Skip to main content

Un camp qui a illustré le manque de relève chez le CH

Hudon, Mete et Lindgren ont été les premiers de classe à leur position respective

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Le camp d'entraînement des Canadiens de Montréal est terminé et, s'il y a une chose qu'il faut retenir, c'est que l'équipe n'est pas aussi mauvaise qu'on a pu commencer à le croire à mesure qu'elle empilait les défaites au cours du calendrier préparatoire. Mais elle n'est pas aussi bonne qu'on l'a vu au Centre Bell vendredi, mais surtout samedi.

Le camp a principalement mis en lumière le manque de relève pour l'organisation. Un attaquant, Charles Hudon qui en était à sa cinquième présence au camp; un défenseur, la verte recrue âgée de 19 ans Victor Mete; et un gardien, Charlie Lindgren, ont sauvé la mise à leur position respective.

S'il appert que Hudon ait finalement remporté son pari avec panache, il reste à voir si les dirigeants vont inclure Mete dans leurs plans, au moins pour le début de la saison régulière. Le jeune homme a été très convaincant. Il a profité de l'inaction de plusieurs aspirants qui doivent déjà se mordre les pouces. En raison de son brio, le Franco-Ontarien Éric Gélinas, qui était à l'essai, a dû se contenter d'un contrat de la Ligue américaine de hockey (LAH).

La grande question pour le directeur général Marc Bergevin et ses acolytes est de savoir s'ils sont prêts à courir le risque de perdre un défenseur plus aguerri (Brandon Davidson ou Joe Morrow) en l'exposant au processus du ballottage. La réponse devrait être oui, même si Bergevin a comme philosophie qu'une organisation n'a jamais trop de défenseurs. Dans le moment, le CH a plusieurs défenseurs issus du même moule.

À l'attaque, le jeune Michael McCarron a constitué la grande déception. C'était un gros camp pour le premier choix de 2013 (no 25). Il jouissait d'un préjugé favorable, lui qu'on avait gardé dans l'entourage de l'équipe en fin de saison dernière. McCarron avait affirmé à son arrivée au camp avoir amélioré son explosivité sur patins pendant l'été. On n'a rien vu de ça. Le géant américain a de la difficulté à suivre le rythme de la LNH. À l'âge de 22 ans, il commence à se faire tard pour lui.

Jacob De La Rose l'a devancé au sein de la hiérarchie des jeunes attaquants de l'organisation. Le Suédois âgé de 22 ans a peut-être gagné ses galons pour le début de la saison.

Drouin, ça marche

Le camp nous a permis de constater que la succession d'Alexander Radulov est assurée avec Jonathan Drouin, qui a été la révélation chez les joueurs établis. Il va rapidement conquérir le cœur des partisans celui-là.

Drouin a paru très à l'aise à la position de centre, ce qui représente sans doute la meilleure nouvelle du camp. S'il avait fallu que l'expérimentation échoue, comme ç'a été le cas pour Alex Galchenyuk, Julien en aurait perdu le sommeil. Drouin et Max Pacioretty montrent de plus une belle synergie ensemble, ça vaut aussi son pesant d'or. L'entraîneur Claude Julien n'a pas tari d'éloges encore à l'endroit du jeune Québécois à l'issue du match de samedi. Il a dit grandement apprécier que Drouin se montre soucieux de son jeu dans son territoire. C'est d'ailleurs le reproche qu'on fait à Galchenyuk.

Parlant de Galchenyuk, il a racheté un mauvais camp avec sa performance d'un but et d'une passe, samedi. Il aura intérêt à ne pas trop baisser la garde en saison régulière parce que Julien ne le lâchera pas d'une semelle, comme on a pu le constater pendant le camp.

À l'âge de 23 ans, Galchenyuk doit se prendre en mains. Il n'a pas à regarder loin pour trouver une source d'inspiration. Drouin est un an plus jeune que lui.

L'équipe de Price

Pour ce qui est de la valeur réelle du CH, c'est difficile de se faire une tête parce que les matchs préparatoires sont exactement ce qu'ils sont : des rencontres pour se préparer à la saison régulière.

Les vétérans ont souligné samedi soir qu'il leur avait fallu du temps avant d'assimiler les stratégies que l'entraîneur Julien a ajoutées au carnet de jeux cette saison.

La conclusion qu'on peut toutefois tirer, c'est que l'équipe demeure celle d'un gardien. Comme ç'a été le cas la saison dernière et les autres d'avant, quand Carey Price a été en santé.

Profitera-t-il d'une meilleure protection devant lui avec le groupe revampé de défenseurs? Bergevin a répété au cours des derniers jours que c'est ce qu'il croit. Ça reste à voir. L'absence de David Schlemko, blessé pendant toute la durée du camp, ne permet pas de porter un jugement valable.

À l'attaque, le CH devrait afficher un meilleur équilibre dans ses trios. Il devrait surtout présenter un jeu de puissance plus menaçant, avec l'arrivée du créatif Drouin.

On entend souvent dire qu'une équipe est aussi bonne qu'elle l'a été à son dernier match. Les Canadiens ont réussi à faire oublier un tant soit peu les six défaites encaissées en succession en concluant le calendrier présaison avec deux belles victoires.

Ainsi, les joueurs vont se penser bons en se rendant à Buffalo afin d'amorcer la saison régulière contre les Sabres, jeudi. C'est ce qui compte le plus, après tout.

En voir plus