Skip to main content

Un trio de matchs cruciaux pour le CH avant la pause

« Nous n'avons pas le choix, sinon ça va faire mal », estime l'attaquant Phillip Danault

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Ce n'est pas une question de vie ou de mort, mais presque. Pour Phillip Danault en tout cas, ça pourrait « passer ou casser » pour les Canadiens de Montréal dans leurs trois matchs à venir cette semaine.

« Ces trois matchs sont vraiment très importants pour nous replacer dans la course », a avancé le joueur de centre numéro du CH, mardi. « Nous n'avons pas le choix, sinon ça va faire mal.

« Ça passe ou ça casse, je pense », a-t-il repris avant de tempérer ses propos. « Peu importe ce qui arrivera, je continuerai d'y croire, mais il faut gagner des matchs parce que les autres équipes ne perdront pas tout le temps. Nous l'avons appris à nos dépens la saison dernière et la pente était moins abrupte. »

À LIRE AUSSI: Du renfort pour le CH avant la pauseRyan Poehling avait très hâte d'obtenir un autre but

Avant mardi, dans la foulée de deux victoires de suite, les Canadiens (20-20-7) accusaient un retard de sept points sur les Maple Leafs de Toronto, détenteurs du troisième rang de la section Atlantique, et les Flyers de Philadelphie, qui occupent la deuxième place de quatrième as dans l'Association de l'Est.

Ce serait plus décourageant pour le CH de partir en longue pause en recul d'une dizaine de points dans la lutte pour l'obtention d'une place en séries éliminatoires.

Une chose est sûre, pour se donner une chance, le Tricolore doit fatalement connaître plus de succès devant ses partisans. Lundi, en blanchissant les Flames de Calgary 2-0, il a savouré sa neuvième victoire seulement en 24 rencontres (9-11-4) à la maison cette saison. C'est nettement insuffisant.

Le Centre Bell serait-il devenu un endroit trop accueillant pour les adversaires? Ils sont très nombreux en tout cas les joueurs des autres équipes qui avouent sans ambages que c'est l'amphithéâtre où ils préfèrent jouer.  

Maître chez soi

Le vétéran attaquant Nate Thompson a estimé que ses coéquipiers et lui sont à blâmer pour la situation.

« Nous ne faisons pas du bon travail afin de rendre la foule plus intimidante à l'endroit de nos rivaux, a soumis Thompson. Il faut faire embarquer les partisans avec nous dès le début des matchs, comme nous l'avons fait lundi.

Video: CGY@MTL : Weal pivote et bat David Rittich

« Les équipes à l'étranger se nourrissent du silence de la foule. Nous permettons trop souvent à nos adversaires de le faire », a-t-il déploré.

« Nous devons être plus coriaces à la maison, jouer avec plus d'énergie et de passion, a acquiescé Danault. Nous l'avons fait lundi, et je ne verrais pas pourquoi nous ne le referions pas à chacun des matchs. Ça devrait être notre identité. »

Les Canadiens auront l'occasion d'être maîtres chez eux en disputant deux de leurs trois matchs à domicile. Ils seront les hôtes des Blackhawks de Chicago, mercredi, et des Golden Knights de Vegas, samedi. Jeudi, ils iront affronter les Flyers, en Pennsylvanie.

Les Canadiens doivent recréer les mêmes repères qu'à l'étranger où ils font mieux (11-9-3).

Une des explications de l'entraîneur Claude Julien, qui juge par ailleurs que ses troupiers n'ont pas toujours été récompensés pour leurs beaux efforts au Centre Bell, c'est que les joueurs se sentent plus à l'aise « sur la route » parce que la pression est moins forte qu'à Montréal.

« Ça ne devrait pas être une excuse, a-t-il renchéri. Le défi d'ici à la fin de la saison est d'imposer le respect chez nous. »

Pour Danault, l'équipe aidera sa cause en offrant des performances plus complètes, sur la totalité des 60 minutes -- ou plus si nécessaire -- d'un match.

« Nous ne pouvons nous permettre aucun relâchement, ou espérer l'emporter en ne jouant que pendant 20, 40 ou 50 minutes par match, a-t-il opiné. Dernièrement, les troisièmes périodes étaient plus difficiles parce que nous étions trop tendus. Les deux dernières victoires nous ont fait du bien à ce chapitre. Les blessés vont revenir graduellement et les ondes seront plus positives. »

D'ici là, l'équipe doit s'accrocher. 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.