Skip to main content

Un des secrets de la réussite des Golden Knights

L'attaquant français Pierre-Édouard Bellemare explique que les joueurs de l'équipe d'expansion voient à ce que chacun soit imputable de ses actions sur la glace

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL -- Les Golden Knights de Vegas ne lâchent pas prise. Ils sont comme le roseau : ils plient, mais ils ne cassent pas. Pas pour l'heure en tout cas. 

Avec 33 points au classement grâce à une fiche de 16-9-1, la mouture de première année dans la LNH demeure dans le peloton d'équipes de tête de l'Association de l'Ouest. Elle occupe même la deuxième place de la section Pacifique, à quatre points des Kings de Los Angeles en ayant joué deux matchs de moins qu'eux.

Les Golden Knights ont judicieusement pigé un joueur par équipe au cours du repêchage d'expansion et ils sont dirigés de main de maître par Gerard Gallant. Ils ne sont pas une équipe d'expansion comme les précédentes.

En entrevue à LNH.com dernièrement, l'attaquant français Pierre-Édouard Bellemare a attribué les succès de l'équipe au pacte d'imputabilité que l'organisation naissante a proposé aux joueurs à leur arrivée.

« On nous l'a bien expliqué dès le Jour 1 du camp d'entraînement et le message a été reçu », a affirmé Bellemare qui constate que la dynamique de groupe qui en découle est pour le moins unique.

« Étant donné que nous sommes une nouvelle équipe, nous ne laissons pas passer les choses inacceptables », a-t-il précisé. 

« Dans une autre équipe, les leaders occupent une grande place. S'il y en a un qui commet une erreur, les plus jeunes ne vont pas oser lui souligner en raison de son statut de vétéran. Mais dans notre équipe, il n'y a pas de véritables leaders ou de super-vedettes, ni de rang hiérarchique.

« Si tu ne fais pas ton repli ou que tu triches un peu, tu vas en entendre parler sur-le-champ en rentrant au banc. C'est une des explications de nos succès.

« Chacun a l'obligation de fournir un effort honnête. Si tu ne travailles pas, tu vas écoper. Dernièrement, (l'attaquant) Brendan Leipsic a été retranché de la formation même s'il jouait incroyablement bien. Par après, ç'a été au tour d'Oscar Lindberg (un autre attaquant). Tu comprends que si tu ne donnes pas ton 110 pour cent, il y a une chance que tu ne joues pas le match suivant. »

Il y a également eu dernièrement le cas de l'attaquant Vadim Shipachyov qui a fait réaliser le sérieux de l'organisation. Mis sous contrat à fort prix fort l'été dernier (deux ans, 9 millions $), Shipachyov a échoué dans sa tentative de mériter un poste au camp. Après quelques mois, l'équipe a rompu les liens avec le Russe âgé de 30 ans qui est retourné évoluer dans la KHL.

« Le dossier de Vadim Shipachyov a réveillé l'esprit de tout le monde, a souligné Bellemare. Ça te donne envie de te défoncer davantage. Imaginez, on dit à un joueur auquel on avait accordé un bon salaire qu'on n'a pas de place pour lui. Tu comprends alors que si tu n'es pas à la hauteur, ils peuvent également très bien te tasser. »

Bellemare, âgé de 32 ans, a pris part aux 26 premiers matchs de l'équipe. Le pivot de la quatrième unité à l'attaque a réussi trois buts, en plus d'amasser une passe. Arrivé sur le tard dans la LNH, le Français natif de Le Blanc-Mesnil est sous contrat jusqu'à la conclusion de la saison 2018-19 à un salaire annuel moyen de 1,45 million $, selon CapFriendly.com.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.