Skip to main content

Touchette : Dix événements mémorables à Montréal

Le hockey à la table d'honneur dans le cadre de la célébration des 375 ans de la métropole québécoise

par Serge Touchette / Chroniqueur LNH.com

Montréal célèbre son 375e anniversaire en grande pompe. Dans tous les domaines, sans exception, son album déborde de souvenirs aussi mémorables les uns que les autres. 

Le hockey y occupe évidemment une place de choix. Berceau de l'équipe de hockey la plus souvent couronnée de l'histoire de la LNH, Montréal a vibré bien fort au rythme des exploits de Maurice Richard, Jean Béliveau et 
Guy Lafleur, entre autres. 

Quand Montréal célèbre, le hockey a certainement sa place à la table d'honneur. 

L'histoire est là pour en témoigner : Montréal et le hockey, beau temps, mauvais temps, forment un couple indestructible. 

Ce n'est pas toujours l'harmonie, mais ils finissent toujours par convenir d'une trêve. Jusqu'à la prochaine chicane. 

Un vrai couple, quoi! 

Je vous pose donc la question : quels ont été les moments liés au hockey qui vous ont particulièrement marqués, interpellés au cours des 10, 20, 30, 40 ou 60 dernières années. 

Il peut s'agir d'un match, d'un événement, d'une performance individuelle ou tout simplement d'un bref instant, qui aura été magique à vos yeux. 

Creusez-vous les méninges un peu. 

Je parle de matchs ou de moments qui se sont déroulés uniquement à Montréal, que ce soit au Forum ou au centre Centre Bell, anciennement le Centre Molson. Pas ailleurs. 

Ils sont certainement nombreux. Une équipe qui a enlevé la Coupe Stanley à 24 reprises a évidemment laissé de précieux souvenirs à plusieurs générations. 

Dans mon cas, je parle de la période allant de 1962 jusqu'à aujourd'hui. Je ne vous le fais pas dire, il y a beaucoup de millage au compteur! 

Je n'ai donc pas été témoin des belles années du Rocket ou encore de l'émeute du Forum. Je m'abstiens donc de sélectionner des événements dont je n'ai pas été témoin. 

Mes moments, mes événements mémorables? Pas facile de faire des choix. Dès que j'y pense, ils se multiplient dans ma tête à un rythme effréné. 

Après mûre réflexion, je vous en propose dix et pas nécessairement dans leur ordre d'importance. 

Sans plus tarder, les voici ... 

1 - L'ovation monstre accordée à Maurice Richard lors de la soirée de fermeture du Forum le 11 mars 1996. Certains disent qu'elle a duré dix minutes, d'autres parlent de 16 ou 17 minutes. Difficile à dire. Selon moi, elle n'a jamais cessé, car j'ai toujours l'impression de l'entendre. 

2 - Le match du 31 décembre 1975 entre deux géants : les Canadiens et l'Armée rouge. Un match d'anthologie. Pointage final : les Canadiens 3, les Russes, 3. Jamais un match nul n'aura marqué autant l'imaginaire des gens. Les Canadiens dominent 38-13 au chapitre des lancers. Le gardien Ken Dryden ne connaît pas son meilleur match, mais le public est absorbé par un spectacle fabuleux. Ce soir-là, le hockey est passé à un niveau supérieur. Comme si les Canadiens et les Russes, le temps d'un match, avaient inventé une nouvelle ligue. 

3 - Le match du Vendredi saint entre les Canadiens et les Nordiques de Québec en 1984? Non. Je m'en souviens trop bien, mais certainement pas au point de l'inscrire dans mes moments préférés. Je préfère inscrire en grosses lettres la grande rivalité tout court entre les Canadiens et les Nordiques. Cette rivalité a souvent été marquée par des débordements regrettables, mais elle a aussi permis de grands affrontements. La preuve, tous ceux qui ont vécu cette rivalité en parlent encore avec passion. 

