Skip to main content

Un rival familier pour les Canadiens un an plus tard

Ils retrouvent mercredi les Canucks de Vancouver qui leur avaient infligé leur première défaite, la saison dernière

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur du contenu éditorial LNH.com

BROSSARD - Les Canadiens de Montréal ont amorcé la saison en mettant l'accent sur le changement et, après neuf matchs, ils ont lamentablement échoué.

Le début de campagne 2016-17 en fanfare qu'ils connaissent avec une fiche 8-0-1 est presque la copie conforme du départ-canon de 9-0-0 qu'ils ont réalisé il y a un an, avant d'être stoppés au 10e match par les Canucks de Vancouver vainqueurs 5-1 chez eux le 27 octobre 2015.

Afin de demeurer dans la thématique du début de la saison dernière, si on fait abstraction de la défaite de 3-2 contre les Sénateurs d'Ottawa subie en fusillade le 15 octobre, le 10e match de la saison du Tricolore est contre les Canucks, sauf que cette fois il est présenté au Centre Bell mercredi (19h30 HE; RDS, SN).

La saison dernière, le gardien Ryan Miller des Canucks était animé d'une source de motivation particulière face aux Canadiens. Il tentait de préserver un record de la LNH qu'il avait lui-même contribué à égaler dans l'uniforme des Sabres de Buffalo en 2006-07, qui avaient remporté leurs 10 premiers matchs de la saison.

Le record n'est pas menacé cette saison, mais Miller est encore gonflé à bloc à l'idée d'infliger au CH son premier échec en temps réglementaire de la saison au Centre Bell, où il montre une fiche en carrière de 11-7-1 avec une moyenne de buts accordés par match de 2,07 et un taux d'efficacité tirs-arrêts de 0,935.

« Ç'avait été une victoire importante à domicile », a rappelé Miller mardi en parlant du match d'il y a un an. « Et ç'avait fait en sorte de garder le record des Sabres intact. »

En y pensant bien, Miller a réalisé qu'il doit encore préserver un élément de la séquence de succès des Sabres en 2006-07, même s'il ne s'agit pas d'un record.

« Nous avions remporté nos 10 premiers matchs et nous avions obtenu au moins un point dans nos 12 premiers matchs, a-t-il relevé. Les Canadiens ont obtenu au moins un point dans leurs neuf premiers matchs. Il y a donc une autre séquence à freiner. »

L'attaquant des Canadiens Brendan Gallagher se rappelle très bien du duel contre les Canucks.

Il se rappelle également dans quel état d'âme l'équipe s'était amenée dans sa ville natale et il soutient que le groupe de cette année gère le succès avec une attitude très différente, principalement en raison de la fin de saison en queue de poisson des Canadiens qui ont été exclus des séries éliminatoires en grande partie parce qu'une blessure a mis le gardien Carey Price K.-O. pour la saison, le 25 novembre.

« Tout ce que nous avons retenu comme leçon et tout ce que nous avons dû passer au travers nous font réaliser plein de choses, a dit Gallagher. L'an dernier, tout le monde nous lançait des fleurs et nous avons commencé à nous penser un peu trop bons. »

Nonobstant la fiche et l'affrontement contre les Canucks, les ressemblances avec la saison dernière sont nombreuses chez le Tricolore.

En 2015-16, les Canadiens ont marqué 35 fois dans leurs neuf premiers matchs, cette saison ils ont 31 buts au compteur. Ils ont cédé 12 buts la saison dernière et 13 cette saison. Ils menaient la ligue dans la colonnes des buts contre, la saison dernière, et c'est encore le cas cette saison, en dépit du fait qu'ils se retrouvent vers le bas du classement au chapitre des tirs accordés (284, 26e), comme il y a un an (285, 29e).

