Skip to main content

Touchette : Un rendez-vous avec P.K. Subban

Il arrive au Centre Bell jeudi et les réflecteurs seront braqués sur lui comme jamais auparavant

par Serge Touchette / Chroniqueur LNH.com

Entendez-vous ses coups de patin au loin ?

Ou est-ce plutôt sa musique préférée ?

Pas sûr.

Mais le bruit est de plus en plus audible, de plus en plus persistant.

Il arrive.

Qui cela ?

Bien voyons: P.K. Subban. Qui d'autre ?

 

Vous faites quoi au juste jeudi soir ? Si vous n'avez rien au programme, je vous suggère fortement de regarder le premier match de Subban dans son nouvel uniforme au Centre Bell.

Vous ne serez pas déçus. Juré, craché.

Oui, premier affrontement de Subban contre son ancienne équipe, les Canadiens de Montréal.

Du bonbon.

C'est la nouvelle version du retour de nos idoles.

Et lorsqu'on connait l'oiseau, on sait pertinemment qu'il ne s'agira pas d'un match comme les autres. Jamais de la vie.

Les réflecteurs seront braqués sur Subban. Et quand les réflecteurs sont braqués sur lui, il n'a pas l'habitude de chercher à les éviter. Ou de se cacher derrière la baie vitrée.

P.K. et les réflecteurs sont des complices de longue date. Ils vont merveilleusement bien ensemble.

Sur la glace comme ailleurs.

Une saison éprouvante

Subban, c'est vrai, ne connait pas sa meilleure saison.

Il a connu un mauvais départ, puis il a raté 16 matchs en raison d'une blessure au haut du corps, lui qui n'avait raté aucun à cause d'une blessure à ses cinq premières saisons avant de manquer les 14 derniers matchs des Canadiens la saison passée avec une blessure au cou.

Il est revenu au jeu le 20 janvier et a récolté 12 points (un but, 11 passes) à ses neuf derniers matchs.

Ses statistiques pour la saison: huit buts, 22 mentions d'aide et 30 points en 46 rencontres et un différentiel de moins-5.

Rien pour écrire à sa mère, direz-vous. En effet. Mais l'ancien gagnant du trophée James Norris a encore le temps de faire amende honorable, de sauver sa saison.

Et d'aider une équipe, les Predators de Nashville, qui ont gagné leurs trois derniers matchs, à terminer la saison en force.

Il sera applaudi

Subban, on le sait, ne faisait plus l'unanimité à Montréal à sa dernière année.

Parce qu'il mettait trop de moutarde selon certains, parce qu'il causait trop de revirements selon d'autres. Ou les deux à la fois.

On lui a reproché bien des choses, parfois avec raison, mais n'en demeure pas moins qu'il a été l'un des joueurs les plus électrisants à endosser l'uniforme des Canadiens au cours des 15 ou 20 dernières années.

Lorsqu'une équipe ne gagne pas la Coupe Stanley, que peut-elle offrir à ses fans si ce n'est la présence d'un joueur qui, certains soirs, est capable de les enflammer, de les soulever ?

Or Subban, s'il pouvait commettre les pires bévues, pouvait également réaliser des coups de théâtre combien spectaculaires.

Un fan de Montréal

Ce n'est pas tout. Subban aimait Montréal et les amateurs le ressentaient.

Pour plusieurs d'entre eux, il faisait bon de voir une vedette se plaire chez eux.

Et de le dire haut et fort.

D'habitude, les joueurs vedettes, du moins certains d'entre eux, regardent Montréal de haut. Parce que le taux d'imposition est trop élevé au Québec, parce que les journalistes sont partout à la fois, parce que la pression est souvent insoutenable et quoi encore.

Pas Subban

Il était fait sur mesure pour Montréal. Et vice-versa.

Avant même de sauter sur la glace, jeudi, Montréal, à vrai dire le Canada tout entier, l'aura honoré. Pas plus tard que mercredi, Subban, qui a engagé la somme de 10 millions $ à la Fondation de l'hôpital de Montréal pour enfants en 2015, recevra une décoration du service méritoire (division civile) du gouverneur général, David Johnston. La cérémonie se tiendra à l'atrium P.K. Subban de l'hôpital de Montréal pour enfants.

Comment sera-t-il accueilli jeudi soir ? Il sera applaudi à tout rompre. Voulez-vous gager ?

Et vous savez quoi ?

Il le mérite.

Rien contre Shea Weber, un bon défenseur et un leader à sa manière. Mais à défaut d'une Coupe Stanley, Subban aura donné aux fans des Canadiens des moments forts qui les ont soulevés de leur siège.

Non, il n'était pas parfait P.K. Il y a des soirs où il chantait faux. Mais quand il chantait juste, il n'y avait pas meilleur ténor au Centre Bell. 

En voir plus