Skip to main content

Analyse de la finale de l'Association de l'Ouest

La domination de Stastny dans le cercle et le jeu de puissance des Sharks pourraient avoir un gros impact

par Rob Vollman / Correspondant LNH.com

Les Blues de St. Louis et les Sharks de San Jose disputeront le match no 1 de la finale de l'Association de l'Ouest dimanche au Scottrade Center (20h HE; TVA Sports, CBC, NBCSN).

Les Blues espèrent atteindre la finale de la Coupe Stanley pour une première fois depuis 1970, tandis que les Sharks ont dans leur mire une toute première participation en finale dans l'histoire de la concession.

 

Voici cinq aspects importants qu'il faudra surveiller en vue de la série:

1. La voie défensive

Chacune des équipes mise sur son jeu efficace en territoire défensif.

Les Blues et les Sharks ont obtenu les plus bas pourcentages de départs en zone offensive dans la LNH pendant les séries éliminatoires de la Coupe Stanley (43,4 et 43,9, respectivement).

Même en saison régulière, les Blues et les Sharks ont affiché des pourcentages de départs en zone offensive de 48,7 pour cent et 49,4 pour cent, respectivement, les deuxième et quatrième plus bas pourcentages parmi les équipes prenant part aux séries.

Les deux équipes ont du succès parce qu'elles possèdent des défenseurs fiables, comme Alex Pietrangelo chez les Blues et Marc-Edouard Vlasic dans le camp des Sharks. Pietrangelo mène la LNH avec 132 départs en zone défensive.

2. Stastny dans le cercle

Un match serré en séries peut parfois être décidé par une mise en jeu cruciale et, à ce chapitre, Paul Stastny des Blues sera probablement un des principaux antagonistes.

Stastny a gagné 191 mises en jeu en séries éliminatoires, dominant de loin la LNH. Mike Fisher des Predators de Nashville occupe le deuxième rang avec 141 mises au jeu remportées.

Stastny a remporté 56,1 pour cent de ses mises au jeu en saison régulière - le 15e meilleur taux de réussite parmi les 211 joueurs qui ont disputé au moins 100 mises au jeu - et 59,0 pour cent en séries - le deuxième meilleur taux de réussite, derrière celui de Paul Gaustad des Predators (59,4 pour cent).

3. Tireurs d'élite

Beaucoup d'attention est centrée sur le gardien des Blues Brian Elliott après qu'il eut mené la LNH avec un pourcentage d'arrêts de 0,930 en saison régulière et de 0,929 en séries éliminatoires. Mais pourra-t-il se montrer à la hauteur contre les francs-tireurs des Sharks?

Joe Pavelski des Sharks figure à égalité avec Nikita Kucherov du Lightning de Tampa Bay au premier rang dans la LNH avec neuf buts, sur 39 lancers. Logan Couture des Sharks a inscrit sept filets sur 32 tirs. En tant qu'équipe, San Jose mène la LNH avec un pourcentage de buts de 11,9.

4. Ça va cogner 

Afin de ralentir les marqueurs des Sharks, les Blues devront déployer du jeu très physique.

St. Louis a mené la ligue avec 283 mises en échec en première ronde contre les Blackhawks de Chicago. L'équipe continue de trôner au sommet avec 493 mises en échec après deux tours.

Au niveau individuel, les Blues ont comme chefs de file le capitaine David Backes et l'attaquant Troy Brouwer, les deux ayant distribué chacun 57 coups d'épaule. C'est le troisième meilleur total dans la LNH derrière les 69 mises en échec de Matt Martin des Islanders de New York et les 59 d'Alex Ovechkin des Capitals de Washington.

Backes mène également la LNH avec trois buts gagnants, incluant deux en prolongation.

5. Arme puissante

Le jeu physique pourrait toutefois nourrir l'arme la plus redoutable des Sharks, leur jeu de puissance.

Les Sharks ont mené la LNH en saison régulière avec 62 buts en avantage numérique en 275 occasions. Leur taux de réussite de 22,5 pour cent a été le troisième meilleur de la ligue, derrière les Ducks d'Anaheim (23,1) et les Blackhawks de Chicago (22,6).

En séries éliminatoires, les Sharks mènent de nouveau la ligue en ayant réussi 13 buts en avantage numérique en 42 occasions. Leur taux de réussite de 30,9 pour cent figure au deuxième rang de la LNH, après celui des Blackhawks (31,6).

Au niveau individuel, Couture mène la LNH avec 17 points, incluant huit sur le jeu de puissance, lui permettant de rejoindre John Carlson des Capitals de Washington au sommet de la LNH, et quatre buts en avantage numérique, le réunissant à Carlson, Pavelski et Phil Kessel des Penguins de Pittsburgh en tête de la LNH.

Parmi les défenseurs, Brent Burns mène la ligue avec 15 points et ses sept points en avantage numérique ne sont surclassés que par les huit de Carlson.

En voir plus