Skip to main content

Un Lightning incomplet continue d'avancer

Tampa Bay, malgré l'absence de Stamkos et Stralman, se rend jusqu'en finale d'association pour la deuxième fois d'affilée

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

TAMPA - Anton Stralman s'est blessé le 25 mars, au moment où le Lightning de Tampa Bay affrontait les Islanders de New York. Il bataillait devant le filet quand il a chuté et sa jambe a plié de façon inattendue. Le diagnostic : une fracture du péroné. Durée de l'absence : indéterminée.

Steven Stamkos s'est blessé le 31 mars, après que le Lightning se soit mesuré aux Canadiens de Montréal. Son bras droit était lourd et enflé à la suite de la séance d'entraînement d'après-match, alors il est allé voir les membres du personnel médical. Il a subi une chirurgie le 4 avril. Le diagnostic : un caillot sanguin. Durée de l'absence : un à trois mois.

À ce moment-là, il semblait peu probable que le Lightning réussisse à retourner en finale de l'Association de l'Est, et encore moins y parvenir en seulement 10 matchs. 

Stralman faisait partie du premier duo de défenseurs, tandis que Stamkos était leur capitaine et leur meilleur buteur. Pour se rendre loin en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, on dit qu'une équipe doit être en santé et avoir la chance de son côté ; le Lightning ne profitait ni de l'un, ni de l'autre avant même que ça commence.

« Il faut que plusieurs choses se déroulent bien pour réaliser un bon parcours, a souligné le joueur de centre du Lightning Brian Boyle. C'étaient là de gros coups durs. »

Les coups durs, c'est toutefois le Lightning qui les a portés à ses adversaires depuis ce temps. Tampa Bay a éliminé les Islanders de New York au deuxième tour éliminatoire au moyen d'une victoire de 4-0 dans le cinquième match de la série, dimanche au Amalie Arena, après avoir éliminé les Red Wings de Detroit en cinq rencontres lors du premier tour.

Le Lightning visait de rester en vie assez longtemps pour que Stralman et Stamkos puissent revenir au jeu, et maintenant ils pourraient miser au moins sur Stralman en vue de la finale d'association, faisant d'eux des aspirants encore plus légitimes. L'entraîneur Jon Cooper avait dit espérer que Stralman serait prêt pour le quatrième ou cinquième match du deuxième tour. Ça n'a pas été le cas, mais Cooper a assuré que le défenseur n'avait pas connu de recul dans son état de santé. Le cas de Stamkos est plus difficile à évaluer en raison de la nature de sa blessure, mais il reste dans les délais prévus. On ne sait jamais.

« Tout le monde s'était dit, 'OK, c'est désastreux de devoir composer avec ça, mais ce n'est pas fini', a indiqué Cooper. Parce que ces gars-là sont des éléments tellement importants de notre équipe, c'est devenu en quelque sorte notre mantra. Notre saison n'est pas terminée même s'ils ne sont pas là, c'est aux joueurs présents de déterminer à quel moment ça va finir. Les gars adhèrent vraiment à cette vision des choses. »

C'est une belle histoire et celle-ci commence au début. Après avoir atteint la finale de la Coupe Stanley l'an dernier, venant alors à deux victoires de décrocher le championnat après avoir disputé 26 matchs sur une possibilité de 28, le Lightning a connu des difficultés au début de la présente saison. Les joueurs de Cooper présentaient une fiche de 7-8-2 le 10 novembre. Leur dossier était de 19-17-4 au 5 janvier.

« L'engagement des gars en saison régulière n'était probablement pas au niveau où il aurait dû l'être », a dit Cooper.

Des joueurs-clés ont raté des matchs en raison de blessures : Jason Garrison, Tyler Johnson, Ondrej Palat. Pendant ce temps, Jonathan Drouin, le troisième joueur réclamé à l'occasion du repêchage 2013 de la LNH, ne faisait même pas partie de la formation. Il a exigé une transaction, a refusé de jouer à Syracuse dans la Ligue américaine de hockey et il a été suspendu.

