Skip to main content

Un rejeton d'un des frères Hanson du film "Slap Shot" chez les Maple Leafs

LNH.com @NHL

TORONTO - Dave Hanson aurait préféré que son fils, Christian, réussisse un premier but dans la LNH avant d'avoir ses premiers points de suture, mais bon... Tel père, tel fils!

Le nouveau venu des Maple Leafs de Toronto, Christian Hanson, est le rejeton d'un des trois frères Hanson du film culte "Slap Shot" avec Paul Newman, sorti en 1977. Qui n'a jamais vu le célèbre trio de matamores aux cheveux longs et arborant des lunettes noires semer la terreur sur les patinoires? Dave Hanson, le grand blond, Steve Carlson et Jeff Carlson ont été élevés au rang de supervedettes en raison de la grande popularité qu'a eue le film.

Hanson père a connu une longue carrière dans les rangs mineurs, évoluant dans la LNH pendant 33 matchs entre 1978 et 1980. Près de 30 ans plus tard, vendredi, il a assisté aux débuts de fiston, qui est âgé de 22 ans, contre les Flyers de Philadelphie.

"Il m'a dit après le match qu'il était fier de moi et de savourer pleinement ce qui m'arrive parce que la vie se déroule à un rythme effarant."

Papa s'est aussi payé sa tête parce qu'il montrait une coupure à la lèvre supérieure, qui a nécessité sept points de suture.

"J'ai été coupé dès ma troisième présence sur la glace, a relaté Christian. Mon père m'a dit qu'il aurait souhaité que je marque un premier but avant d'avoir mes premiers points de suture. Au moins, c'est réglé pour les points de suture."

Christian Hanson, natif de New York mais qui a grandi dans la région de Pittsburgh, doit souvent parler de "Slap Shot" et des talents d'acteur de son père. Il ne s'en offusque pas, au contraire.

"C'est un sujet inévitable dès que j'arrive dans un nouvel endroit, souligne-t-il. Et c'est fort compréhensible. 'Slap Shot' est un classique dans le genre. Les gens sont enthousiastes d'en discuter avec moi."

Hanson rappelle qu'il était âgé d'une douzaine d'années la première fois qu'il a lui-même vu le film. C'était à l'occasion d'un voyage de son équipe de hockey, à bord d'un autobus.

"Mes parents n'étaient pas du groupe parce que je crois qu'ils ne nous auraient pas laissé visionner le film", lance-t-il en riant.

"Je m'étais bidonné, mais j'avais aussi été quelque peu ébranlé par le langage cru. De voir mon père faire ces pitreries, ça m'avait surpris parce qu'il n'est pas comme ça à la maison. C'est un père exemplaire, calme et posé. Quand il joue au hockey, c'est une personne complètement différente."

Hanson, qui vient de compléter sa carrière universitaire chez les Fighting Irish de Notre-Dame, est un gaillard comme son père - il mesure six pieds quatre pouces et pèse 228 livres - sans être un bagarreur.

"J'espère être plus talentueux que mon père, lance-t-il. Je suis un attaquant qui travaille fort devant le filet et dans les coins de patinoire. Je ne laisse pas tomber les gants souvent. J'espère apporter une bonne contribution à l'attaque."

Les Maple Leafs étaient une des quelque 20 équipes qui étaient intéressées à acquérir ses services, dit-il.

En voir plus