Skip to main content

Tour d'horizon de la section Atlantique

Les Maple Leafs en quête d'une place en séries; la séquence de 25 présences de suite en éliminatoires des Red Wings est en péril

par David Satriano @davidsatriano / Journaliste LNH.com

LNH.com jette un regard sur l'état des forces des différentes équipes au moment d'amorcer la dernière ligne droite dans la course aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

La pause du Match des étoiles est maintenant terminée et le sprint de 10 semaines vers les séries éliminatoires de la Coupe Stanley s'amorce mardi.

Seulement quelques-unes des 30 équipes de la ligue sont à ce point en retard sur les autres au classement qu'elles doivent oublier les séries ou ne sont plus dans la course. Il y a 18 équipes qui se trouvent à neuf points l'une de l'autre. Il est probable qu'un maximum de six d'entre elles parviendront à se qualifier en vue des séries.

Voici la situation dans laquelle se trouvent les huit équipes de la section Atlantique au moment d'amorcer la course pour une place en séries :

CANADIENS DE MONTRÉAL (29-14-7, 65 points, 1er dans la section, 4e dans l'Association de l'Est) 

Matchs à disputer: 32 (16 à domicile, 16 à l'étranger) 

Unités spéciales: avantage numérique: 23,5 pour cent (2e); désavantage numérique: 79,7 pour cent (23e) 

Ce qui a bien fonctionné: Après avoir affiché un dossier de 9-0-1 pour amorcer la saison, les Canadiens ont conservé leur place au sommet de la section. Le gardien Carey Price a connu certaines difficultés récemment, mais il reste la pierre d'assise de l'équipe (22-10-5, moyenne de buts alloués de 2,35, pourcentage d'arrêts de ,921, deux jeux blancs). L'arrivée de Shea Weber dans le cadre d'une transaction réalisée avec les Predators de Nashville durant la saison morte a permis à Montréal de mettre la main sur un défenseur aux atouts multiples (12 buts, 31 points, plus-18). L'attaquant Alexander Radulov, qui jouait dans la KHL la saison dernière, s'est avéré une belle surprise à l'attaque en vertu de sa contribution de 12 buts et 37 points en 48 matchs.

Ce qui a mal tourné: Les blessures subies par les attaquants Brendan Gallagher (main) et Alex Galchenyuk (genou), ainsi qu'au défenseur Andrei Markov (aine) ont fait mal. Le désavantage numérique n'a pas été très bon. Montréal a accordé un but au jeu de puissance adverse dans 28 matchs cette saison.

Besoins: Un vétéran attaquant qui brille en désavantage numérique. Un défenseur d'expérience ou un attaquant de soutien qui servirait de police d'assurance à l'approche des séries.

Espoirs de trophée: Price (Vézina), Weber (Norris) 

Calendrier: Montréal aura un voyage de quatre matchs à faire au début du mois de mars, un séjour de six rencontres à domicile à la fin de mars, puis un séjour de trois affrontements à l'étranger pour amorcer le mois d'avril. Mis à part ces séquences, les Canadiens n'auront pas à disputer plus de deux matchs de suite à domicile ou à l'étranger.

Chances de succès: Du jeu solide devant le filet, un bon début de saison et un excellent jeu de puissance ont permis aux Canadiens de se maintenir au sommet de leur section. Ils sont des aspirants à la Coupe Stanley et s'ils peuvent apporter les correctifs nécessaires au désavantage numérique, ils seront très difficiles à éliminer en séries.

SÉNATEURS D'OTTAWA (26-15-6, 58 points, 2e dans la section, 6e dans l'Association de l'Est)

Matchs à disputer: 35 (14 à domicile, 21 à l'étranger) 

Unités spéciales: avantage numérique: 17,3 pour cent (19e); désavantage numérique: 82,5 pour cent (12e) 

Ce qui a bien fonctionné: Mike Condon a permis à l'équipe de bien paraître devant le filet après qu'il eut été réclamé au ballottage des Penguins de Pittsburgh. Il s'est amené en relève à Craig Anderson, qui s'est absenté afin d'être auprès de son épouse pendant que celle-ci recevait des traitements contre le cancer. Condon a pris part à 24 matchs d'affilée, obtenant notamment 15 départs de suite. Erik Karlsson connaît une autre saison digne d'un gagnant du trophée Norris (sept buts, 39 points). Ottawa profite d'un bel équilibre à l'attaque, alors que cinq joueurs ont au moins 11 buts. Les Sénateurs ont une fiche de 4-1 en fusillade.

