVA Sports, NHLN, SN).

Si plusieurs observateurs perçoivent l'affrontement entre l'équipe Orr et l'équipe Cherry comme un duel entre les deux capitaines, les principaux intéressés ne semblent pas en faire de cas.

« À la fin c'est juste un match de hockey, a déclaré Hischier, un attaquant suisse qui en est à sa première saison avec les Mooseheads d'Halifax, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. C'est un match spécial, mais il faut avoir du plaisir, c'est ça le plus important. C'est une bataille à 20 joueurs. »

Il y a à peine quelques mois, le Suisse était encore très peu connu sur la planète hockey.

Il s'est cependant chargé d'attirer les projecteurs sur lui en connaissant un impressionnant début de saison à ses premiers coups de patins en Amérique du Nord. En seulement 40 matchs, il a déjà totalisé 68 points, dont 33 buts, ce qui lui vaut le quatrième rang des pointeurs de la LHJMQ.

Il s'est aussi fait connaître au Championnat mondial junior, où il a mené la Suisse jusqu'en quarts de finale en inscrivant quatre buts et trois mentions d'aide en cinq matchs.

Tout ça pendant que Patrick, considéré comme le meilleur espoir du repêchage de 2017 depuis plus de deux ans, ratait trois mois d'activités en raison d'une hernie.

« Je ne suis pas surpris de mes succès, mais je suis très content de la manière dont ça se passe pour moi, a indiqué Hischier. J'essaie de travailler fort, de m'améliorer chaque jour et je crois que je suis sur la bonne voie. »

Si la tendance se maintient, le joueur de centre qui vient à peine de souffler ses 18 bougies pourrait devenir le Suisse ayant été repêché au plus haut rang dans l'histoire du pays. Son compatriote Nino Niederreiter avait été sélectionné au cinquième échelon par les Islanders de New York lors de l'encan de 2010.

« Je ne connais pas Nino personnellement, mais quand tu grandis en jouant au hockey en Suisse, c'est sûr que tu sais qui il est, a lancé Hischier avec le sourire. Ce serait spécial. Ça me rendrait heureux d'écrire l'histoire, mais je vais prendre ce qui va passer. »

Adversaire de taille

Même s'il poursuit sur sa lancée et qu'il continue de faire écarquiller les yeux de plusieurs dépisteurs, Hischier aura fort à faire pour déloger Patrick du premier rang auquel il semble destiné depuis fort longtemps.

« Quand j'ai vu Hischier pour la première fois à Halifax, je me suis dit que s'il y en avait un meilleur que lui, il devait être très bon », a raconté Philippe Boucher, l'entraîneur et directeur-général des Remparts de Québec qui agira comme adjoint à Simon Gagné à la barre de l'équipe Cherry.

Et Patrick semble être « très bon ».

En cinq matchs avec les Wheat Kings de Brandon, de la Ligue de hockey de l'Ouest, depuis son retour au jeu, l'imposant attaquant de 6 pieds 3 pouces et 198 livres a récolté huit points, dont quatre buts. Il s'est même permis de rassurer un peu tout le monde sur son état de santé en amassant deux buts et deux aides à son premier match en trois mois.

« Personne ne se met autant de pression que moi, a-t-il expliqué. Si je ne joue pas bien, je suis le plus dur envers moi-même. Je pense que j'ai eu un bon départ après ma blessure et les choses se sont bien passées. »

Il est toutefois évident que Patrick a un peu plus de pression sur les épaules à l'aube de ce match qui sera analysé attentivement par les dépisteurs de chaque équipe de la LNH.

Il est d'abord plus âgé que ses confrères, lui qui a raté son admissibilité au dernier repêchage par quatre petits jours en raison de sa date de naissance (19 septembre 1998). Et il n'a pas obtenu beaucoup d'attention cette saison puisqu'il n'a disputé que 11 rencontres au total.

« Peut-être que cette rencontre a un peu plus d'importance dans mon cas parce que je peux démontrer que je peux performer à plein régime, a-t-il admis. Par contre, je ne veux pas trop y penser et me mettre plus de pression sur les épaules. »

Reste que le Winnipégois a de bons atouts dans sa manche pour convaincre l'équipe qui aura le premier choix de lui faire confiance. Après tout, il a quand même récolté 102 points, dont 41 buts, en 72 rencontres la saison dernière.

Pas mal comme argument.

 

En voir plus