Skip to main content

Un grand Forum pour le spectacle

Les Canadiens faisaient leurs adieux à leur aréna historique il y a 20 ans vendredi

par Dave Stubbs @dave_stubbs / Chroniqueur LNH.com

MONTRÉAL - Les partisans se sont levés à l'unisson, aussi émotivement épuisés que les légendes qui se tenaient avec fierté, quoiqu'un peu chétivement, sur la patinoire du Forum de Montréal.

Il y a 20 ans vendredi soir, une salle comble de 17 959 places a crié jusqu'à en perdre la voix alors que le rideau de la LNH tombait sur l'aréna de 72 ans, un bâtiment qui représentait bien plus qu'un simple amas de briques et de mortier.

Chacun des joueurs légendaires des Canadiens de Montréal, debout sur un tapis rouge qui s'étendait sur toute la patinoire, avait été acclamé avec vigueur.

Mais le bruit s'est mis à monter en crescendo pour Maurice « Rocket » Richard, considéré comme le coeur et l'âme des équipes des Canadiens des années 1940 et 1950.

Richard a salué les partisans de la main alors que le rugissement de la foule ne faisait que grandir. Il a ensuite levé les deux bras, quasi timidement, comme s'il disait, « C'est assez ». Et pourtant, le volume a continué de monter.

Finalement, de longues minutes après le début de l'ovation, le Rocket n'a plus été capable de retenir ses larmes. Il a porté les mains à ses yeux, submergé par la démonstration d'amour des partisans. Certains parmi ceux-ci pleuraient aussi, et plusieurs d'entre eux étaient trop jeunes pour l'avoir vu jouer.

Video: Montreal Forum closes; Maurice Richard's epic ovation

Richard n'a jamais cessé de dire qu'il était « seulement un joueur de hockey », résistant à la volonté des gens qui voulaient le mettre sur un piédestal et en faire une figure bien plus imposante que cela. Il était un homme qui ne cherchait pas à être un modèle ni un porte-drapeau à une époque où le climat politique était plus tendu.

Mais reste que Richard était un symbole fort pour Montréal et le Québec; il faisait partie intégrante du tissu social et de ses gens. L'incroyable hommage à Richard, ainsi qu'à 21 autres membres du Temple de la renommée - Jean Béliveau, Elmer Lach, Émile « Butch » Bouchard, Henri Richard et Guy Lafleur étaient parmi eux - s'est avéré le dramatique dernier chapitre dans la vie du Forum au chapitre du hockey, alors que le bâtiment a accueilli son dernier match de la LNH le 11 mars 1996.

Les Canadiens ont défait les Stars de Dallas 4-1 ce soir-là, un résultat qui venait faire contraste à la charge émotive de la cérémonie, mais qui a fourni le complément parfait à la victoire de 7-1 que l'équipe locale avait décrochée aux dépens des St. Patricks de Toronto, le 29 novembre 1924, à l'occasion du premier match disputé sur la glace du Forum.

Pas moins de 2329 rencontres du calendrier régulier de la LNH ont été disputées dans cet aréna, en plus de 307 matchs éliminatoires.

Les Canadiens ont décroché 12 de leurs 24 championnats de la Coupe Stanley - un record de la LNH - sur la glace du Forum, obtenant 22 de ces titres pendant qu'ils élisaient domicile dans ce bâtiment de la rue Ste-Catherine.

En 1937, des funérailles ont été tenues sur la patinoire recouverte de planches en l'honneur de Howie Morenz, la première super-vedette de l'équipe. Celui-ci est décédé six semaines après avoir subi une fracture à la jambe pendant un match disputé au Forum. Ce sont les funérailles de Morenz, où des milliers de personnes se sont réunies dans l'aréna et où des dizaines de milliers de gens se sont recueillies le long du trajet menant au cimetière, qui ont donné naissance à la légende voulant que ce sont les fantômes du Forum qui, d'une façon ou d'une autre, changeaient le déroulement des matchs en faveur des Canadiens.

Pour citer la façon dont l'ancien directeur général des Bruins de Boston Harry Sinden a décrit l'aréna, lui qui a vu ses équipes des Bruins être battues par Montréal lors de 18 séries éliminatoires d'affilée de 1946 à 1987 : « La mort, les taxes et les Canadiens qui se voient accorder le premier jeu de puissance ».

Durant la Grande dépression, la concession des Canadiens a failli disparaître et le Forum est venu près d'être abandonné et de devenir un garage pour tramways. Mais les deux ont poursuivi leur chemin et connu des succès sans précédent, alors les Canadiens ont prospéré au point d'aligner des dynasties sportives dans les années 1950, 1960 et 1970, et que l'aréna a été rénové et agrandi en 1949 puis encore en 1968 alors qu'il a accueilli de la royauté, les plus grands noms de la politique ainsi que les meilleurs musiciens, boxeurs, joueurs de tennis, cyclistes et lutteurs professionnels, en plus des grands spectacles du monde du cirque.

Les meilleurs orchestres symphoniques au monde ont rempli l'amphithéâtre de leur musique appréciée par plusieurs générations, tout comme des artistes tels que Louis Armstrong, Frank Sinatra et Pavarotti l'ont fait.

