Skip to main content

Touchette: Les trois ténors de Tampa Bay

Notre chroniqueur discute de l'impact considérable que Vincent Lecavalier, Brad Richards et Martin St-Louis ont eu sur le hockey

par Serge Touchette / Chroniqueur LNH.com

La belle et captivante histoire des trois ténors, qui ont déjà enflammé Tampa Bay, a connu son dernier chapitre, il y a quelques jours, lorsque Brad Richards, au terme d'une carrière de 15 saisons, a tiré sa révérence.

Le temps a fait son oeuvre et l'athlète de l'Île du Prince-Édouard, après une année difficile avec les Red Wings de Détroit, n'a pas eu besoin qu'on lui torde un bras. Il a compris que l'heure était venue de passer à autre chose.

Sa décision est survenue quelques semaines seulement après celle de Vincent Lecavalier et un an après celle de Martin St-Louis.

Les trois anciens complices, on le sait, auront connu plusieurs moments forts au cours de leur productive carrière, mais le plus fort de tous est survenu au printemps de 2004 lorsqu'ils ont mené le Lightning de Tampa Bay à la première et seule conquête de la Coupe Stanley de leur histoire.

Lorsqu'on pense à l'un d'eux, on pense invariablement aux deux autres.

Au Lightning, ils ont été, toute proportion gardée, ce que Patrick Kane, Jonathan Toews et Marian Hossa sont pour les Blackhawks de Chicago depuis déjà quelques années.

Oui, ils auront fait un sapré bout de chemin, les ténors de Tampa.

Il suffit de reculer l'horloge pour s'en convaincre.

Lecavalier avait été le tout premier choix au repêchage de la ligue et du Lightning en 1998, Richards avait été sélectionné au 64e rang cette année-là alors que St-Louis, faut-il le rappeler, est passé sous le radar de toutes les équipes de la LNH.

Un billet de loto

Dans les faits, Lecavalier, à l'époque, était considéré comme le sauveur, Richards comme un excellent numéro deux et St-Louis comme un ... billet de loto ou presque.

Or des trois ténors, St-Louis aura été le seul à atteindre le cap des 1,000 points au cours de sa carrière.

Il en a accumulé 1,033, dont près de 400 buts (391 pour être exact) comparativement à 949 pour Lecavalier, auteur de 421 buts, le plus fort total des trois, et 932 pour Richards.

Ce qui amène la question suivante: lequel des trois a les meilleures chances d'accéder au Panthéon ?

Bonne question.

Mon choix: St-Louis.

Lecavalier, qui a déjà gagné le trophée Maurice Richard grâce à une récolte de 52 buts en 2006-2007, et Richards, récipiendaire du Conn Smythe en 2004, ont certes été d'excellents joueurs, mais St-Louis, du haut de ses cinq pieds et huit pouces, les a dépassé d'un cran.

Bref, le plus petit a été le plus grand. Des objections ?

Un joueur électrisant  

Non seulement St-Louis a remporté deux championnats des marqueurs, dont l'un à l'age de 37 ans, une première dans l'histoire de la LNH, et un trophée Hart, octroyé au joueur jugé le plus utile à son équipe, mais il a été l'un des joueurs les plus électrisants de sa génération.

Oui, les trois ténors de Tampa, à tour de rôle, ont débarqué au terminus, les valises et la tête pleines de merveilleux souvenirs.

D'abord, St-Louis; ensuite, Lecavalier et finalement Richards.

Et chacun à leur manière, ils ont marqué haut et fort un parcours, qui a été tout, sauf banal.

En voir plus