Ce qui a mal tourné: Le jeu de puissance devrait être meilleur. Mark Stone a marqué 10 buts en supériorité numérique, mais les autres joueurs des Sénateurs n'en ont que 16 collectivement. La plupart du temps, une série de victoires est vite suivie d'une série de défaites, alors qu'ils n'ont pas affiché la constance souhaitée.

Besoins: Un attaquant qui peut avoir un impact en avantage numérique. Mike Hoffman (15 points en avantage numérique) et Stone (11 points) sont les deux seuls attaquants qui ont plus de 10 points en supériorité numérique. Kyle Turris en a neuf mais ensuite, aucun autre attaquant n'en a plus de quatre.

Espoirs de trophée: Karlsson (Norris), Guy Boucher (Jack Adams) 

Calendrier: Les trois cinquièmes des matchs à venir seront disputés à l'étranger. Les Sénateurs auront un séjour de trois rencontres sur la route après la pause du Match des étoiles, qui sera la première de quatre séquences d'au moins trois matchs à l'étranger. Ils auront également trois séjours à domicile d'au moins trois affrontements.

Chances de succès: Les Sénateurs semblent destinés à participer aux séries après s'en être absentés le printemps dernier. L'entraîneur de première année qu'est Boucher a fait de l'excellent boulot, surtout si on tient compte de l'absence prolongée d'Anderson. 

BRUINS DE BOSTON (25-21-6, 56 points, 3e dans la section, 8e dans l'Association de l'Est) 

Matchs à disputer: 30 (17 à domicile, 13 à l'étranger) 

Unités spéciales: avantage numérique: 17,4 pour cent (18e); désavantage numérique: 86,5 pour cent (2e) 

Ce qui a bien fonctionné: Le gardien Tuukka Rask a transporté les Bruins sur ses épaules pendant une bonne partie de la saison (24-12-4, moyenne de buts alloués de 2,15, pourcentage d'arrêts de ,918, cinq jeux blancs). L'attaquant Brad Marchand a inscrit 21 buts et 49 points en 52 matchs et à ce rythme, il fracassera son sommet en carrière pour les points, qu'il a établi la saison dernière (61). L'attaquant David Pastrnak est devenu une menace à l'offensive (20 buts). Le défenseur Torey Krug (quatre buts, 31 points) a contribué à l'attaque et la recrue Brandon Carlo a bien fait aux côtés de Zdeno Chara au sein du premier duo d'arrières. Le désavantage numérique a été un des meilleurs dans la LNH.

Ce qui a mal tourné: Ils se sont trop fiés à Rask. Les Bruins ont une fiche de 1-9-2 dans les matchs où il n'a pas participé à la décision. La production à l'attaque du joueur de centre Patrice Bergeron a décliné (11 buts et 24 points après avoir totalisé 32 buts et 68 points la saison dernière). Boston est 23e pour les buts marqués par match (2,48) et a été médiocre à domicile (12-12-0). 

Besoins: Un gardien réserviste. Anton Khudobin (1-5-1, moyenne de buts alloués de 3,06, pourcentage d'arrêts de ,885), Zane McIntyre (0-3-1, moyenne de 3,95, taux d'efficacité de ,860) et Malcolm Subban (0-1-0, moyenne de 5,88, taux d'efficacité de ,813) ont tous été incapables de donner à Rask le soutien dont il aurait eu besoin. Si Rask se blesse, Boston se retrouverait en graves difficultés.

Espoirs de trophée: Rask (Vézina), Bergeron (Selke) 

Calendrier: Boston profitera d'un séjour de quatre matchs à domicile, puis disputera quatre rencontres dans l'Ouest après la pause. L'équipe aura aussi un voyage de quatre affrontements au Canada en mars et conclura la saison régulière avec une série de trois matchs à domicile. Les Bruins disputeront 11 de leurs 30 dernières rencontres contre des rivaux de section.

Chances de succès: Les Bruins cherchent à se qualifier en vue des séries après les avoir ratées au cours des deux dernières années. Rask peut les aider à y arriver, mais ils devront produire davantage à l'attaque pour que ça se produise.

