Skip to main content

Touchette : dans le livre d'histoire des Maple Leafs

Notre chroniqueur répertorie les grands moments et les grands joueurs qui ont marqué l'histoire de Toronto

par Serge Touchette / Chroniqueur LNH.com

Les Maple Leafs de Toronto n'ont pas eu l'occasion de festoyer souvent au cours des 50 dernières années.

À vrai dire, leur dernière grande célébration remonte à 1967, l'année de leur dernière conquête de la Coupe Stanley.

Mais cette année, peu importe les résultats obtenus en saison régulière ou en séries éliminatoires, les Maple Leafs, qui sont en mode reconstruction, sont condamnés à fêter. Fort et souvent.

Leur gâteau d'anniversaire réunira non pas 80, non pas 90, mais bel et bien 100 bougies. Ce n'est pas rien; c'est 100 bonnes raisons pour célébrer.

J'ai un aveu à vous faire. Quand j'étais haut comme trois pommes, je n'aimais pas les Maple Leafs. Mais vraiment pas.

C'était à l'époque des six équipes.

J'affectionnais les Canadiens de Montréal et les Blackhawks de Chicago. Les Canadiens à cause de Jean Béliveau et de leur rapidité et les Blackhawks à cause de Bobby Hull. Et j'appréciais Gordie Howe et les Red Wings de Detroit.

Les Bruins de Boston et les Rangers de New York ? Ils étaient tellement mauvais à l'époque qu'un peu tout le monde s'en foutait.

Les Maple Leafs? Ils n'étaient certainement pas aussi spectaculaires que les Canadiens ou les Blackhawks, mais ils avaient du succès. Beaucoup de succès malgré un style de jeu axé principalement sur la défense.

Ils n'étaient pas beaux à voir, mais ils étaient sans pareil pour compliquer l'existence de leurs rivaux.

La recette était efficace, car ils ont remporté la Coupe Stanley à quatre reprises entre 1962 et 1967.

Mais leurs années de gloire datent de tellement loin que bien des gens ont sans doute du mal à croire qu'ils ont déjà formé l'une des puissances de la LNH.

À leur manière, ils ont marqué l'histoire, les Maple Leafs.

Quand je pense aux Maple Leafs, je pense à un tas de trucs, à un tas de joueurs, à une concession, qui a marqué la ligue au fer rouge.

Je pense surtout à ...

- Dave Keon, qui a été l'un des meilleurs petits joueurs dans l'histoire de la LNH. Il était rapide, spectaculaire. Il a été aux Leafs ce que Henri Richard a été pour les Canadiens.

- Johnny Bower, qui, à ses débuts dans la LNH, avait déjà les allures d'un grand-père. « Un gardien de but, qui me causait bien des misères », a déjà dit feu Jean Béliveau.

- Tim Horton, un défenseur taillé dans le roc, qui a perdu la vie dans un accident de la route en février 1974.

- Bobby Baun, un défenseur, qui multipliait les mises en échec percutantes. À son entrée dans la zone des Leafs, le porteur du disque avait intérêt à garder la tête haute.

- Au grand Frank Mahovlich, qui a battu Bobby Hull dans la course au trophée Calder en 1957-58. Et qui s'est élevé au rang des meilleurs joueurs de l'histoire des Leafs avant de passer aux Red Wings dans le cadre d'une mégatransaction en mars 1968.

- Ron Ellis, qui a été l'un des attaquants les plus constants de l'histoire des Leafs.

- Au vieux Maple Leaf Gardens où l'annonceur maison avait bien du mal à prononcer le nom du gardien de but des Canadiens, Rogatien Vachon. « Rogatienne Vachonne! », qu'il martelait, non sans peine, dans le micro.

- Eddie Shack, un attaquant au style combien échevelé, qui avait le don de soulever les partisans des Leafs.

- Terry Sawchuck, l'un des meilleurs gardiens de but de l'histoire, qui a largement contribué à l'élimination des Canadiens lors de la Finale de la Coupe Stanley en 1967.

- Allan Stanley, un défenseur qui était synonyme de stabilité. Lent, mais efficace, il a aidé les Maple Leafs à remporter quatre fois la Coupe Stanley.

- George « Punch » Imlach, un entraîneur aux méthodes souvent contestées, controversées, qui a guidé les Leafs à quatre conquêtes de la Coupe Stanley.

- Marcel Pronovost, un défenseur, qui a rendu de fiers services aux Maple Leafs dans les années 1960 après une glorieuse carrière avec les Red Wings.

- George Armstrong, surnommé « The Chief », le dernier capitaine de l'histoire de l'équipe à avoir soulevé la Coupe Stanley.

- Darryl Sittler, qui, le 7 février 1976, a connu une soirée mémorable de dix points contre les Bruins de Boston. Du même coup, il éclipsait le record de huit points établi par Maurice Richard, record qui aura tenu le coup pendant 32 ans.

- Borje Salming, un défenseur tout en finesse et premier Suédois de l'histoire à être intronisé au Temple de la renommée.

- Lanny McDonald, qui se distinguait autant par son habileté à marquer des buts que par ses longues moustaches.

- Un public, qui n'a jamais tourné le dos à son équipe même si elle a connu plusieurs passages à vide.

- Harold Ballard, qui a été l'un des propriétaires les plus controversés de l'histoire de la LNH.

- Wendel Clark, l'un des joueurs les plus populaires de l'histoire des Leafs pendant les années 1980 et 1990. Il détient toujours le record d'équipe au chapitre des buts marqués en séries éliminatoires (34).

- Doug Gilmour, l'un des grands leaders de l'histoire des Leafs, lui qui, en 1992-1993, a établi un record de la concession en totalisant 127 points.

- Félix le Chat (Félix Potvin), un gardien de but qui a mené les Maple Leafs jusqu'en finale d'association en 1992-1993. Les Leafs avaient finalement été stoppés par Wayne Gretzky et les Kings de Los Angeles.

- Tiger Williams, le policier combien redouté des Leafs dans les années 1970.

- Mats Sundin, considéré par plusieurs comme le meilleur joueur de l'histoire de l'équipe.

- Que la fête commence!

 

En voir plus