Skip to main content

Un but de Mathieu Schneider en prolongation fait gagner le Canadien, 4-3

LNH.com @NHL

PHILADELPHIE - Si les séries devaient commencer aujourd'hui, le Canadien et les Flyers de Philadelphie s'affronteraient dès le premier tour éliminatoire. Il faut presque espérer pareil duel car le hockey offert ne manquerait pas de piquant.

Les deux équipes en ont donné un avant-goût vendredi soir. Dans un match âprement disputé, le Canadien s'est imposé 4-3 en prolongation, Mathieu Schneider inscrivant le but de la victoire à 3:21 en supériorité numérique. Son tir n'a donné aucune chance au gardien Antero Niittymaki.

"J'ai simplement lancé vers le but sans chercher à défoncer le filet, a expliqué Schneider. Je pense que le gardien avait la vue voilée."

Il s'agissait de son troisième but en cinq matchs depuis son retour à Montréal.

"C'était comme un match de séries, a ajouté le vétéran défenseur. Le classement est tellement serré alors que nous voulons rejoindre les Flyers."

Le Canadien occupe le cinquième rang dans l'Est, trois points derrière les Flyers. Ceux-ci ont disputé deux matchs de moins.

Tomas Plekanec (17e), Tom Kostopoulos (7e) et Alex Kovalev (15e) ont réussi les autres buts du Canadien. Kovalev a ajouté deux passes.

Joffrey Lupul, Mike Richards et Simon Gagné, son 24e, ont obtenu ceux des Flyers.

"On a mal commencé le match", a déploré Guy Carbonneau, son club s'étant rapidement retrouvé en déficit de deux buts. "Mais on n'a pas abandonné. C'est le genre de club que nous sommes dernièrement."

Une idée coûteuse

Carbonneau a eu l'idée de confier la mise en jeu initiale à Glen Metropolit. Une façon de lui souhaiter la bienvenue dans sa nouvelle équipe. Cette idée certes généreuse s'est vite transformée en but. Pour les Flyers. Lupul a marqué à la 28e seconde alors que Metropolit, son ancien coéquipier, n'a pu le neutraliser près du filet de Jaroslav Halak.

Metropolit s'est ensuite vu imposer une pénalité. Mais à sa sortie du banc, il est parvenu à s'échapper. Seul un bel arrêt de Niittymaki de la mitaine l'a privé d'un but devant son ancien public.

Richards a doublé l'avance des Flyers à 8:14 d'un lancer que Halak aurait dû stopper. Roman Hamrlik avait commis une maladresse en lui remettant bien involontairement la rondelle.

Malgré ce déficit de deux buts, le Canadien avait obtenu jusque-là les meilleures occasions de marquer. Niittymaki a finalement cédé à trois reprises avant la fin de l'engagement.

Plekanec a profité d'une pénalité aux Flyers pour réduire l'écart de moitié à 16:25. Le Tchèque a pu saisir son propre retour. Le Canadien marquait ainsi en avantage numérique dans un cinquième match d'affilée. C'était aussi le neuvième but inscrit en supériorité numérique en cinq rencontres. Quant à Plekanec, il trouvait le fond du filet dans un cinquième match de suite. Il s'agissait aussi de son sixième but depuis la fin de sa suspension de deux rencontres.

"Ce but nous a remis dans le match", a dit Schneider.

Kostopoulos a suivi 13 secondes plus tard. Il a profité d'une mésentente de Niittymaki avec son défenseur Andrew Alberts pour loger le disque dans un filet partiellement abandonné.

"Les Flyers ont commencé à jouer sur les talons par la suite", a indiqué Schneider.

Kovalev a conclu le blitz du Tricolore à 18:29 d'un lancer qui a échappé au gardien finlandais.

Le Canadien a eu à se défendre à trois contre cinq pendant une minute 40 secondes tôt en deuxième période. L'attaque à cinq des Flyers a pu être neutralisée grâce au travail du duo Markov-Komisarek et de Kovalev, secondés de Christopher Higgins.

Une erreur de Patrice Brisebois a mené au troisième but des Flyers à 13:43 du deuxième vingt. Gagné a intercepté une passe de Brisebois à la ligne bleue des Flyers pour ensuite distancer le défenseur du Canadien et loger la rondelle derrière Halak.

En fin de période, le Tricolore a eu encore une fois à se défendre à trois contre cinq pendant 35 secondes.

Andrei Markov est venu près de donner les devants au Canadien à mi-chemin en troisième. Markov s'est échappé à sa sortie du banc des pénalités mais sa feinte n'a pu déjouer Niittymaki.

Le match s'est finalement décidé en prolongation.

En voir plus