MAPLE LEAFS DE TORONTO (23-15-9, 55 points, 4e dans la section, 9e dans l'Association de l'Est)

Matchs à disputer: 35 (18 à domicile, 17 à l'étranger) 

Unités spéciales: avantage numérique: 23,3 pour cent (3e); désavantage numérique: 85,4 pour cent (3e) 

Ce qui a bien fonctionné: L'attaquant Auston Matthews, le premier choix du repêchage 2016 de la LNH, n'a pas déçu depuis qu'il a marqué quatre buts à ses débuts dans la ligue. Il a 23 buts et 16 aides. Les attaquants recrues Mitchell Marner (11 buts, 28 aides) et William Nylander (10 buts, 21 aides) ont su épauler les vétérans Nazem Kadri (20 buts) et James van Riemsdyk (17 buts). Le gardien Frederik Andersen (21-10-8, pourcentage d'arrêts de ,921) a été superbe depuis que les Maple Leafs l'ont obtenu dans le cadre d'une transaction avec les Ducks d'Anaheim, le 20 juin. L'entraîneur Mike Babcock a fait de l'excellent travail avec les jeunes joueurs. Les unités spéciales ont été remarquables.

Ce qui a mal tourné: Pas grand-chose, mais ils pourraient avoir une meilleure fiche en fusillade. Les Maple Leafs ont un dossier de 1-6 dans ce contexte, et les points qui se sont ainsi envolés pourraient revenir les hanter s'ils ratent les séries par quelques points au classement.

Besoins: Toronto profiterait bien des services d'un vétéran qui a l'expérience des séries et qui pourrait les aider dans la dernière ligne droite ainsi qu'en séries, si les Maple Leafs devaient se qualifier. Plusieurs des joueurs dans la formation vivront pour la première fois l'expérience d'une course pour une place en séries.

Espoirs de trophée: Matthews (Calder, Richard), Marner (Calder), Babcock (Jack Adams) 

Calendrier: Toronto affiche un dossier de 9-1-2 à ses 12 derniers matchs à l'étranger et disputera ses quatre premières rencontres après la pause sur les patinoires adverses. Suivra un séjour de quatre affrontements à domicile. Les Maple Leafs profiteront d'un séjour de quatre rencontres à la maison pour clore la saison régulière.

Chances de succès: Il y a plusieurs raisons de se réjouir de ce qui se passe chez les Maple Leafs à l'heure actuelle. On dirait bien qu'il y aura du hockey des séries à Toronto pour la première fois depuis 2013 et pour la deuxième fois en 12 saisons.

PANTHERS DE LA FLORIDE (21-19-10, 52 points, 5e dans la section, 10e dans l'Association de l'Est)

Matchs à disputer: 32 (17 à domicile, 15 à l'étranger) 

Unités spéciales: avantage numérique: 15,5 pour cent (24e); désavantage numérique: 84,1 pour cent (6e) 

Ce qui a bien fonctionné: Les acquisitions faites durant la saison morte ont porté leurs fruits. L'attaquant Jonathan Marchessault, qui a signé un contrat de deux ans le 1er juillet, est deuxième chez les Panthers pour les buts (14) et les points (31). Le défenseur Keith Yandle, obtenu dans une transaction avec les Rangers de New York le 20 juin, a trois buts et 25 points à sa fiche et il a renforcé la brigade défensive. Le gardien James Reimer, qui a conclu une entente de cinq ans le 1er juillet, a une fiche de 8-6-4 avec une moyenne de 2,58 et un pourcentage d'arrêts de ,916. Il a été solide dans le rôle d'adjoint à Roberto Luongo. 

Ce qui a mal tourné: Après avoir terminé au premier rang de la section, la saison dernière, les Panthers n'ont pas répondu aux attentes, à un point tel que l'entraîneur Gerard Gallant, finaliste au trophée Jack Adams le printemps dernier, a été congédié le 27 novembre. Il a été remplacé par le directeur général Tom Rowe, mais les Panthers n'ont guère mieux fait depuis (10-9-9). Ils se classent au 27e rang pour les buts marqués par match (2,26) et leur jeu de puissance n'a pas été très bon. Les blessures subies par les attaquants Jonathan Huberdeau (tendon d'Achille), qui n'a pas joué du tout cette saison, et Aleksander Barkov (haut du corps), qui pourrait rater le reste de la campagne, n'ont pas aidé. La Floride a connu quatre séquences d'au moins trois défaites.

Besoins: En l'absence de Huberdeau et Barkov, qui ont pris les troisième et quatrième rangs chez les pointeurs des Panthers l'hiver dernier, il faudrait mettre la main sur un joueur de centre capable de produire à l'attaque pour se maintenir dans la course pour une place en séries. 

