Skip to main content

Un mauvais début de match plombe les Sénateurs contre les Penguins

Pittsburgh a dominé les deux premières périodes pour créer l'égalité 2-2 en finale de l'Association de l'Est

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

OTTAWA - Où était l'équipe qui a amorcé le match no 3 en force, l'équipe qui a marqué après 48 secondes de jeu avant d'ajouter trois autres buts alors que la rencontre n'était vieille que de 12:52, en route vers un massacre des Penguins de Pittsburgh? Cette équipe n'est pas celle qui est sortie du vestiaire de l'équipe locale au Centre Canadian Tire vendredi pour le match no 4. 

Les Sénateurs d'Ottawa ont plutôt été brouillons et à plat, bien loin de l'équipe dynamique qui a perturbé et désorienté les Penguins deux soirs plus tôt. En jouant de la sorte, ils ont permis aux Penguins de s'imposer et de signer la victoire par la marque de 3-2, ce qui crée l'égalité 2-2 dans la finale de l'Association de l'Est avec le match no 5 prévu pour dimanche au PPG Paints Arena (15 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC).

« En fin de compte, je crois qu'ils ont mérité la victoire plus que nous », a admis l'attaquant Clarke MacArthur. 

Il n'était pas le seul à ressentir ce sentiment. 

« Ils ont été la meilleure équipe pendant deux périodes et ils méritaient de gagner, a déclaré l'entraîneur des Sénateurs Guy Boucher. Nous méritions de gagner deux matchs et nous les avons gagnés et ils méritaient de gagner les deux autres, d'où l'égalité de 2-2 après quatre matchs. » 

Le plus grand problème pour les Sénateurs est peut-être de savoir que les Penguins n'étaient pas à 100 pour cent 100, et ce problème est devenu encore plus évident après que le défenseur Chad Ruhwedel eut subi une commotion cérébrale à 19:34 de la première période, ce qui a forcé Pittsburgh à se débrouiller avec cinq arrières. Ils étaient déjà privés de Justin Schultz au début de la rencontre, et ils ont perdu les services de Kris Letang pendant toute la durée des séries.
 
Les Sénateurs n'en ont toutefois pas fait assez, n'ont pas réalisé suffisamment de jeux, eux qui ont échappé des passes, ont joué sans sentiment d'urgence, et n'ont pu relancer leur jeu de puissance. Ils se sont améliorés à mesure que le match progressait, et ils ont effectué une belle poussée en fin de partie, mais ce ne fut pas suffisant. Comme l'a résumé MacArthur : « Nous leur avons rendu la tâche un peu trop facile ce soir. » 

Ottawa a donc tiré de l'arrière, alors que les Penguins ont touché la cible à 19:14 de la première période (Olli Maatta) puis à 7:41 de la période médiane (Sidney Crosby, jeu de puissance) et à 11:30 du deuxième tiers (Brian Dumoulin, d'un tir qui a dévié sur le patin de Dion Phaneuf). La pente s'est avérée trop abrupte pour être remontée.

Les Sénateurs ont tiré de l'arrière, même s'ils savaient à quoi s'attendre des Penguins, même s'ils savaient que les Penguins allaient sortir plus forts et mieux jouer dans le match no 4 après ce qui leur était arrivé dans le match no 3. 

« Ce sport repose sur le momentum, et lorsqu'une des deux équipes s'empare du momentum, l'autre équipe se retrouve constamment sur les talons », a noté le gardien Craig Anderson, auteur de 32 arrêts sur 35 lancers. « C'est comme si cette équipe tombait en mode panique, et qu'elle se figeait parce qu'elle ne savait pas comment réagir.

« C'est un peu ainsi que les choses ont semblé se dérouler l'autre soir, alors que nous semblions voler sur la glace et qu'ils étaient à plat, alors que c'est nous qui semblions à plat ce soir, et qu'ils avaient l'air très bons. C'est comme si nous avions oublié comment jouer brièvement, et que cette fraction de seconde d'hésitation nous fait paraître très lents. »

Selon Boucher, il s'agissait d'une combinaison de facteurs, dont la gestion de la rondelle et l'incapacité de générer la vitesse dont cette équipe avait fait preuve tout au long de la saison et des séries éliminatoires. Comme il l'a dit, son équipe n'a pas trouvé ses jambes avant la troisième période. 

« Est-ce parce que nous avions moins d'énergie, ou parce qu'ils en avaient plus?, a demandé Boucher. Je crois que c'est une combinaison des deux, et c'est pourquoi ils ont pris les devants 3-0. »

Et à partir de là? Il était essentiellement trop tard.

« Nous nous sommes mis en marche un peu tardivement aujourd'hui, et ils étaient un peu plus motivés en début de rencontre », a souligné Karlsson. 

Les Sénateurs sont revenus dans le match, attaquant et punissant les Penguins au troisième engagement, inscrivant un premier but avec 1:48 à écouler à la période médiane par l'entremise de MacArthur, avant d'en ajouter un autre avec 5:01 à jouer au troisième vingt lorsqu'un tir de la pointe de Karlsson a été redirigé par Mike Hoffman, puis par Tom Pyatt.

Ils ont également obtenu une dernière chance de changer toute l'histoire de la soirée, alors que les Penguins ont été punis pour avoir eu trop d'hommes sur la glace avec 34,3 secondes à jouer. Mais les Sénateurs n'ont pu marquer, n'ont pu racheter leurs deux premières périodes, et ont ainsi encaissé la défaite. 

« Je ne crois pas que nous avons amorcé le match en jouant de la manière dont nous le souhaitions, a avoué Karlsson. Nous tentions de trouver notre jeu, et je pense que nous y sommes parvenus, surtout en troisième. Si nous avions joué de la sorte dès le début du match, l'histoire aurait probablement été différente. »

Mais ce n'est pas ce qui s'est passé. La série est maintenant égale et deux des trois dernières rencontres seront disputées à Pittsburgh. 

« Je ne sais pas si c'est nous qui étions à plat ou si ce sont eux qui ont réalisé de bons jeux très tôt et qui nous ont ralenti, a soulevé MacArthur. De toute évidence, nous n'avions pas l'énergie que nous avions déployée dans le match no 3. Nous nous attendions à ce qu'ils sortent en force, et c'est ce qu'ils ont fait. Nous n'avons pas égalé leur intensité avant la fin de la deuxième période et le troisième tiers.

« Ils forment une bonne équipe de hockey. Si vous ne disputez pas votre meilleur match, vous ne vous donnez pas une chance de gagner. »

En voir plus