Skip to main content

Un Jake Guentzel opportuniste mène les Penguins à la victoire

L'attaquant recrue obtient un temps de jeu limité, mais marque le but gagnant dans le match no 1 pour mettre fin à une disette de huit matchs

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

PITTSBURGH - Un joueur des Penguins des Pittsburgh allait bien devoir tirer au but éventuellement. 

Pourquoi pas Jake Guentzel?

L'attaquant recrue n'avait pas obtenu une seule tentative de tir dans le match no 1 de la Finale de la Coupe Stanley contre les Predators de Nashville avant de voir la rondelle aboutir sur son bâton alors qu'il entrait en zone offensive avec de la vitesse tard en troisième période au PPG Paints Arena lundi.

Le meilleur buteur des séries éliminatoires de la Coupe Stanley n'avait également pas touché la cible à ses huit derniers matchs. Il y avait même des rumeurs qui voulaient qu'il soit laissé de côté pour le match no 1.

Mais au cours d'une soirée bizarre où les buts étaient refusés ou inscrit à la suite de déviation sur le genou de l'adversaire, alors que les Penguins semblaient désorientés et incapables de jouer de manière nord-sud, Guentzel s'est dit : « pourquoi pas moi, et pourquoi pas maintenant? ».

Les Penguins ont vaincu les Predators 5-3 et mènent la série quatre de sept parce qu'il est passé de la parole aux actes.

Utilisant l'espace qui était offert à lui en raison de la vitesse qu'il affichait après avoir reçu le disque du centre Matt Cullen, Guentzel a décoché un tir des poignets parfait au-dessus de la mitaine du gardien Pekka Rinne à 16:43 de la troisième période. Il s'agissait du premier tir des Penguins en 37 minutes. Ils n'en auraient pas eu besoin d'un autre.

« C'est de toute évidence difficile par moments, mais vous devez simplement continuer à travailler, a noté Guentzel. Ce but est survenu au bon moment ce soir. »

Guentzel a inscrit 10 buts depuis le début des séries, le plus grand nombre par une recrue née aux États-Unis en un tournoi printanier depuis que Jeremy Roenick en a marqué 11 avec les Blackhawks de Chicago en 1990. Dino Ciccarelli en a réussi 14 avec les North Stars du Minnesota en 1981, le plus grand total de l'histoire pour une recrue.

Guentzel est né en 1994. Il avait le sentiment qu'il n'avait pas marqué depuis sa naissance.

« De le voir s'imposer comme cela, d'obtenir cette unique chance de marquer et de toucher la cible, c'était très spécial », a mentionné l'attaquant des Penguins Conor Sheary, qui a également marqué son premier but en 17 parties des séries éliminatoires dans le match no 1. « Nous n'avions besoin que d'un jeu, et ce jeu est venu de Jake. »

Guentzel n'a jamais semblé s'apitoyer sur son sort tout au long de sa disette de huit matchs sans but. Cela était fortement lié au nombre de chances qu'il obtenait. Il a touché le poteau à de multiples occasions. Il a raté des filets ouverts à quelques reprises.

« Vous pouvez voir cela de manière positive en vous disant que vous obtenez des chances, a philosophé Guentzel. Vous êtes près du filet. »

En tenant compte du fait qu'il avait marqué neuf fois sur 24 tirs (37,5 pour cent) à ses 11 premiers matchs en séries, une léthargie semblait inévitable. Personne ne marque près d'un but par match en conservant un pourcentage de tirs aussi élevé pendant tout un parcours en séries. Guentzel n'a pas fait exception.

Cependant, ce qui était problématique pour l'entraîneur Mike Sullivan était la manière dont le jeu de Guentzel avait évolué au fil de la finale de l'Association de l'Est, remportée en sept matchs contre les Sénateurs d'Ottawa. 

Par exemple, Guentzel a été le seul joueur des Penguins à ne pas obtenir de point ou de tir dans leur gain de 7-0 dans le match no 5. Il a été blanchi au cours des trois dernières parties.

« Il passait beaucoup de temps sur la glace, a rappelé Sullivan. Lorsque vous jouez sur le trio de [Sidney Crosby], on s'attend évidemment à ce que vous produisiez offensivement. »

Guentzel a été retiré du trio de Crosby en deuxième période du match no 7, alors qu'il a été le joueur le moins utilisé des Penguins avec 13:59 de temps de glace dans une victoire en deuxième période de prolongation. Il s'agit de sa plus faible utilisation en séries, jusqu'à lundi.

Guentzel a été employé pendant 11:52 sur le quatrième trio dans le match no 1.

« Nous avions le sentiment dans la dernière série qu'il se fatiguait peut-être quelque peu, a expliqué Sullivan. Le personnel d'entraîneurs a tenté d'être proactif et de trouver des moyens de peut-être réduire son temps de glace, afin qu'il soit plus productif lorsqu'il était envoyé sur la patinoire. Très honnêtement, nous voulions lui enlever un peu de pression. Mais en aucun cas nous n'avons perdu confiance en lui. Nous savons qu'il est un bon joueur. Il est un joueur d'une grande qualité. »

Sullivan a passé du temps à analyser le jeu de Guentzel avec lui au cours de la dernière semaine, et il a notamment tenté de le guider et de le garder dans un état d'esprit positif.

« Jake et moi avons eu quelques discussions au cours de la dernière semaine à propos de l'évaluation des entraîneurs, et nous avons tenté de l'aider à surmonter quelques défis, comme nous le faisons avec tous nos joueurs, a évoqué Sullivan. Il est un très bon joueur. Il a obtenu un très gros but pour nous ce soir. Je crois que ça indique bien le type de joueur qu'il est et ce dont il est capable. Il est certainement un joueur sur qui nous savons que nous pouvons compter pour nous aider à remporter des matchs. »

C'est ce qu'il a fait lundi, touchant la cible à l'aide de ce qui semblait à ce moment-là un tir improbable, puisqu'on aurait dit que les Penguins n'allaient jamais en obtenir un autre de la manière dont ils jouaient.

En fait, l'analyste Pierre McGuire a noté sur les ondes de NBC après le but qu'avant que Guentzel ne s'amène sur la glace pour marquer, Sullivan a crié sur le banc : « Est-ce que quelqu'un dans cette équipe va placer une rondelle au filet? »

Pourquoi pas le joueur qui n'avait pas touché la cible à ses huit derniers matchs? Pourquoi pas le joueur qui n'avait pas tiré de la soirée? Pourquoi pas Guentzel?

« Ce fut énorme de le voir se lever et marquer un but important comme celui-là, a dit Crosby. Ce n'était pas notre meilleur match, mais il s'est levé et nous a permis de l'emporter. »

En voir plus