Le taux d'efficacité d'arrêts de l'équipe à 5-contre-5 est exactement le même, à 0,964, même si Price a manqué les trois premiers matchs de la saison en raison de la grippe. Son taux de tirs à 5-contre-5 est légèrement inférieur, ayant passé de 9,2 à 9 pour cent cette saison.

Mais les Canadiens ont effectivement changé cette saison, et le principal changement aux yeux du directeur général Marc Bergevin est l'ajout du défenseur Shea Weber, qui a été honoré à titre de la deuxième étoile du mois d'octobre dans la LNH, mardi.

Bergevin a envoyé le défenseur P.K. Subban aux Predators de Nashville afin d'obtenir Weber, le 29 juin.

Weber fait plus que répondre aux attentes jusqu'à maintenant, c'est une vérité de La Palice.

« Ça change tout, a affirmé Bergevin, lundi. Ce qu'il apporte comme contribution, vous êtes à même de le constater sur la patinoire, mais à l'extérieur, dans le vestiaire, c'est son attitude, ses gestes, tous les détails qui montrent qu'il est un véritable leader.

« Tout ce qui a été dit au sujet de Shea Weber, c'est véritablement ça, et même davantage. »

L'arrivée de Weber n'est pas le seul changement qu'a fait Bergevin qui rapporte des dividendes. Il a mis sous contrat l'attaquant qui était joueur autonome sans compensation Alexander Radulov, le 1er juillet. Radulov est à égalité au troisième rang des marqueurs de l'équipe avec sept points.

Bergevin a fait l'acquisition de l'attaquant Andrew Shaw des Blackhawks de Chicago, cédant en retour deux choix de deuxième tour au cours de la séance de repêchage le 24 juin, dans l'espoir d'aider l'équipe à mieux gérer les séquences difficiles, mais également les séries de succès comme celle qu'elle connaît actuellement.

« Je m'attends à davantage et c'est la philosophie que tous doivent avoir, a dit Shaw, mardi. Je n'estime pas que nous jouions notre meilleur hockey, mais nous connaissons du succès. Nous allons donc bâtir là-dessus. »

Les changements que souhaitaient voir Bergevin se reflètent dans la réponse de Shaw. Les comparables entre les deux saisons sont nombreux, mais le directeur général voulait voir un changement d'attitude. Jusqu'à maintenant, à tout le moins, c'est mission accomplie selon lui.

« On remarque une approche davantage professionnelle. C'est plus calme dans l'entourage de l'équipe, beaucoup plus calme, a-t-il noté. Je suis convaincu que Shea a beaucoup à voir là-dedans. Si vous le voyez, il a une attitude du genre : 'Vous savez quoi? Ce n'est qu'un match. Passons au suivant'. C'est l'attitude qu'il a. »

La saison dernière, les Canadiens avaient retrouvé les Oilers d'Edmonton, après les Canucks. C'est à ce moment que Price s'est blessé au genou droit en trébuchant sur une rondelle pendant la période de réchauffement. La blessure, qui n'a rien eu à voir avec celle qui allait mettre fin à sa saison le 25 novembre, lui avait fait manquer les neuf matchs suivants.

L'incapacité de l'équipe à s'acquitter de la tâche à la suite de la perte de Price est ce qui a incité Bergevin à faire tous ces changements. On ne saura pas s'ils auront l'effet escompté, tant que les Canadiens ne seront pas confrontés à de l'adversité.

Compte tenu de tout ce que les Canadiens ont dû endurer la saison dernière et de la controverse qu'a suscitée l'échange Subban-Weber, cet excellent début de saison est peut-être plus révélateur que celui de la saison dernière.

« Nous allons connaître des périodes difficiles, mais les points amassés sont en banque, a résumé Bergevin. Deux points acquis en octobre ont la même valeur que deux qu'on obtient en avril. Mais il nous reste 73 matchs à jouer et plusieurs aspects de notre jeu à peaufiner. Connaître un bon départ, c'était important pour la confiance du groupe, mais il reste beaucoup de travail à faire. »

En voir plus