4 - 1er mai 1965 : J'ai 11 ans et j'ai la chance inouïe d'assister au septième et dernier match de la Finale de la Coupe Stanley entre les Canadiens et les Blackhawks de Chicago. Je suis vissé sur mon siège. Je vis l'ultime fantasme d'un fan de hockey de 11 ans. Dès le début de la première période, Jean Béliveau atteint la cible. Puis Dick Duff, Yvan Cournoyer et Henri Richard marquent à leur tour avant la fin de l'engagement. Fin des émissions. Les Canadiens triomphent, 4-0, et remportent la Coupe. Sous un tonnerre d'applaudissements Béliveau est le premier récipiendaire du trophée Conn Smythe. Un bien beau moment. 

5 - 1er février 1964 : Robert Rousseau se transforme en Maurice Richard. Il marque cinq buts aux dépens de Roger Crozier et les Canadiens renversent les Red Wings de Détroit, 9-3. Il obtient une chance d'en marquer un sixième lorsqu'il s'échappe en compagnie de Gilles Tremblay. Mais Tremblay choisit de lancer plutôt que de lui refiler le disque. « C'était la chose à faire », dira le héros de la soirée. 

6 - 2 septembre 1972 : Premier match de la Série du siècle entre le Canada et l'URSS, un adversaire qu'on connaît bien mal. Phil Esposito et Paul Henderson marquent au cours des six premières minutes de jeu. Une victoire facile s'annonce ... Allez-y voir! Les Russes provoquent l'égalité avant la fin de la première période. Et mènent 4-2 après 40 minutes. Bobby Clarke réduit la marge à 4-3 en troisième, mais les Russes, combien habiles et rapides, enchaînent avec trois buts. Ils l'emportent, 7-3, et le Canada tout entier est sous le choc. Ce soir-là, le hockey a cessé d'être l'affaire d'un seul pays. 

7 - 10 mai 1979 : Yvon Lambert, avec la complicité de Mario Tremblay, marque en première période de prolongation et les Canadiens éliminent les Bruins de Boston en sept matchs et accèdent à la grande finale qu'ils remporteront en cinq matchs face aux Rangers de New York. Lambert partage la vedette avec Guy Lafleur qui, à la suite d'une pénalité décernée aux Bruins, coupables d'avoir eu trop de joueurs sur la glace, inscrit le but égalisateur tard en troisième période. Bref, deux coups de théâtre qui ont enflammé une ville. 

8 - Les deux dernières saisons de Gilbert Perreault avec le Canadien junior. En 1969 et 1970, Perreault, l'attraction numéro un dans la ligue junior de l'Ontario, mène son équipe à deux conquêtes de la Coupe Memorial. Perreault et ses complices font courir les foules au Forum. Ils sont aussi populaires ou presque que les Canadiens. Perreault, avec ses feintes et ses descentes d'un bout à l'autre de la patinoire, électrise les foules. En 1970, il est choisi le joueur par excellence du circuit avant de devenir le premier choix au repêchage des Sabres de Buffalo, avec lesquels il connaît une carrière spectaculaire. 

9 - 9 avril 2002 : Le retour au jeu de Saku Koivu, qui après avoir vaincu un cancer, est ovationné pendant près de dix minutes. Un moment émouvant s'il en fut un. Peu de gens n'ont pas versé une larme ou deux ce soir-là. Le petit capitaine inspire ses coéquipiers, qui disposent des Sénateurs d'Ottawa 4-3 pour accéder aux séries d'après-saison. 

10 - J'ai écrit plus haut que je sélectionnais uniquement les événements dont j'ai été témoin. Permettez-moi une exception s'il vous plaît. Une seule. Le 28 décembre 1944, Maurice Richard marque cinq buts et obtient trois mentions d'aide pour mener les Canadiens à une victoire de 9-1 contre les Red Wings de Détroit. Non, je n'ai pas vu le match. Mais comment passer sous silence pareille performance? Surtout que le Rocket avait passé la journée à déménager. Connaissez-vous bien des joueurs qui ont connu un match de huit points après avoir, entre autres choses, déménagé un ... piano? Je vous le demande. 

En voir plus