Skip to main content

Touchette : Le duel d'une génération

L'affrontement entre les deux supervedettes de la LNH devrait être relevé

par Serge Touchette / Chroniqueur LNH.com

Sidney Crosby ou Alexander Ovechkin?  

La question ne date pas d'hier, mais le débat continue d'enflammer les discussions. Et de soulever les passions.

 


La série éliminatoire de second tour entre les Penguins de Pittsburgh et les Capitals de Washington, respectivement tombeurs des Rangers de New York et des Flyers de Philadelphie, ne sera certainement pas l'affaire de deux joueurs, aussi doués soient-ils. Mais, qu'on le veuille ou non, elle mettra en lumière, une fois de plus, un duel qui aura marqué toute une génération.

Les duels Crosby-Ovechkin se comparent à ceux qui opposaient Wayne Gretzky et Mario Lemieux à une certaine époque.

Et je n'exagère même pas.

Les deux joueurs adorent s'affronter. Comme si la performance de l'un avait pour effet d'inciter l'autre à se surpasser. On se souvient encore de leur confrontation lors du match no 2 de la demi-finale de l'Association de l'Est en 2009. Crosby avait signé un tour du chapeau, Ovechkin aussi. Un grand moment.

Oui, la table est mise pour une série qui aura probablement les allures d'une finale, une série qui était sans doute le vœu secret ou avoué de bien des amateurs.

Les Penguins, l'équipe de l'heure selon l'entraîneur des Rangers de New York, Alain Vigneault, jouent merveilleusement bien, les Capitals, jusqu'à preuve du contraire, représentent la crème de leur association, Crosby est en feu après avoir connu le pire début de saison de sa carrière et Ovechkin, qui est devenu un joueur plus complet, plus responsable sous le régime de l'entraîneur Barry Trotz, joue probablement le meilleur hockey de sa carrière.

Bref, accrochez-vous!

Collection de trophées

Cela dit, prenons quelques instants pour comparer le parcours des deux ténors depuis leur arrivée dans la Ligue nationale de hockey.

Les deux joueurs, à ne pas en douter, collectionnent les trophées à un rythme effréné.

Pour un, Crosby compte, entre autres, deux Art Ross, dont un gagné à l'âge de 19 ans, deux Hart, un Maurice Richard et deux Ted Lindsay.

Ovechkin n'est pas en reste. Il revendique notamment un Calder, un Art Ross, trois Hart, deux Ted Lindsay et il a décroché, cette année, un sixième Maurice Richard en dix ans, s'il vous plaît.

Dur à battre, en effet.

Ce n'est pas tout. Après 707 matches en saison régulière, le capitaine des Penguins montre 338 buts et 600 mentions d'aide pour 938 points.

Ovechkin? En 839 rencontres, il affiche 966 points, dont 525 buts.

Et en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, Crosby, en 105 matchs, totalise 46 buts et 126 points comparativement à 75 points, y compris 39 buts, en 78 parties pour son grand rival.

Les deux joueurs, on s'entend, préconisent des styles bien différents.

Crosby a toujours été un passeur avant d'être un marqueur alors que Ovechkin se veut l'ultime marqueur à une époque, faut bien le dire, où les gardiens de but et les défenses n'ont jamais été aussi dominants.

Un avantage

Les deux joueurs se valent à plusieurs égards, mais si Crosby a un avantage, c'est au niveau des honneurs collectifs.

Crosby a aidé les Penguins à remporter la Coupe Stanley en 2009 et le Canada à enlever deux médailles d'or aux Jeux olympiques.

Pour sa part, Ovechkin se retrouve sur la liste des joueurs vedettes qui, à l'exemple de Pavel Bure, Daniel Alfredsson, Dale Hawerchuk, Pat Lafontaine, Cam Neely et Marcel Dionne pour ne nommer que ceux-là, n'ont jamais trempé les lèvres dans la Coupe. Et, faut-il le rappeler, il n'a jamais remporté l'or avec la Russie aux Jeux olympiques.

Le grand marqueur n'a pas encore atteint le statut de grand leader.

C'est sans doute là la seule ombre à son tableau de chasse.

Motivé comme jamais

Pour ces raisons et bien d'autres, Ovechkin n'a probablement jamais été aussi motivé.

Il fallait le voir jouer contre les Flyers lors du premier tour des séries pour s'en convaincre. Non seulement il a obtenu cinq points, mais il a aussi distribué 28 mises en échec en six matchs, dont quelques-unes ont été retentissantes. Parlez-en aux Flyers.

Oui, Ovechkin contre Crosby, mais aussi un choc entre deux équipes, qui sont au sommet de leur art.

J'ai hâte.

 

En voir plus