« Bizarrement, ce sont des choses qui nous ont permis de mieux nous regrouper et nous concentrer, et maintenant nous devons survivre en l'absence de joueurs importants, a noté Cooper. Évidemment, ce n'est pas l'idéal que des joueurs comme Stamkos et Stralman soient à l'écart, mais je crois qu'une saison complète de préparation à combler l'absence de blessés nous a probablement aidés au point de vue de notre approche mentale. »

Le Lightning n'a pas terminé la saison régulière en force. L'équipe a affiché un dossier de 7-9-1 à ses 17 derniers matchs, et de 3-5-0 à ses huit dernières sorties. Mais les choses se sont tellement bien déroulées pendant les deux premiers tours qu'on n'a pas l'impression que Stralman et Stamkos manquent à l'appel. L'équipe est incomplète, mais elle semble complète quand même parce qu'elle a tellement de profondeur ; surtout maintenant que Drouin, qui a joué dans les ligues mineures après qu'on eut dépassé la date limite des transactions sans l'échanger et qui a été rappelé après que Stamkos eut subi son intervention chirurgicale, a commencé à afficher toute l'étendue de son talent.

Mais commençons par le gardien. Ben Bishop est finaliste au trophée Vézina et non seulement bloque-t-il bien la rondelle, il la contrôle bien autour de sa cage, réduisant d'autant l'efficacité de l'échec-avant de l'adversaire et s'avérant l'initiateur de sorties de zone. Il affiche une moyenne de buts alloués par match de 1,89 et un pourcentage d'arrêts de ,938 depuis le début des séries, ce qui lui donne le troisième rang chez les gardiens encore en lice. Il a deux jeux blancs, bon pour une égalité au premier rang ; il a réalisé ses deux blanchissages lors des matchs qui ont éliminé l'équipe adverse.

Regardez la brigade défensive. Victor Hedman en est clairement le chef de file. Il passe beaucoup de temps sur la patinoire, réalise des jeux partout sur la surface et n'a pas é moins combatif en l'absence de Stralman, son partenaire de duo habituel. Garrison a marqué en prolongation dans le quatrième match de la série contre les Islanders. Cooper profite d'un grand nombre d'options, alors qu'il a fait jouer huit défenseurs différents durant les présentes séries éliminatoires, et a souvent choisi d'en aligner sept au cours d'un match.

Maintenant, les attaquants. Il y a des marqueurs : Nikita Kucherov (neuf buts, premier dans la LNH), Johnson (13 points, deuxième dans la LNH), Alex Killorn (neuf points), Drouin (neuf points). Il y a des vétérans à la détermination de fer : Boyle, Ryan Callahan. Il y a des joueurs qui sont solides en défensive : Palat, Valtteri Filppula.

« Tout au long de la saison, nous savions que nous avions une bonne équipe, a affirmé Callahan. Évidemment, il nous manque des joueurs-clés en ce moment. C'est une opportunité pour d'autres de s'amener, de relever leur niveau de jeu et de profiter du fait qu'ils passent plus de temps sur la patinoire. »

Oui, le Lightning a sans doute profité du parcours le plus facile dans la section Atlantique dans ces séries et devra être meilleur en finale d'association, puisque Tampa Bay devra alors affronter les Penguins de Pittsburgh ou les Capitals de Washington. Reste qu'atteindre la finale d'association en 10 matchs est un exploit impressionnant, surtout dans les circonstances. Le Lightning peut effectivement être meilleur, surtout si Stralman, Stamkos ou les deux reviennent au jeu.

« Ce sont des meneurs au sein de notre équipe, des membres du noyau qui en font tellement pour nous, a souligné Boyle. Blessés, ils ne peuvent pas nous aider. Sur une note plus personnelle, nous avons de l'empathie pour eux. Tout le monde a fait du bon travail pour assurer la relève et pour relever leur niveau de jeu ; ils l'ont fait pour le reste de l'équipe, mais ils l'ont fait pour eux aussi. Nous voulons continuer à jouer le plus longtemps possible. »

En voir plus