Skip to main content

Toujours pas de confirmation devant le filet des Predators

Les Predators satisfaits de la manière dont ils ont joué jusqu'ici, mais doivent trouver une façon de marquer plus souvent

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

NASHVILLE - Pekka Rinne sait qui sera devant le filet des Predators de Nashville, samedi. Le vétéran gardien n'a pas voulu dire si ce sera lui, vendredi.

« Je vais garder le secret je crois », a-t-il répondu quand on lui a posé la question.

Avant lui, l'entraîneur Peter Laviolette avait de nouveau répété qu'il ne traitait pas publiquement d'éventuels changements dans la formation.

Rinne s'exprimait comme un gars qui va jouer.

« Je ne veux pas trop m'attarder à discuter de la façon que je vais revenir plus fort. Je connais de bonnes séries, tout se passe bien pour nous. Les deux derniers matchs ne se sont pas déroulés comme je l'aurais voulu. Je connais l'importance de l'enjeu en Finale, mais je demeure confiant en mes moyens et je ne change rien à ma préparation. »

Le retour de Rinne devant le filet des Predators paraît être une évidence en vue du match no 3 de la Finale de la Coupe Stanley contre les Penguins de Pittsburgh au Bridgestone Arena, samedi (20 h (HE); TVA Sports, CBC, NBCSN).

Les Penguins mènent la série quatre de sept 2-0.

« Pekka est un des meilleurs gardiens de la Ligue nationale. Je ne doute aucunement qu'il va revenir en force. C'est le cadet de mes soucis », a commenté le défenseur P.K. Subban.

Rinne a été retiré du match no 2 après que les Penguins eurent marqué trois buts en l'espace de 3:18 au début de la troisième période. Il avait connu un premier match ordinaire en cédant trois fois sur seulement 11 tirs des Penguins.

Les Predators ne devraient pas apporter de grands changements à la formation ainsi que sur le plan tactique après avoir offert deux excellentes performances à Pittsburgh.

« J'estime que nous avons joué 110 bonnes minutes de jeu sur les 120 premières de la Finale », a avancé Laviolette.

L'attaquant recrue Frédérick Gaudreau n'est pas particulièrement un grand bricoleur, mais il possède quelques notions de base.

« Si on continue de frapper sur le même clou, il va bien finir par rentrer », a-t-il lancé.

« Il faut donner du mérite aux Penguins, a repris Subban. Ils travaillent et ils ont obtenu les bonds favorables. Si nous continuons, nous allons finir par avoir les bonds de notre côté. »

Les Penguins ont fait payer chèrement aux Predators leur relâchement d'une dizaine de minutes au total des deux matchs, en y allant de deux séquences de trois buts chacune.

Laviolette a dit souhaiter resserrer le feu en défense afin d'éviter la répétition des mêmes erreurs.

« Les occasions que nous leur donnons et les tirs qu'ils décochent sont profondément dans notre territoire. Nous pouvons faire du meilleur travail à ce chapitre contre une équipe qui est très habile à saisir le minimum d'occasions. »

L'entraîneur a également dit souhaiter le déblocage de l'attaque. Même si les Predators ont dominé les deux premiers matchs 64-39 dans les lancers, ils n'ont pu faire mieux que d'inscrire quatre buts.

« Nous devons trouver une façon de marquer davantage. Ce n'est pas que l'affaire des attaquants, ça doit venir de tout le monde. »

Blessé, l'attaquant Colin Wilson ne s'est pas entraîné avec l'équipe au Bridgestone Arena, vendredi. Wilson devrait rater un troisième match de suite.

En voir plus