Espoirs de trophée: Aucun 

Calendrier: Les Panthers disputeront trois matchs de suite à domicile après la pause, puis cinq rencontres à l'étranger avant de revenir pour un séjour de quatre affrontements à la maison. La Floride ne voyagera pas au-delà du fuseau horaire de la côte Est après le 20 février (25 derniers matchs).

Chances de succès: Malgré les déboires des Panthers, le milieu du classement dans la section est très serré, ce qui fait qu'ils ne sont qu'à quatre points des Bruins avec deux matchs en mains. Boston se trouve au troisième rang dans la section, qui donne automatiquement accès aux séries.

LIGHTNING DE TAMPA BAY (22-22-6, 50 points, 6e dans la section, 12e dans l'Association de l'Est)

Matchs à disputer: 32 (19 à domicile, 13 à l'étranger) 

Unités spéciales: avantage numérique: 22,8 pour cent (égalité 4e); désavantage numérique: 80,2 pour cent (20e) 

Ce qui a bien fonctionné: L'attaquant Nikita Kucherov a inscrit 19 buts et 44 points en 43 matchs et il représente désormais la principale menace à l'attaque de l'équipe. L'attaquant Jonathan Drouin a fait belle impression avec une récolte de 31 points, dont 14 buts. Victor Hedman continue de s'améliorer et de s'élever au rang des meilleurs défenseurs du hockey, tant offensivement (38 points) que défensivement (79 tirs bloqués, un sommet dans l'équipe à l'heure actuelle). Le jeu de puissance a marqué 41 buts, le total le plus élevé dans la LNH.

Ce qui a mal tourné: Le Lightning ne ressemble plus tout à l'équipe qui a atteint la Finale de l'Association de l'Est ces deux dernières années. Tampa Bay a dû composer avec de nombreuses blessures : le capitaine Steven Stamkos n'a pas joué depuis le 15 novembre en raison d'une déchirure au ménisque, et l'équipe a dû se débrouiller pendant quelque temps sans le gardien Ben Bishop (bas du corps), l'attaquant Ryan Callahan (hanche) et le défenseur Anton Stralman (haut du corps). Même en santé, Bishop et son adjoint Andrei Vasilevskiy n'ont pas bien joué. Le Lightning affiche une moyenne de buts alloués de 2,88 et un pourcentage d'arrêts de ,905. Tampa Bay a signé deux victoires d'affilée à une seule reprise depuis le 19 novembre (20 et 22 décembre).

Besoins: Qu'on y arrive au moyen d'une transaction ou en misant sur un retour en force de Bishop, le Lightning a besoin de meilleures performances devant le filet si l'équipe veut participer aux séries pour une quatrième année de suite.

Espoirs de trophée: Hedman (Norris) 

Calendrier: Tampa Bay disputera quatre matchs d'affilée à l'étranger au retour de la pause, avant de profiter d'un séjour de quatre rencontres à domicile. Suivront quatre autres affrontements sur la route. L'équipe terminera la saison en affrontant des rivaux de section à ses quatre derniers matchs, ainsi que dans six de ses sept derniers. La bonne nouvelle, c'est que le Lightning a une fiche de 9-3-3 contre le reste de sa section et disputera une majorité de matchs contre des équipes de l'Atlantique dans la dernière ligne droite (15 des 32 derniers).

Chances de succès: Ce ne sera pas facile, mais ce n'est pas impossible que le Lightning accède aux séries. Ce sera plus facile d'y arriver en tant qu'une des trois équipes de la section Atlantique, ce qu'il ne faut pas exclure était donné que Tampa Bay a encore beaucoup de matchs à disputer contre ses rivaux de section. Un retour au jeu de Stamkos, peut-être à la mi-mars, donnerait un bon coup de pouce à l'équipe à ce titre.

SABRES DE BUFFALO (20-19-9, 49 points, 7e dans la section, 14e dans l'Association de l'Est) 

Matchs à disputer: 34 (19 à domicile, 15 à l'étranger) 

Unités spéciales: avantage numérique: 22,5 pour cent (6e); désavantage numérique: 74,1 pour cent (29e) 

Ce qui a bien fonctionné: L'attaquant Kyle Okposo, qui s'est greffé à l'équipe durant la saison morte, est le meneur chez les Sabres en vertu de ses 15 buts et 31 points. Le défenseur Rasmus Ristolainen a 28 points, dont trois buts, et il est leur chef de file au chapitre du temps de glace par match (27:05). Les gardiens Robin Lehner et Anders Nilsson s'avèrent un bon duo,puisque Buffalo affiche un pourcentage d'arrêts de ,918 en tant qu'équipe, bon pour une égalité au quatrième rang dans la LNH.