C'est au Forum que le plus long match dans l'histoire de la LNH a eu lieu, une rencontre éliminatoire nécessitant six périodes de prolongation qui a été disputée du 24 au 25 mars 1936 entre les Maroons de Montréal et les Red Wings de Detroit et qui s'est terminée à 2 h 25 du matin grâce au filet vainqueur marqué par Mud Bruneteau au profit des Red Wings.

Les plus vaillants qui sont restés jusqu'à la fin étaient assis ou étendus dans les sièges, où ils lisaient la première édition des journaux du matin dans lesquels on trouvait des reportages du match qu'ils étaient encore en train de regarder.

Le Forum, à l'intérieur tout comme à l'extérieur, a été témoin de l'historique « émeute Maurice Richard » en 1955, alors que des partisans ont vandalisé des bâtiments du centre-ville de Montréal en réaction à la suspension imposée au Rocket, qui privait les Canadiens et leurs partisans de leur héros après que celui-ci eut exprimé sa colère à Boston quelques soirs plus tôt.

Les Beatles ont inauguré leur tournée nord-américaine en aréna en 1964 avec un concert tenu le 8 septembre cette année-là au Forum. Un an plus tard, et l'année suivante aussi, les Rolling Stones ont chanté au cours de soirées qui ont viré à la pagaille quand la foule incontrôlable a foncé vers l'estrade et pratiquement saccagé tout ce qu'elle avait sous la main.

L'aréna a mis en vedette des olympiens qui ont fait l'histoire des Jeux de Montréal en 1976, soit la gymnaste Nadia Comaneci et le boxeur Sugar Ray Leonard; il a aussi été le lieu du remarquable match nul de 3-3 que les Canadiens ont disputé face à l'Armée rouge soviétique la veille du Jour de l'An 1975, trois ans après qu'Équipe Canada eut été malmenée 7-3 au même endroit par les Soviétiques lors du premier match de la Série du siècle de 1972.

« C'est un bâtiment qui a été ébranlé par les applaudissements », a écrit le légendaire journaliste sportif montréalais Red Fisher il y a 20 ans vendredi, à quelques heures de la fermeture du Forum.

Incroyable, mais vrai, le premier match de Fisher en 55 ans de couverture des Canadiens a été celui du 17 mars 1955 - l'émeute Maurice Richard.

« Le tonnerre des pieds qui tapaient au sol a résonné au travers ses murs, a-t-il écrit. Des carrières sont nées, ont vécu et sont mortes ici. Des réputations y ont été construites et détruites. »

Bâti en 159 jours en 1924 au coût de 1,5 million $, le Forum a été érigé sur le terrain d'une ancienne enceinte à ciel ouvert du même nom, la plus vaste au monde à l'époque. Il allait devenir un des plus formidables bâtiments du hockey, le plus connu dans ce sport si on tient compte des succès obtenus par son principal locataire.

Vendredi, des partisans, des touristes et des curieux déambuleront dans le Forum, comme ils le font régulièrement, sans savoir dans la plupart des cas qu'il s'agira du 20e anniversaire du dernier match de la LNH disputé à cet endroit.

L'intérieur du bâtiment a été démantelé et dépouillé après le départ des Canadiens et au milieu des années 1990, il a été maquillé en arène de boxe par le réalisateur Brian De Palma pour son film tourné en 1998 appelé « Snake Eyes » (« Mauvais œil »), qui mettait en vedette Nicolas Cage, Gary Sinise et Carla Gugino.

Il a ensuite été transformé en centre de divertissement urbain, un site de plus de 500 000 pieds carrés abritant un cinéma, un bar sportif et un salon de quilles, ainsi que des commerces, un club de conditionnement physique et une partie des locaux d'une institution scolaire.

À nouveau, le Forum est en voie d'être transformé et de changer dramatiquement d'apparence alors que de nouveaux commerçants vont emménager. Le rez-de-chaussée du complexe a été peint afin d'évoquer le centre de la patinoire du bâtiment qui a jadis été un aréna pour le hockey, et comporte une section d'anciens sièges du Forum ainsi qu'une statue de Maurice Richard.

Les Canadiens ayant fermé l'été dernier leur musée situé au Centre Bell, le Forum, en raison du clin d'oeil qu'il continue de faire à l'histoire des Canadiens, demeure le meilleur endroit à Montréal pour accueillir les souvenirs évoquant les jours de gloire de l'équipe et pour évoquer les événements remarquables qui ont eu lieu dans ce quadrilatère de la ville.

Hélas, il semble que les fantômes du Forum aient choisi de ne pas faire le transfert en mars 1996 vers le domicile actuel des Canadiens, alors que ce printemps, on soulignera le 23e anniversaire de leur dernière conquête de la Coupe Stanley.

Les esprits ont peut-être préféré prendre leur retraite au plafond du Forum, avec le sentiment du devoir accompli. Si c'est le cas, sans doute qu'ils sont présentement en train de se rappeler tous les moments historiques qui ont eu lieu ici, dont cette inoubliable soirée de joie et de mélancolie qui s'est déroulée sous ce toit il y a 20 ans.

En voir plus