Skip to main content

Touchette : Les séries, c'est pas pareil…

Notre chroniqueur rappelle ses coups de cœur des séries éliminatoires de la Coupe Stanley

par Serge Touchette / Chroniqueur LNH.com

« Les séries, c'est pas pareil ... »

Si je n'ai pas entendu cette boutade 200 fois depuis le début des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, je ne l'ai pas entendue une seule fois.

Et vous savez quoi ? C'est vrai. Il suffit de regarder un match des séries, n'importe lequel, pour tomber sous le charme.

Ou à tout le moins se laisser séduire, le temps d'une période ou deux et ce même si, au grand dam des nombreux partisans des Canadiens de Montréal, les séries n'auront jamais le même attrait sans la présence de leur équipe préférée dans le paysage d'avril.

Reste que l'intensité et l'émotion sont toujours au rendez-vous. Ou presque.

Comme si chaque match était sans lendemain.

Et aux nostalgiques, qui prétendent que les séries du bon vieux temps étaient bien meilleures, je réponds que les séries, peu importe leur âge, sont rarement décevantes. Elles ont l'immense pouvoir de nous plonger dans un univers qui nous excite le poil des jambes.

Le passé, c'est bien beau, mais le présent, c'est pas mal non plus !

Le hockey a certes évolué au cours des dernières années, mais une règle d'or demeure: une équipe se rend souvent aussi loin que son gardien de but veut bien la mener.

La preuve, le trophée Conn Smythe, remis annuellement au joueur par excellence des séries, a couronné 50 gagnants depuis sa création en 1965. De ces 50 gagnants, 16 ont été ou sont des gardiens de but.

C'est tout dire.

Oui, c'est vrai; les séries, c'est pas pareil.

Pas plus tard que dimanche je regardais le match entre les Ducks d'Anaheim et les Predators de Nashville lorsque je me suis surpris à me remémorer les moments forts ou encore certains exploits peu ordinaires qui, au fil des ans, ont enrichi ma banque de mémoire, catégorie séries de la Coupe Stanley.

Sans plus tarder, je vous en livre quelques-uns ...

- Les trois championnats remportés par les Blackhawks de Chicago sur une période de six ans à une époque où le mot dynastie ne fait quasiment plus partie du vocabulaire sportif.

- Le fameux clin d'œil de Patrick Roy à l'endroit de Tomas Sandstrom lors de la finale de 1993 entre les Canadiens de Montréal et les Kings de Los Angeles. Un clin d'œil qui a fait le tour de la planète.

- La Coupe Stanley remportée par les Maple Leafs de Toronto en 1967, qui coïncidait avec l'année de l'Expo à Montréal. Qui eût cru que, 49 ans plus tard, les partisans des Maple Leafs seraient toujours dans l'attente d'une prochaine Coupe ?

- Les cinq conquêtes consécutives de la Coupe Stanley par les Canadiens entre 1956 et 1960. Voilà un record qui peut dormir en paix.

- Les exploits légendaires de Maurice Richard dans les séries éliminatoires, lui qui a marqué 82 buts en séries, y compris six en prolongation.

- Les quatre conquêtes de la Coupe Stanley consécutives enlevées par les Islanders de New York d'Al Arbour entre 1980 et 1983. Une formidable machine de hockey qui s'appuyait principalement sur Bryan Trottier, Mike Bossy et Denis Potvin.

- Les prouesses de Ken Dryden qui, sorti de nulle part et après avoir disputé seulement six matches en saison régulière, a aidé les Canadiens à éliminer Bobby Orr, Phil Esposito et les Bruins de Boston, qui étaient largement favoris, au printemps de 1971. Dryden a volé la série et les Canadiens ont poursuivi leur marche vers la conquête de la Coupe Stanley.

- La première et seule Coupe Stanley remportée par l'ex-grande vedette des Bruins, Raymond Bourque en 2001 dans l'uniforme de l'Avalanche du Colorado.

- La photo qui montre Bobby Orr dans les airs et les bras en signe de victoire après son but en prolongation qui a permis aux Bruins de remporter la Coupe Stanley face aux Blues de St. Louis en 1970. Certainement l'un des clichés les plus mémorables de l'histoire des séries.

- La promesse de Mark Messier qui, en 1994, a osé garantir la victoire des Rangers de New York dans le sixième match de la finale de l'Association de l'Est face aux Devils du New Jersey, qui menaient la série, 3-2. Messier a tenu parole. Non seulement les Rangers ont éliminé les Devils, mais, menés par leur capitaine, ils ont mis fin à une disette de 54 ans en remportant ensuite la Coupe Stanley contre les Canucks de Vancouver au cours d'une série combien enlevante qui a atteint la limite de sept matchs.

- Les 11 bagues de la Coupe Stanley de Henri Richard, ancien capitaine des Canadiens. Un autre record, qui ne sera jamais battu.

- Les p'tits miracles du gardien de but Bernard Parent, qui a permis aux Flyers de Philadelphie de remporter la Coupe Stanley deux années de suite (1974-1975).

- Les quatre conquêtes de la Coupe Stanley en cinq ans conquises par Wayne Gretzky et les Oilers d'Edmonton (1984-85-87-88).

- Les tours de magie de Mario Lemieux, qui ont valu deux championnats de suite aux Penguins de Pittsburgh en 1991 et 1992. Au cours de ces deux saisons, Lemieux, en 38 matches éliminatoires, a accumulé 78 points, dont 32 buts.

- Le doux souvenir d'une époque glorieuse qui a vu les Canadiens, menés notamment par Guy Lafleur et le « Big Three » composé de Serge Savard, Guy Lapointe et Larry Robinson, remporter la Coupe Stanley pendant quatre années consécutives (1976 à 1979)

- Les trois trophées Conn Smythe gagnés par Patrick Roy, un sommet dans l'histoire.

En voir plus