Skip to main content

Touchette : Les 10 commandements des séries

Notre chroniqueur propose un cours de printemps aux partisans des Canadiens qui ont peut-être perdu l'habitude

par Serge Touchette / Chroniqueur LNH.com

Il y aura donc un printemps à Montréal.

Un vrai printemps, on s'entend. Un printemps tout inclus puisque les Canadiens, pour la première fois depuis 2014-15, seront de retour dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Montréal, après quelques passages inquiétants, respire mieux. Et s'apprête à vibrer bien fort. 

Je n'ose pas imaginer comment elle aurait réagi s'il avait fallu que ...

Mais chassons vite ses idées noires de notre esprit.

L'heure n'est pas aux idées noires.

L'heure est aux préparatifs d'un voyage dans l'univers toujours captivant des séries.

Grâce à Carey Price, bien sûr, mais grâce aussi à l'arrivée de Claude Julien, l'homme qui a rebâti la confiance d'une équipe aux abois, et grâce à bien d'autres dont le capitaine Max Pacioretty, Alexander Radulov, Shea Weber, Andrei Markov, Paul Byron et Phillip Danault, les Canadiens ont rarement volé aussi haut. Ils ne sont pas sans rappeler cette équipe qui avait connu un départ-canon avant de cafouiller au point de semer le doute dans l'esprit de ses fidèles.

Une hirondelle, comme dirait l'autre, ne fait peut-être pas le printemps, mais les Canadiens, à coup sûr, garantissent un printemps rempli d'émotions.

Et de moments magiques, peu importe le parcours, qui attend les joueurs des Canadiens.

En séries, tout est possible. Même l'improbable.

De l'espoir

Quand les Canadiens participent aux séries, le bon peuple retrouve ses couleurs, sa bonne humeur.

Et son enthousiasme délirant et contagieux.

De Maurice Richard à Jean Béliveau, de Béliveau à Guy Lafleur, de Lafleur à Patrick Roy et de Roy à on ne sait trop encore qui, les séries éliminatoires ont toujours eu une saveur bien particulière à Montréal.

Elles stimulent la ville. Et parfois, elles l'enflamment carrément.

Mais surtout, elles donnent à nouveau espoir à des amateurs, qui n'ont pas célébré la conquête de la Coupe Stanley depuis la saison 1992-93.

Que peut-on espérer des Canadiens, cette année ?

Allez donc savoir. Certains prédisent une éliminatoire rapide, d'autres un parcours qui pourrait en surprendre plusieurs.

Who knows ? Si les séries éliminatoires ont un pouvoir, c'est celui de nous surprendre.

À chaque année, il y a des poids lourds, qui tombent rapidement. Ou des poids moyens, qui se rendent plus loin que prévu.

Petits conseils 

En attendant le coup d'envoi, je propose, sans frais et avec le sourire, un cours 101 aux partisans des Canadiens qui ont peut-être perdu l'habitude de suivre leur équipe dans le cadre des séries.

Bref, voici un rappel des dix commandements des séries ...

1 - Evitez de faire des culbutes ou des pirouettes à chaque fois que les Canadiens marquent un but. Vous risquez de vous retrouver sur la liste des blessés. Et pour longtemps.

2 - Cessez de comparer la présente édition des Canadiens à celle des années 1970 alors que Guy Lafleur, Jacques Lemaire, Steve Shutt, Ken Dryden et le Big Three collectionnaient les bagues de la Coupe Stanley. Les plus jeunes sont un peu « tannés »  d'en entendre parler. Et vous risquez de vous faire traiter d'accros à un passé révolu ou de radoteux.

3 - Si les Canadiens passent à travers la première ronde, évitez, dans un moment euphorique, de renverser la voiture de votre voisin. Surtout s'il avait prédit la victoire de l'autre équipe.

4 - Ne commandez pas une pizza avant chaque match. Vous risquez de prendre une vingtaine de livres, le temps de le dire. Et de passer ensuite des heures et des heures à vous faire suer sur un tapis roulant, qui va trop vite.

5 - Gardez-vous s'il vous plait une p'tite gêne envers les arbitres. Quand bien même vous lanceriez une rondelle ou deux dans la télé en signe de dépit, ils ne changeront pas leur décision. Prenez plutôt une grande respiration. Même deux. Ou encore faites le tour du sofa une dizaine de fois au pas de course. Ou infligez-vous dix push up. Vous serez surpris du résultat.

6 - Évitez d'assister à un match en compagnie d'un anti-fan des Canadiens. En séries, le feu et le gaz font rarement bon ménage.

7 - Apprenez à bien digérer chacune des défaites de vos favoris. Gardez toujours en mémoire cette phrase désormais célèbre d'un vieux sage prénommé Yogi : « Ce n'est pas fini tant ... »

8 - Ne prenez jamais de paris farfelus. Vous risquez de vous retrouver vêtu d'un chandail des Maple Leafs de Toronto, ligoté à un poteau de téléphone. Ou encore en train de grimper les marches de l'Oratoire Saint-Joseph en patins à roulettes. Ou, pire encore, chaussé d'une paire de skis.

9 - Ne commencez jamais une phrase en disant: « Dans le temps du Rocket ... » Vos invités risquent de lever les feutres.

10 - Un dernier conseil: amusez-vous. Depuis 1998-99, les Canadiens, faut-il le rappeler, ont raté les séries éliminatoires à sept reprises. Bref, profitez-en car la formule du printemps tout inclus, depuis belle lurette déjà, ne vient plus avec une garantie ! 

En voir plus