Ce qui a mal tourné: Devoir se priver du joueur de centre Jack Eichel à l'occasion des 21 premiers matchs de la saison n'a pas aidé. Eichel a 12 buts et 21 points en 27 matchs. Le désavantage numérique est avant-dernier dans la LNH et les Sabres ont une fiche de 1-5 en fusillade. Les défenseurs n'ont pas produit à l'attaque (quatre buts collectivement si on exclut Ristolainen) et Buffalo a connu trois séquences d'au moins quatre défaites.

Besoins: S'ils croient avoir des chances d'accéder aux séries, les Sabres ont besoin d'un marqueur ou deux. Sinon, il vaudrait la peine de faire l'acquisition de choix au repêchage parce qu'Eichel permet à l'organisation de rêver à un bel avenir.

Espoirs de trophée: Aucun 

Calendrier: Buffalo espère tirer profit de quatre séjours de trois matchs à domicile. L'équipe aura par ailleurs un séjour de quatre rencontres à l'étranger en mars. Il lui reste trois affrontements à disputer contre Toronto. 

Chances de succès: Les attentes étaient élevées, mais il est probable que les Sabres seront exclus encore une fois des séries, pour la sixième fois de suite. Après avoir récolté 27 points de plus au classement en 2015-16 par rapport à la saison 2014-15, Buffalo aura fort à faire pour atteindre ce même total (81 points) cette saison.

RED WINGS DE DETROIT (20-20-9, 49 points, 8e dans la section, 15e dans l'Association de l'Est) 

Matchs à disputer: 33 (16 à domicile, 17 à l'étranger) 

Unités spéciales: avantage numérique: 11,1 pour cent (30e); désavantage numérique: 80,7 pour cent (19e) 

Ce qui a bien fonctionné: L'attaquant Thomas Vanek, qui a signé un contrat d'un an à titre de joueur autonome le 1er juillet, a 12 buts et 31 points, tandis que le joueur de centre Frans Nielsen, qui a conclu une entente de six ans, a 10 buts et 26 points. Les jeunes attaquants Anthony Mantha (11 buts, 22 points) et Andreas Athanasiou (11 buts) ont apporté leur contribution. Le gardien Jared Coreau affiche un dossier de 5-1-3 avec deux jeux blancs, un apport positif dont Detroit avait bien besoin. Les Red Wings ont une fiche de 6-0 en fusillade, ce qui pourrait en fin de compte les aider à accéder aux séries.

Ce qui a mal tourné: La séquence de présences en séries des Red Wings (25 saisons de suite) est en grave péril en raison de leur manque de constance, et leur début de saison (6-2-0) ne semble plus qu'un lointain souvenir. Ils se sont inclinés à leurs quatre derniers matchs, connaissant ainsi leur quatrième longue séquence de défaites de la saison. Le gardien Jimmy Howard a bien joué (moyenne de 1,96, pourcentage d'arrêts de ,934), mais il a eu de la difficulté à rester en santé, alors qu'il n'a disputé que 17 matchs. Le jeu de puissance est dernier dans la LNH avec une production de 18 buts, tandis que l'équipe dans son ensemble se classe 24e pour les buts accordés (2,94) et 25e pour les buts marqués par match (2,39).

Besoins: Detroit doit s'améliorer en désavantage numérique pour avoir la moindre chance d'accéder aux séries, alors l'acquisition d'un défenseur semble être la priorité.

Espoirs de trophée: Aucun 

Calendrier: Detroit amorce un séjour de cinq matchs à l'étranger le 28 février et disputera huit rencontres sur un total de 12 sur la route à partir de ce moment-là jusqu'au 8 mars. Les Red Wings joueront au Little Caesars Arena la saison prochaine et ils concluront la campagne actuelle avec deux matchs de suite à domicile au Joe Louis Arena. 

Chances de succès: La séquence de présences en séries est en danger et il faudrait un incroyable parcours de la part des Red Wings, jumelé au ralentissement de plusieurs équipes qui les devancent, pour que l'équipe fasse ses adieux au Joe Louis Arena de belle façon.

En voir plus