Skip to main content

Un premier tour d'horizon des Golden Knights

Bouchard : Une récolte inespérée en attaque, une défensive qui laisse perplexe

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Le directeur général des Golden Knights de Las Vegas, George McPhee n'aura pas chômé. Tel qu'annoncé, il a d'emblée misé sur la défensive, son équipe ayant au moment d'écrire ces lignes les droits sur pas moins de 12 défenseurs.

Outre Marc Methot, tous les défenseurs des Golden Knights sous contrat le sont pour une seule saison. Griffin Reinhart et Nate Schmidt doivent parapher une entente, le second étant admissible à l'arbitrage salarial. On doit supposer que bien des joueurs restent à échanger dans cette brigade, qui me semble quelque peu dépareillée et, surtout, pas aussi bien garnie que ce que les listes de protection laissaient entrevoir. En fait, c'est finalement du côté de l'attaque que George McPhee a réussi à faire de très belles acquisitions.

Les Panthers de la Floride ont beaucoup donné à Las Vegas en leur cédant Reilly Smith et Jonathan Marchessault. Ces deux attaquants sont âgés de 26 ans et donnent deux options de top-6 aux Golden Knights. Marchessault a obtenu l'an dernier des points au rythme d'un joueur de premier trio, alors que Reilly Smith, s'il a été beaucoup moins productif en terme de points purs, a néanmoins poussé méthodiquement la rondelle du bon bord, aidant son club à augmenter de près de 4 pour cent sa part de tirs obtenus.

David Perron, James Neal, Erik Haula, Oscar Lindberg donnent de très belles options offensives de deuxième et troisième trio à cette équipe, pour peu bien sûr que ces joueurs restent à Vegas. Le nom de Neal circule dans bien des rumeurs, on verra s'il est encore de cette équipe passé la fin de semaine.

On trouve aussi quelques fort jolis paris dans cet alignement. J'ai toujours eu un faible pour l'attaquant Teemu Pulkkinen. Plutôt lent et frêle (on le répertorie généreusement à 5 pieds 10 pouces et 185 livres), Pulkkinen est un pur marqueur, ayant obtenu 83 buts en 183 matchs dans la Ligue américaine depuis trois ans. Ce genre de joueur peut être caché sur un quatrième trio et utilisé en avantage numérique. Quand bien même on manque le bateau sur le marché des joueurs autonomes, Vadim Shipachyov va avoir un comparse capable de convertir ses passes savantes en avantage numérique.

De même, William Karlsson était quelque peu caché dans le bas de l'alignement des Blue Jackets de Columbus depuis deux ans. Âgé de 24 ans, on pourrait lui donner la chance de jouer sur un deuxième trio et un peu sur l'avantage numérique.

Mais revenons à la défensive. Si le travail de McPhee me semble remarquable du côté des attaquants, j'ai plus de difficulté à saisir ce qu'on cherche à faire en défensive. Les Ducks d'Anaheim lui ont certes fait une fleur en envoyant Shea Theodore dans le désert contre promesse de les débarrasser de Clayton Stoner. McPhee a maintenant un défenseur de 21 ans qu'on va espérer voir éclore dans le rôle de défenseur numéro un de la brigade défensive, une commande plutôt lourde pour un joueur qui a 53 matchs d'expérience dans la LNH. Mais le talent est là : 68 points en 85 matchs joués dans la Ligue américaine avant d'avoir franchi le cap des 22 ans, c'est extrêmement intéressant. Mais on ne voulait pas, à Anaheim, bousculer une brigade bien établie et on a préféré faire une place à Brandon Montour.

Pour le reste, je suis franchement dubitatif. David Schlemko est un bon joueur, qui a su produire lorsqu'on lui a donné du temps de jeu en avantage numérique. Il est étonnant qu'on l'ait laissé partir, encore plus pour un choix de cinquième ronde. De même, Alexei Emelin n'a jamais été à même de monter cette marche qui en aurait fait un défenseur de top-4 fiable et capable de relancer l'attaque. Sa présence continue dans le top-4 montréalais, ces dernières années, est largement le fait de l'incapacité de Nathan Beaulieu à s'établir comme solution alternative. Jordie Benn, au bout d'une vingtaine de matchs, l'avait déjà clairement surpassé dans la hiérarchie de l'équipe. Bref, il est peu probable qu'Emelin rapporte quoi que ce soit sur le marché des transactions et il ne va probablement pas pouvoir évoluer à la gauche d'un défenseur du calibre de Shea Weber ou encore Jeff Petry. Jason Demers aurait fait l'affaire, mais il semble bien qu'on ait décidé, à Vegas, de monter une défensive temporaire, appelée à être 
rapidement renouvelée au cours des deux, trois prochaines saisons.

Et encore… Si c'est le cas, pourquoi échanger Trevor van Riemsdyk ? Il n'a jamais pu s'établir à Chicago, mais il y a quand même fait belle figure; même si on le tenait loin des meilleurs éléments du club, les différentiels de tirs des Blackhawks demeuraient les mêmes lorsqu'il sautait sur la glace, signe d'un joueur qui aide à pousser le jeu en zone ennemie.

Autre élément qui me laisse encore aujourd'hui perplexe, les gardiens. Comme je l'expliquais dans mon article précédent, Marc-André Fleury est un bon gardien, mais je doute qu'il soit aussi bon, sinon meilleur que Petr Mrazek ou même Philipp Grubauer. Je constate que dans le cas de ce dernier, on a décidé de parier sur Nate Schmidt, un bon défenseur qui jouait sur la troisième paire à Washington. Grubauer peut probablement tenir son bout comme gardien partant à faible prix, ce qui lui donne une valeur largement supérieure à celle de Schmidt, un bon défenseur, sans plus. Peut-être que je sous-estime Schmidt, remarquez bien.

J'ai l'impression qu'on s'est inutilement compliqué la vie à Las Vegas. La récolte d'attaquants est excellente, pour ne pas dire inespérée (merci aux Panthers! Et je n'ai pas parlé de Nikita Gusev, qui pourrait faire des dégâts s'il décide de traverser en Amérique), mais on a laissé partir quelques défenseurs intéressants (Schlemko, van Riemsdyk) et surtout, on s'est encombré de quelques enclumes (Emelin, Luca Sbisa…). Bref, McPhee n'aura pas trop de ses 13 choix au prochain repêchage pour faire le plein.

En voir plus