Skip to main content

Tout a commencé à Ottawa pour Marian Hossa

Le Slovaque vient de franchir la marque des 500 buts 19 ans après avoir fait ses débuts chez les Sénateurs

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Deux dirigeants francophones des Sénateurs d'Ottawa dans les années 1990 sont animés d'un grand sentiment de fierté en voyant un de leurs anciens joueurs franchir un plateau très important dans sa carrière.

André Savard est celui qui a repêché Marian Hossa en 1997 et Jacques Martin celui qui l'a guidé à ses débuts dans la LNH à l'automne de la même année.

Dix-neuf ans plus tard, Hossa a atteint la marque des 500 buts en carrière dans l'uniforme des Blackhawks de Chicago, alors qu'il a touché la cible en deuxième période contre les Flyers de Philadelphie mardi.

Le Slovaque est devenu le 44e joueur de l'histoire de la LNH à atteindre ce plateau.

« Ça me fait chaud au cœur de voir ça », affirme Martin à LNH.com au cours d'un entretien téléphonique. « Particulièrement en raison du type de personne qu'il est. C'est un gentilhomme extraordinaire, très engagé et respectueux. Comme athlète, c'est un charme de le diriger. Il est très respecté de ses coéquipiers.

« Il est un des meilleurs joueurs que j'ai eu sous mes ordres, a continué Martin. Je ne suis pas surpris de le voir réussir 500 buts. Avec Radek Bonk et Daniel Alfredsson, il a complété un des meilleurs trios de la Ligue nationale pendant plusieurs saisons. »

Savard se rappelle très bien des séjours qu'il a passés en Europe au cours de la saison 1996-97 à épier les faits et gestes du jeune Hossa en vue du repêchage de 1997. Il a tôt fait de constater l'énorme potentiel qui l'habitait.

« J'aimais tout de lui. Son niveau de talent et d'effort, ses mains agiles, son équilibre et son coup de patin. Ses habitudes de travail étaient impeccables. C'était un jeune talentueux ayant de bonnes habitudes. »

Après Jason Ward!

Savard ne se berçait pas trop d'illusions. Il ne s'attendait pas à ce que Hossa soit disponible au moment où les Sénateurs parleraient au 12e rang de la séance de repêchage 1997 de la LNH.

« Nous avions son nom au cinquième rang de notre liste d'espoirs », rappelle Savard.

C'était l'année des Joe Thornton (premier au total), Patrick Marleau (deuxième), Roberto Luongo (quatrième) et Sergei Samsonov (huitième).

La sélection de Jason Ward par les Canadiens au 11e échelon - pour ne pas tourner le fer dans la plaie - a permis aux Sénateurs de repêcher un ailier droit de grand calibre.

Martin a encore frais à la mémoire la première fois qu'il a vu le frêle jeune slovaque débarquer au camp d'entraînement des Sénateurs, quelques mois après sa sélection.

« Il avait connu un camp exceptionnel, au point où nous l'avions gardé avec nous en début de saison, évoque Martin. Il a profité du fait qu'Alfredsson était absent en raison d'une dispute contractuelle. Il avait joué sept matchs avant qu'on le retourne à son équipe junior, à Portland. Il n'était visiblement pas prêt physiquement. »

Hossa a connu une excellente saison chez les Winter Hawks de Portland, avant de subir une sérieuse blessure à un genou qui a nécessité une opération. À son retour en santé la saison suivante, il était fin prêt pour la compétition de la LNH.

Le Slovaque âgé de 37 ans est très reconnaissant à l'endroit de son premier entraîneur dans la LNH parce qu'il lui a enseigné les rudiments pour bien jouer en défense.

« J'arrivais de l'Europe et mon jeu en défense n'était pas ma principale qualité. Jacques m'a montré comment maîtriser cet aspect du jeu. Sa principale qualité, c'est qu'il laissait tout de même les attaquants faire leurs trucs. Nous étions une bonne équipe offensive. »

Martin mentionne que ça n'a pas du tout été compliqué de lui montrer à bien faire en défense parce que le jeune homme jouait déjà de façon très appliquée et consciencieuse.

Au cours de la saison qu'il a agi comme adjoint à Martin, la deuxième complète dans la LNH de Hossa en 1999-2000, Savard se rappelle avoir dit à Hossa qu'il pourrait sûrement faire sa marque en infériorité numérique.

« Il m'avait répondu qu'il ne se sentait pas prêt à s'acquitter de cette tâche. Ça montre combien il était perfectionniste. Si tous les joueurs étaient comme lui, les entraîneurs seraient pas mal moins occupés. »

Hossa n'allait pas tarder par la suite à s'établir comme un des meilleurs attaquants de la LNH en infériorité numérique.

« Sa passion et son intensité sont deux de ses grandes qualités, relève Martin. Son principal atout, c'est sa capacité à replier et à soutirer la rondelle à un rival. Il a été un des meilleurs que j'ai vus à ce chapitre. C'est un solide joueur dans les deux sens de la patinoire. Le type de joueur que tu veux avoir sur la glace au cours de la dernière minute de jeu d'un match, que ton équipe tire de l'arrière par un but ou qu'elle mène par un but. »

Martin a pu très bien connaître la famille Hossa, le paternel était un entraîneur en Slovaquie. Les deux hommes ont souvent échangé ensemble sur leur métier.

Un bel exploit

Hossa dit qu'il n'aurait jamais cru s'approcher du prestigieux plateau, même après avoir connu six saisons de 30 buts ou plus au début des années 2000.

« Ce sera un bel accomplissement sur le plan personnel. Je souhaite le réaliser plus tôt que tard, mentionne-t-il. J'essaie de ne pas trop y penser, mais quand ça arrivera je pourrai dire un jour que je fais partie d'un groupe de grands joueurs qui ont atteint le plateau. »

Même s'il a montré un essoufflement à l'attaque la saison dernière, avec seulement 13 buts en 64 matchs, Hossa se voit encore jouer jusqu'à la conclusion du contrat le liant aux Blackhawks, soit pendant encore cinq saisons.

« J'aborde les saisons une à la fois parce qu'on ne sait jamais ce qui peut se produire. Les blessures peuvent vous ralentir. Mais tant que je pourrai patiner et jouer mon style de jeu, je vais continuer. »

Il n'a pas la prétention d'être comme Jaromir Jagr, l'increvable attaquant des Panthers de la Floride âgé de 44 ans.

« Lui, c'est une toute autre bête », répond Hossa en esquissant un sourire.

En voir plus