Skip to main content

Trop tard pour les remords

Les Canadiens de Montréal vont tenter de retrouver le sentier victorieux contre un autre adversaire prenable, les Rangers de New York, samedi

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Trois matchs sans victoire, ce n'est pas la fin du monde. Peut-être, mais les Canadiens de Montréal auraient souhaité tirer avantage de duels favorables. 

C'est trop tard pour les remords, on se retrousse les manches et on va de l'avant. Le CH va tenter de retrouver le sentier victorieux contre un autre adversaire prenable, les Rangers de New York, au Centre Bell, samedi (19 h HE; TVAS, CITY, SN, MSG 2, NHLN).

À LIRE : Le CH a moins de mordant sans Drouin | Carbonneau honoré par les Canadiens

Auparavant, il s'est accordé une journée de répit, jeudi. Les joueurs ont eu congé d'entraînement. Seuls les défenseurs réservistes, Mike Reilly et Christian Folin, ainsi que le gardien Keith Kinkaid, se sont pointés sur la glace du complexe sportif Bell.

« Ça fait du bien », a souligné l'ailier droit Joel Armia, un des quatre joueurs qui ont été rendus disponibles aux journalistes. « Nous avons joué beaucoup de matchs dernièrement. C'est bon de profiter d'une journée de récupération. »

L'équipe ne l'a pas emporté dans ses trois dernières sorties face à des rivaux de bas de classement dans l'Association de l'Est, ne glanant que deux points sur une possibilité de six. Il s'est incliné 4-3 en prolongation contre les Devils du New Jersey, samedi, avant de baisser pavillon 5-2 face aux Blue Jackets de Columbus, mardi, et de perdre 2-1 en prolongation contre les Sénateurs d'Ottawa, mercredi.

« Nous aurions voulu profiter de la situation et engranger plus de points », a avoué le jeune défenseur Victor Mete. « Mais il ne faut pas trop remuer ça parce que la saison est longue. 

« Nous connaissons l'importance des points de classement, peu importe que ce soit pour des matchs en novembre ou en mars, et nous voulons renouer avec la victoire dès samedi », a mentionné Mete, qui combat un début d'extinction de voix.

L'attaque a connu des ratées dans les deux derniers matchs, mais il n'y a pas lieu de s'en faire, dit-on, même si l'entraîneur Claude Julien a estimé la veille que l'équipe paraissait s'être heurtée à un mur.

« Ce ne sont que deux matchs, a minimisé l'attaquant Nick Cousins. Deux matchs au cours desquels nous avons eu le meilleur au chapitre des chances de marquer, a-t-il relevé. Ce n'est qu'une affaire de finition, ça va venir. L'attaque n'est pas un problème, nous marquions des buts en masse jusqu'à tout récemment. Il faut s'appliquer à foncer davantage vers le but et à faire ce qui nous permet de connaître du succès. »

Le CH a eu les devants dans ses deux derniers matchs, mais son incapacité à augmenter l'écart l'a certes privé de points de classement.

Les pertes des attaquants Jonathan Drouin et de Paul Byron, tous deux blessés, sont ressenties, mais Cousins est persuadé que d'autres saisiront la chance qui leur est offerte. Il a parlé de Charles Hudon « qui joue avec confiance » et de Jesperi Kotkaniemi « qui a connu son meilleur match de la saison mercredi ».

Video: OTT@MTL : Tkachuk glisse le disque sous Price

Armia a dit avoir bon espoir que Max Domi, Nick Suzuki et lui parviennent à créer une bonne cohésion. Domi a été déplacé à l'aile gauche et le jeune Suzuki pivote l'unité.

« Suzuki est solide en échec-avant, c'est le fun de jouer avec lui. Nous allons finir par trouver la bonne chimie. »

Passé légèrement le quart de la saison, le Tricolore (11-6-5) s'accroche au trio des équipes de tête dans la section Atlantique.

Un simple retour en arrière nous montre que plus ça change plus c'est pareil pour lui. Il y a un an, l'équipe montrait un dossier de 11-7-4, soit un point de moins que cette saison, et elle se retrouvait dans une séquence de cinq défaites de suite. 

Le gardien Carey Price avait admis avoir perdu ses repères, ce qui n'est pas le cas un an plus tard. C'est toujours ça de pris.

Mercredi soir, Price a trouvé amusante la question d'un collègue qui lui demandait ce qu'il pouvait faire afin d'aider les attaquants à produire davantage.

« Je peux faire de meilleures passes en relance, peut-être », a-t-il fini par suggérer.

Cousins heureux pour Keefe

Nick Cousins connaît bien le nouvel entraîneur des Maple Leafs de Toronto. Sheldon Keefe l'a dirigé dans les rangs juniors, à sa dernière saison chez les Greyhounds de Sault Ste. Marie en 2012-13. 

« C'est un bon entraîneur. Il va bien cadrer avec les Maple Leafs. C'est un coach proche de ses joueurs. Il va leur donner de la corde, tout en les rendant imputables de leurs actions. Je ne peux que lui souhaiter ce qu'il y a de mieux. »

Cousins a ajouté qu'une des principales qualités de Keefe est sa capacité à soutirer ce qu'il y a de meilleur de ses troupiers.

« Il s'était montré dur avec moi au début de notre relation et je n'avais guère apprécié, a-t-il évoqué. Avec le recul, j'ai compris que c'était exactement le traitement dont j'avais besoin au stade où j'étais rendu dans les rangs juniors », a confié Cousins.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.