Skip to main content

Un long congé fort bienvenu… ou pas?

La semaine de repos que la LNH accorde aux clubs n'arrive pas au bon moment pour tout le monde

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

Toutes les équipes auront droit à un congé d'au moins cinq jours au cours des deux prochaines semaines. Dans certains cas, ç'a commencé dès dimanche, tandis que d'autres clubs ne s'arrêteront que la semaine prochaine et ne reprendront le collier que le 20 janvier prochain.

Évidemment, tout le monde va en bénéficier dans une certaine mesure puisqu'à ce stade-ci de la saison, pratiquement tous les joueurs ont des petits bobos qu'ils auront maintenant le temps de laisser guérir.

Mais ce ne sont pas tous les clubs qui vont en bénéficier de façon égale. Voici une liste des équipes qui, selon nous, vont particulièrement profiter de leur congé ou, au contraire, pourraient le regretter amèrement.

AU MAUVAIS MOMENT?

Bruins de Boston : Après un début de saison difficile, les Bruins se sont mis en marche, alors qu'ils affichent notamment un dossier de 8-0-2 à leurs 10 derniers matchs, progressant au classement au point de s'emparer du deuxième rang dans la section Atlantique. Il y a assez de vétérans dans l'équipe pour s'assurer qu'elle ne perde pas ses repères au retour du congé, mais sans doute qu'ils auraient été plusieurs à préférer continuer à jouer, question de battre le fer pendant qu'il est chaud.

Video: undefined

Avalanche du Colorado : Quand on parle d'équipe « hot » (séquence de cinq victoires toujours en cours) qui pourrait être refroidie par un long congé, voici un cas type… Surtout que dans ce cas-ci, il s'agit d'une jeune équipe (moyenne d'âge de moins de 25 ans), et que le principal apprentissage que les jeunes doivent faire quand ils accèdent à la LNH, c'est de faire preuve de constance. Une constance qu'ils ont acquise à force de jouer au rythme de trois ou quatre matchs par semaine ; mais voilà que ce rythme sera soudainement interrompu. Ça prend de la maturité pour ne pas perdre ses repères dans ce contexte, une maturité que les joueurs de l'Avalanche n'ont sans doute pas encore, à quelques exceptions près.

Golden Knights de Vegas : Le congé ne devrait pas avoir un impact direct sur leurs performances, ni particulièrement positif ou négatif, mais on s'attend plutôt à ce qu'il y ait un effet bénéfique sur une ou deux équipes qui les poursuivent au classement, et qui pourraient ainsi profiter d'un nouvel élan pour déloger les hommes de Gerard Gallant du premier rang, dans l'Association de l'Ouest et/ou dans la section Pacifique.

Video: NYR@VGK: Fleury frustre Zibanejad et Skjei

AU BON MOMENT?

Blue Jackets de Columbus : Blessé à l'oeil, Brandon Dubinsky prévoyait revenir au jeu ces jours-ci, justement. Le congé lui donnera l'occasion de ne pas précipiter son retour.

Oilers d'Edmonton : Quand le voilier se met à avancer dans la mauvaise direction, difficile de corriger sa trajectoire quand les matchs se succèdent aussi rapidement. Un congé du genre, c'est l'occasion de s'arrêter, prendre une grande respiration, se rappeler ce qu'on faisait de si bien la saison passée (au point de terminer au deuxième rang de la section Pacifique) et déterminer comment on peut arriver à reproduire tout ça.

Canadiens de Montréal : On se vide l'esprit, on refait le plein d'optimisme et on aborde le reste du mois de janvier comme si on était en octobre, au départ d'une nouvelle saison. Ç'a marché pour Carey Price à son retour au jeu le 25 novembre, pourquoi ça ne fonctionnerait pas pour le reste de l'équipe?

Video: TBL@MTL: Arrêts incroyables de Price en prolongation

Islanders de New York : S'il y a un exemple typique d'équipe qui pourrait profiter d'un congé prolongé pour chasser le mauvais karma et repartir sur les bonnes bases de son début de saison, ce sont les Islanders, qui allaient plutôt bien avant de se mettre à aligner les défaites (cinq de suite du 29 décembre au 5 janvier). Dans leur cas, retrouver les habitudes gagnantes n'est pas illusoire puisque les habitudes gagnantes, ils en avaient effectivement jusqu'à tout récemment (on pourrait d'ailleurs mettre les Blues de St. Louis, qui ont eux aussi décliné récemment, dans la même catégorie).

Sénateurs d'Ottawa : Voilà une équipe qui est venue à une victoire près d'atteindre la Finale de la Coupe Stanley, le printemps dernier. Et qui, présentement, fait à peine mieux que les Sabres de Buffalo. Laquelle de ces deux équipes est la vraie? Profitons du congé pour effacer le disque dur des dernières semaines, et faire semblant qu'au retour de la pause, c'est le printemps 2017 qui se poursuit…

Penguins de Pittsburgh : Après deux conquêtes de la Coupe Stanley en deux ans, et donc beaucoup plus de matchs que les autres équipes, les jambes sont plus lourdes. Sidney Crosby et Evgeni Malkin produisent tous deux à un rythme d'environ un point par match à l'heure actuelle, mais ce n'est pas normal qu'ils peinent autant au chapitre du différentiel (moins-11 pour le premier et moins-7 pour le deuxième, le pire de leur carrière s'ils ne corrigent pas le tir). Un petit remontant sous forme de congé de cinq jours ne leur fera pas de tort.

Video: PIT@NYI: Malkin décoche un puissant tir en A.N.

Lightning de Tampa Bay : Ne les mettez pas dans la catégorie des clubs en feu qui risquent d'être refroidis par l'inactivité. Ce club-là n'est pas sur une erre d'aller, il est en mission. Ce n'est pas pareil du tout. Le congé leur donnera tout simplement l'énergie pour redoubler d'ardeur dans leur quête du Saint Graal du hockey.

Capitals de Washington : Cette équipe s'est cherchée en début de saison, puis s'est trouvée en décembre, alors qu'elle s'est mise à gagner régulièrement (trois séquences de quatre victoires depuis ce temps, séquence de neuf victoires à domicile en cours). Le congé sera l'occasion de faire un petit bilan, question de se conforter dans les bonnes habitudes prises ces dernières semaines, et de repartir la machine avec l'assurance que rien n'est perdu en ce qui concerne l'objectif ultime, c'est-à-dire faire un bon bout de chemin en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.